Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

États-Unis - Cuba, un rapprochement historique

En savoir plus

Afrique

Le dépouillement débute au terme d'une journée électorale chaotique

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

Le dépouillement des bulletins de vote a commencé en République démocratique du Congo, à l'issue d'une journée électorale marquée par des violences meurtrières. Les résultats préliminaires ne seront pas annoncés avant le 6 décembre.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

 

REUTERS - Le dépouillement des bulletins de vote a débuté dans la nuit de lundi à mardi en République démocratique du Congo au terme d'une journée électorale chaotique marquée par des incidents meurtriers. 

Les autorités ont maintenu le scrutin présidentiel et législatif, le deuxième depuis la guerre de 1998-2003, en dépit de problèmes logistiques et de retards dans la préparation du vote qui pourraient donner lieu à des contestations.
 
Les résultats préliminaires ne seront pas annoncés avant le 6 décembre.
 
Le président sortant Joseph Kabila brigue sa réélection face à dix candidats dont l'opposant historique Etienne Tshisekedi.
 
Pas moins de 18.500 candidats convoitent les 500 sièges du Parlement.
 
La commission électorale a jugé "satisfaisant" le déroulement du scrutin, qui s'est prolongé tard dans la nuit ou a été reporté à mardi dans certaines régions.
 
"Nous avons 63.000 bureaux de vote. Si nous en avons un millier qui posent problème, ce sera gérable. Nous voulons avant tout que tout le monde puisse voter", avait déclaré dimanche soir le porte-parole de la Commission électorale nationale indépendante Matthieu Mpita.
 
A travers le pays, des électeurs se sont plaints de la complexité du vote. Pour les législatives, certains bulletins comptent plusieurs dizaines de pages que les scrutateurs parcourent longuement avant de trouver le "X" signalant le choix de l'électeur.
 
Tension
 
Le scrutin a en outre été perturbé par des violences.
 
Des hommes armés et masqués ont attaqué un bureau de vote dans le province du Katanga dans le sud du pays et trois des assaillants ont été abattus par les forces de l'ordre.
 
A Kananga, chef-lieu de la province du Kasai occidental (centre), une douzaine de bureaux de vote ont été incendiés, a déclaré Anaclet Tshimbalanga, président du groupe de défense des droits de l'homme TDH, car des habitants ont découvert des bulletins déjà marqués en faveur de Joseph Kabila.
 
"Je les ai vus, les observateurs les ont vus, les journalistes les ont vus. Ils existent", a-t-il dit.
A la nuit tombée, la tension restait également forte à Kinshasa, la capitale en grande partie favorable à Etienne Tshisekedi où des heurts entre camps rivaux ont fait au moins deux morts samedi.
 
La police était déployée en nombre dans les rues et des coups de feu ont retenti dans certains quartiers populaires.
 
Un haut responsable du PPRD (Parti du peuple pour la réconciliation et la démocratie), le parti du chef de l'Etat, a déclaré que ses partisans avaient été intimidés dans des bastions de l'opposition, en particulier dans les provinces du Kasai.
 
"Les partisans du PPRD n'ont pas pu entrer dans les bureaux de vote à moins qu'ils acceptent de voter pour Tshisekedi", a-t-il déclaré à Reuters.
 
La dernière élection en République démocratique du Congo a eu lieu en 2006. Joseph Kabila, qui avait accédé au pouvoir après l'assassinat de son père Laurent-Désiré en 2001, avait remporté la présidentielle lors d'un scrutin jugé relativement libre et équitable.
"J'ai voté en 2006. Ce n'était pas difficile à l'époque", a déclaré un artiste kinois de 30 ans, Murphy Mbemba. "Mais, cette fois je n'ai pu trouver mon nom dans aucun centre. Je ne sais même pas où je dois voter."


 

Première publication : 29/11/2011

  • "La RDC et ses vieux démons"

    En savoir plus

  • CARTE

    Les incidents de la journée électorale en RD Congo

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Des membres de gangs et des enfants des rues recrutés par les partis politiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)