Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Asie - pacifique

Islamabad boycottera la conférence de Bonn sur l'Afghanistan

Vidéo par Anne SOETEMONDT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

Islamabad n'assistera pas à la conférence internationale sur l'Afghanistan prévue à Bonn le 5 décembre. Une nouvelle mesure de rétorsion après les frappes aériennes de l'Otan qui ont tué 24 soldats pakistanais, samedi, à la frontière afghane.

REUTERS - Le Pakistan boycottera la conférence sur l’avenir de l’Afghanistan prévue la semaine prochaine à Bonn, pour protester contre la “bavure” de l’aviation de l’Otan dans laquelle 24 de ses soldats ont trouvé la mort samedi dernier, ont déclaré mardi les autorités d’Islamabad.

Cette annonce a suscité la surprise de Kaboul et Washington, intéressées au premier chef.

“Le Pakistan espère que cette conférence sera couronnée de succès mais, dans les circonstances actuelles, il a été décidé de ne pas participer à la conférence”, précise un communiqué du gouvernement pakistanais.

Cette décision pourrait signifier que le Pakistan n’usera pas de son influence auprès des taliban pour les convaincre de s’asseoir à la table des négociations.

La conférence est censée réunir les principales parties prenantes au dossier afghan pour faire l’état des lieux sur la sécurité dans le pays, où le départ des troupes de l’Otan est prévu fin 2014.

Le président afghan Hamid Karzaï, qui présidera la conférence, a dit avoir appelé le Premier ministre Yusuf Raza Gilani pour tenter de le convaincre.

“J’espère qu’ils reviendront sur leur décision et finiront par venir à la conférence”, a dit Karzaï au site internet du magazine allemand Der Spiegel.

Le département d’Etat américain a jugé, par la voix de son porte-parole Mark Toner, qu’il était “dans l’intérêt du Pakistan de venir”.

“Le Pakistan a un rôle crucial à jouer pour la sécurité et la stabilité d’un Afghanistan prospère”, a dit Mark Toner.

La conférence de Bonn réunira l’ensemble de la communauté internationale, dont la Chine, le Japon, l’Iran et l’UE.

Un diplomate en poste à Kaboul juge à ce titre que le Pakistan commettrait “une très grande erreur de calcul” en ne faisant pas le déplacement.

Manifestations contre l'Otan

Cette décision est la dernière en date prise par le Pakistan pour maintenir la pression sur les Etats-Unis, l’Afghanistan et l’Otan.

L’attaque lancée samedi dans le nord-ouest du Pakistan est considérée dans le pays comme une nouvelle provocation des Etats-Unis, qui avaient déjà exaspéré l’armée pakistanaise en organisant le raid secret dans lequel Oussama ben Laden a trouvé la mort en mai dans la ville d’Abbottabad.

Les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan n’ont jamais été aussi mauvaises dans l’histoire récente, a reconnu lundi le général Martin Dempsey, chef d’état-major interarmes américain.

Un représentant de l’Otan et un responsable de la sécurité afghane ont déclaré que les soldats de l’Otan avaient riposté à des tirs venant du côté pakistanais de la frontière. L’armée pakistanaise a démenti avoir tiré sur les forces de l’Otan.

“C’est un incident tragique et non intentionnel. Nous déterminerons ce qui s’est produit et en tirerons les leçons qu’il faut”, a dit le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, dans un communiqué où il a exprimé son soutien total à une enquête ouverte par l’Alliance atlantique.

Les résultats d’une autre enquête, réalisée par les Etats-Unis, devraient être connus le 23 décembre, selon les autorités militaires.

Au Pakistan, la colère contre l’Otan ne diminue pas. Entre 300 et 400 membres du Tehreek-i-Insaaf, le parti de l’ancien joueur de cricket Imran Khan, ont bloqué mardi une route à Lahore pendant plus d’une heure.

A Multan, dans la province orientale du Pendjab, environ 300 contestataires ont crié leur haine des Etats-Unis, en scandant “mort à l’Amérique” et en brûlant des drapeaux des Etats-Unis et de l’Otan.

 

Première publication : 29/11/2011

  • PAKISTAN

    Islamabad hausse le ton après la bavure meurtrière de l'Otan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Après la bavure meurtrière de l'Otan, Islamabad exprime sa "fureur"

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Bavure de l'Otan dans le nord-ouest, Islamabad ferme le "Khyber pass"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)