Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

Moyen-orient

Le gouvernement présente sa démission

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/11/2011

Sur fond de campagne de l'opposition réclamant le départ de l'actuel Premier ministre cheikh Nasser Mohammed al-Ahmad al-Sabah, le gouvernement koweïtien, soupçonné de corruption, a présenté sa démission, lundi.

AFP - Le gouvernement koweïtien, dont le limogeage est réclamé par l'opposition pour une affaire de corruption, a présenté lundi sa démission à l'émir, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, a indiqué un député.

L'opposition a appelé à une manifestation massive lundi soir pour réclamer la démission du Premier ministre, cheikh Nasser Mohammed al-Ahmad Al-Sabah, un membre éminent de la famille régnante, alors que des députés avaient demandé à l'interroger sur des allégations de corruption.

"Le gouvernement koweïtien a présenté sa démission, laquelle a été acceptée par l'émir", a déclaré le député de l'opposition islamiste Khaled al-Sultan aux journalistes, qui l'interrogeaient à sa sortie du Parlement.

"Nous attendons la nomination d'un nouveau Premier ministre avant que le Parlement ne soit dissous", a-t-il ajouté.

Le président de la Chambre, Jassem al-Khorafi, s'est abstenu de tout commentaire sur la démission du cabinet, indiquant qu'il revenait au gouvernement d'en faire l'annonce.

La situation s'est tendue dans ce riche émirat pétrolier, membre de l'OPEP, lorsque des députés de l'opposition ont lancé une campagne pour réclamer la démission de cheikh Nasser.

Première publication : 28/11/2011

  • KOWEÏT

    Le Parlement investi par des dizaines de manifestants

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Le Koweït expulse des Égyptiens soutenant Mohamed El-Baradeï

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)