Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Santé

La classe politique impuissante après la levée de la suspension du maïs OGM ?

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 29/11/2011

Si les dirigeants politiques français de tous bords ont dénoncé l’annulation, lundi, de l’interruption de la commercialisation du maïs OGM, que peuvent-ils faire face à des avis et des règlements rendus au niveau européen ?

Rarement une décision du Conseil d’État aura fait l’unanimité contre elle au sein de la classe politique française. La plus haute juridiction administrative de France a suspendu, lundi, des arrêtés interdisant la commercialisation et la mise en culture d'organismes génétiquement modifiées (OGM). En clair, des agriculteurs français peuvent à nouveau semer dans leurs champs du MON810, un maïs OGM de la firme américaine Monsanto, comme le prévoit un règlement européen datant de 2003.

Des arrêtés, de 2007 et  de 2008, suspendaient la mise en culture de semences de ce maïs transgénique en France. Ce sont ces mêmes arrêtés qui ont été annulés par le Conseil d’État.

Aussitôt rendue publique, cette décision a suscité nombre de réactions des hommes politiques de tous bords. Pourtant seuls les écologistes ont fait de la lutte contre les OGM l’un de leur principal cheval de bataille, et ce depuis des années.

Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a ainsi indiqué qu’il allait "examiner tous les moyens pour ne pas cultiver le maïs Monsanto 810 en France". Il a été conforté ce mercredi par le président de la République Nicolas Sarkozy, qui a profité d’un déplacement dans le Sud-Ouest sur le thème de l’agriculture pour annoncer que "le gouvernement maintient et maintiendra son opposition à la culture du maïs Monsanto 810".

Même son de cloche à gauche, où le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, a demandé, par la voix de sa porte-parole, le dépôt d'une "nouvelle procédure activant la clause de sauvegarde sur des bases juridiques plus solides".

Primauté du droit européen

Des engagements flous sont pris de part et d’autres, personne n’ayant encore avancé de solution concrète pour faire à nouveau interdire le MON810. Et pour cause, estime le professeur de droit à l’université du Luxembourg, David Hiez, qui assure que le gouvernement ne dispose pas aujourd’hui de solution pour contester juridiquement l’application du règlement européen.

"La primauté du droit européen n’est pas contestée, tout porte ici sur la manière dont celui-ci peut-être interprété" rappelle-t-il. Dans cette optique, le Conseil d’État avait interrogé la Cour européenne de justice, soulevant un possible danger immédiat des OGM pour la santé humaine. "Mais un arrêt de la Cour de justice européenne du 8 septembre 2001 indiquait qu’aucun État ne pouvait recourir à une clause de sauvegarde pour suspendre la circulation du maïs OGM. Ce recours épuisé, le Conseil d’État français était alors dans l’obligation de lever sa suspension", précise David Hiez.

Le Conseil d’État a en effet justifié la levée de sa suspension par le fait qu’un risque mettant manifestement en péril la santé humaine n’avait pu être établi.

Malgré le volontarisme affiché par la classe politique française, le professeur de droit ne voit pas bien ce que le gouvernement pourrait faire valoir pour établir une nouvelle suspension. "Annuler le règlement européen est impossible, il n’y a pas de fondement juridique pour cela. On peut à la rigueur chercher à le modifier et encore cela prendrait plusieurs années. Quant au dépôt d’une nouvelle clause de sauvegarde par la France, cela paraît assez improbable…"

Pourtant, la ministre de l'Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet a ainsi donné mardi une interview à l’AFP dans laquelle elle promet que la France élaborera une nouvelle clause de sauvegarde pour faire interdire la culture du maïs génétiquement modifié. "Si un agriculteur voulait aujourd'hui commander des semences de Monsanto 810, ce serait à ses risques et périls dans le contexte actuel", a-t-elle ajouté. Des menaces envers les agriculteurs pro-OGM, qui auraient pourtant aujourd’hui la loi de leur côté s’ils étaient poursuivis en justice...

Première publication : 29/11/2011

  • AGRICULTURE

    La justice française autorise Monsanto à cultiver son maïs transgénique

    En savoir plus

  • INTERVIEW

    "Je crains une monopolisation du discours sur les OGM"

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Bruxelles donne son feu vert à la culture d'une pomme de terre OGM dans l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)