Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Journée d'élections congolaises entachée par des violences

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/11/2011

Les Congolais étaient appelés aux urnes lundi pour les élections présidentielle et législatives. Si les opérations de vote se sont principalement déroulées dans le calme, des violences meurtrières sont à déplorer dans plusieurs régions.

AFP - Des violences meurtrières ont marqué le vote des Congolais lundi pour élire le président de la République démocratique du Congo, lors d'un scrutin à l'organisation chaotique dans un pays qui a connu deux guerres en 15 ans et n'est pas totalement pacifié, notamment dans l'est.

A Lubumbashi - capitale de la province du Katanga (sud-est) - deux policiers et une électrice ont été tués dans l'attaque d'un bureau de vote dans la journée, et un convoi chargé de matériel électoral a été la cible d'une attaque armée dans laquelle sept à huit assaillants ont été tués par la police.

Cette dernière attaque a été revendiquée par des présumés séparatistes katangais.

Plus à l'ouest, à Kananga, dans la province du Kasaï occidental, l'un des fiefs de l'opposant et candidat à la présidentielle Etienne Tshisekedi, des bureaux de vote ont été incendiés après la découverte d'urnes contenant déjà des bulletins avant le début du vote, selon une source onusienne. Les opérations de vote ont été très fortement perturbées dans cette ville.

A Kinshasa, M. Tshisekedi, principal rival du président sortant Joseph Kabila, empêché dans un premier temps de voter par la police, a finalement réussi à le faire dans un autre bureau de la capitale.

Accompagné de plusieurs milliers de partisans avant d'être bloqué par un barrage policier sur la route entre l'aéroport et la capitale, il s'est ensuite rabattu sur un autre bureau, ouvert dans l'institut Lubumba, entouré de policiers, où il a pu voter avant la fermeture officielle des bureaux de vote à 16H00 GMT.

De nombreux électeurs qui s'étaient enrôlés n'ont pas trouvé leur bureau de vote et d'autres n'ont pas pu voter à temps. "Je n'ai pas trouvé mon nom sur la liste. J'étais là hier, et il y était. Je suis déçue, tellement déçue!", a lancé Nadine, 19 ans, venue au bureau du collège kinois Saint-Pierre.

Après les violences politiques en fin de campagne, l'élection du nouveau président et des 500 députés était annoncée comme étant à risque.

Dans le reste du pays, hormis des retards dus essentiellement à l'absence de matériel électoral qui devait être distribué par la Céni, les bureaux de vote ont ouvert à peu près à l'heure dans ce pays grand comme quatre fois la France.

Des électeurs de Mbuji Mayi, la capitale du Kasaï oriental, se sont aussi plaints de l'absence de matériel électoral.

"Il y a des rumeurs de bulletins qui circulent ça et là. Il faut vérifier ces informations", a déclaré à l'AFP le rapporteur de la Céni, Matthieu Mpitta.

A Kinshasa, des électeurs ont dû attendre sous la pluie au centre 10.189 à l'école Saint-Georges dans le quartier Kintanbo: craignant des fraudes, les nombreux "témoins" des partis politiques voulaient occuper les deux seuls sièges réservés pour eux dans le bureau.

Chargée de distribuer bulletins et urnes dans près de 64.000 bureaux, la Céni a assuré dimanche qu'elle l'avait fait "à 99%", affirmation difficile à vérifier dans les contrées reculées et lointaines.

Le dépouillement a débuté en fin de journée, souvent à la lumière de lampe à piles, en l'absence de courant électrique, comme c'est le cas dans de nombreux quartiers de Kinshasa.

Onze candidats, dont le président sortant Joseph Kabila, briguent la présidence, et près de 19.000 les 500 sièges de l'Assemblée nationale.

Après l'assassinat de son père Laurent Désiré en 2001, Joseph Kabila avait été installé dans le fauteuil présidentiel, et finalement élu en 2006.

Face au grand favori, l'opposition s'est présentée en ordre dispersé.

Etienne Tshisekedi n'a pas réussi à rassembler les autres candidats sur son nom face au président sortant qui a disposé de gros moyens et des medias d'Etat durant tout le mois de la campagne électorale.

Ni le mobutiste Léon Kengo, 76 ans, président du Sénat, ni Vital Kamerhe, 51 ans, ex-président de l'Assemblée nationale et ancien proche de Kabila devenu opposant déclaré en 2010, n'ont souhaité se ranger sous la bannière de Tshisekedi.

Dimanche soir, Joseph Kabila a rappelé l'enjeu du scrutin: "Notre pays vient de loin, d'une situation de guerre et de conflits en tous genres (...) Cette élection est un scrutin "pour la stabilité et l'avenir", pour ne pas "revenir à la case départ".

Les résultats provisoires de la présidentielle doivent être annoncés le 6 décembre par la Céni, les définitifs le 17 décembre par la Cour suprême de justice. Les résultats provisoires des législatives sont attendus à la mi-janvier.


 

Première publication : 28/11/2011

  • LIVEBLOGGING

    Les Congolais aux urnes : revivez les événements de la journée

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Des membres de gangs et des enfants des rues recrutés par les partis politiques

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Depuis La Haye, Jean-Pierre Bemba continue d'influencer la politique congolaise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)