Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

À Durban, 190 pays réunis pour trouver des remèdes au réchauffement climatique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/11/2011

Quelque 12 000 diplomates, ministres, délégués, experts et ONG sont réunis à Durban, en Afrique du Sud, durant deux semaines pour résoudre cette question : comment réussir à limiter à moins de 2°C la hausse du thermostat mondial ?

AFP - A Durban, à la porte sud d'un continent africain particulièrement concerné par le changement climatique, quelque 190 pays se retrouvent à partir de lundi pour trouver les moyens de contenir le réchauffement climatique et se préparer à ses conséquences.

Le coup d'envoi est prévu à 10H00 (08H00 GMT) au centre de conférences de Durban, où des ouvriers s'activaient encore dimanche pour que tout soit prêt. Quelque 12.000 délégués, ministres, experts, ONG et journalistes sont attendus jusqu'au 9 décembre pour cette 17e conférence annuelle de l'ONU sur le climat.

L'avenir du protocole de Kyoto, seul traité internation imposant des objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre à une quarantaine de pays industrialisés, s'annonce comme le sujet clé aux côtés de questions comme les financements dont pourraient bénéficier les pays les plus vulnérables.

Les pays en développement soutenus par nombre de mouvements sociaux et d'ONG exigent que les pays développés reprennent des engagements à l'issue d'une période initiale qui se termine fin 2012.

Mais très peu de ces pays industrialisés, à l'exception de ceux de l'Union européenne, se disent prêts à vouloir maintenir en vie un outil qui couvre désormais moins de 30% des émissions globales et ne s'applique pas aux deux plus grands émetteurs de CO2, la Chine et les Etats-Unis (plus de 40% à eux deux).

Au-delà de Kyoto, les Européens souhaitent que soient posées à Durban les bases d'un futur cadre juridique qui impliquerait tous les pays.

Le rôle des grands pays émergents comme l'Inde et la Chine, mais aussi des Etats-Unis, paralysés par leur situation politique intérieure, va être décisif pour éviter que Durban ne soit un nouvel échec, alors que ce processus onusien reste très fragile deux ans après la déception de Copenhague.

D'autant que l'objectif de contenir le réchauffement sous les 2°C, adopté l'an dernier à Cancun (Mexique), paraît toujours plus inaccessible au regard des émissions record de CO2.

"Nous n'avons qu'une maison et, que vous soyez riches ou pauvres, c'est votre seule maison", a souligné dimanche le Prix nobel de la Paix Desmond Tutu, en se faisant le porte-parole de ceux qui espèrent un accord ambitieux.

Un mouvement "Occupy", inspiré de "Occupy Wall Street", a quant à lui appelé à une "assemblée générale" lundi à proximité du centre de conférences, pour défendre des "solutions équitables contre le changement climatique".

Un appel "pacifique", a précisé le mouvement sur son site internet, alors que les autorités sud-africaines ont annoncé le déploiement de 2.500 policiers.
 

Première publication : 28/11/2011

  • FESTIVAL VISA POUR L'IMAGE

    Jonas Bendiksen : La fugacité du changement climatique visible à l'œil nu

    En savoir plus

  • PAUVRETÉ

    Le réchauffement climatique risque de faire exploser le prix des denrées alimentaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)