Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, un mandat d'arrêt délivré contre le capitaine

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

Asie - pacifique

Islamabad boycottera la conférence de Bonn sur l'Afghanistan

©

Vidéo par Anne SOETEMONDT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

Islamabad n'assistera pas à la conférence internationale sur l'Afghanistan prévue à Bonn le 5 décembre. Une nouvelle mesure de rétorsion après les frappes aériennes de l'Otan qui ont tué 24 soldats pakistanais, samedi, à la frontière afghane.

REUTERS - Le Pakistan boycottera la conférence sur l’avenir de l’Afghanistan prévue la semaine prochaine à Bonn, pour protester contre la “bavure” de l’aviation de l’Otan dans laquelle 24 de ses soldats ont trouvé la mort samedi dernier, ont déclaré mardi les autorités d’Islamabad.

Cette annonce a suscité la surprise de Kaboul et Washington, intéressées au premier chef.

“Le Pakistan espère que cette conférence sera couronnée de succès mais, dans les circonstances actuelles, il a été décidé de ne pas participer à la conférence”, précise un communiqué du gouvernement pakistanais.

Cette décision pourrait signifier que le Pakistan n’usera pas de son influence auprès des taliban pour les convaincre de s’asseoir à la table des négociations.

La conférence est censée réunir les principales parties prenantes au dossier afghan pour faire l’état des lieux sur la sécurité dans le pays, où le départ des troupes de l’Otan est prévu fin 2014.

Le président afghan Hamid Karzaï, qui présidera la conférence, a dit avoir appelé le Premier ministre Yusuf Raza Gilani pour tenter de le convaincre.

“J’espère qu’ils reviendront sur leur décision et finiront par venir à la conférence”, a dit Karzaï au site internet du magazine allemand Der Spiegel.

Le département d’Etat américain a jugé, par la voix de son porte-parole Mark Toner, qu’il était “dans l’intérêt du Pakistan de venir”.

“Le Pakistan a un rôle crucial à jouer pour la sécurité et la stabilité d’un Afghanistan prospère”, a dit Mark Toner.

La conférence de Bonn réunira l’ensemble de la communauté internationale, dont la Chine, le Japon, l’Iran et l’UE.

Un diplomate en poste à Kaboul juge à ce titre que le Pakistan commettrait “une très grande erreur de calcul” en ne faisant pas le déplacement.

Manifestations contre l'Otan

Cette décision est la dernière en date prise par le Pakistan pour maintenir la pression sur les Etats-Unis, l’Afghanistan et l’Otan.

L’attaque lancée samedi dans le nord-ouest du Pakistan est considérée dans le pays comme une nouvelle provocation des Etats-Unis, qui avaient déjà exaspéré l’armée pakistanaise en organisant le raid secret dans lequel Oussama ben Laden a trouvé la mort en mai dans la ville d’Abbottabad.

Les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan n’ont jamais été aussi mauvaises dans l’histoire récente, a reconnu lundi le général Martin Dempsey, chef d’état-major interarmes américain.

Un représentant de l’Otan et un responsable de la sécurité afghane ont déclaré que les soldats de l’Otan avaient riposté à des tirs venant du côté pakistanais de la frontière. L’armée pakistanaise a démenti avoir tiré sur les forces de l’Otan.

“C’est un incident tragique et non intentionnel. Nous déterminerons ce qui s’est produit et en tirerons les leçons qu’il faut”, a dit le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, dans un communiqué où il a exprimé son soutien total à une enquête ouverte par l’Alliance atlantique.

Les résultats d’une autre enquête, réalisée par les Etats-Unis, devraient être connus le 23 décembre, selon les autorités militaires.

Au Pakistan, la colère contre l’Otan ne diminue pas. Entre 300 et 400 membres du Tehreek-i-Insaaf, le parti de l’ancien joueur de cricket Imran Khan, ont bloqué mardi une route à Lahore pendant plus d’une heure.

A Multan, dans la province orientale du Pendjab, environ 300 contestataires ont crié leur haine des Etats-Unis, en scandant “mort à l’Amérique” et en brûlant des drapeaux des Etats-Unis et de l’Otan.

 

Première publication : 29/11/2011

  • PAKISTAN

    Islamabad hausse le ton après la bavure meurtrière de l'Otan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Après la bavure meurtrière de l'Otan, Islamabad exprime sa "fureur"

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Bavure de l'Otan dans le nord-ouest, Islamabad ferme le "Khyber pass"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)