Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : au coeur de raqqa, fief des jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Miossec, poétique et sombre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Martin Schulz, Président du Parlement européen

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la bataille pour la présidence de l'UMP

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Commission européenne : l'équipe Juncker passe son grand oral

En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Syrie : la coalition a bombardé un important complexe gazier tenu par l'EI

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

  • Plus de 3 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes européens affluent en Irak pour combattre l’EI

    En savoir plus

Economie

Le remède islandais à la crise, un modèle pour la zone euro ?

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/11/2011

En quasi-faillite il y a trois ans, l’Islande devrait connaître en 2012 une croissance de près de 3 %. Les pays de la zone euro, en quête de solution à la crise, auraient-ils raison de se tourner vers le modèle islandais ? Décryptage.

Les pays de la zone euro ne savent plus à quel saint se vouer. Même le modèle allemand, longtemps considéré comme l’exemple à suivre, commence aujourd'hui à être critiqué et attaqué. Le 17 novembre, l’hebdomadaire populaire allemand "Der Spiegel" rappelait que la dette allemande (81% du PIB) était bien supérieure à celle, par exemple, de l’Espagne (69,4%). Les marchés, de leur côté, ont surpris toute l’Europe en ne prêtant, il y a une semaine, que trois milliards d’euros sur les six milliards que Berlin souhaitait.

Pour tenter de sortir de la nasse, les pays européens en viennent donc à tourner leur regard vers un autre pays et un autre modèle  : l’Islande. Ainsi, en juillet, la BBC se demandait déjà si la petite île de l'Atlantique Nord pouvait “être un modèle économique pour le reste de l’Europe ?”. Le site américain spécialisé dans l’économie Business Insider a lui, début novembre, recensé 15 raisons pour lesquelles l’Europe devrait regarder de plus près comment l’Islande s’est remise en ordre de marche trois ans après la crise de 2008.

La situation économique islandaise actuelle est, en effet, séduisante. Alors que l’OCDE a promis à la zone euro, lundi 28 novembre, une “période de récession” en 2012, l'Islande devrait profiter d’une croissance proche de 3%. Le chômage commence également à baisser et devrait tomber à 5,8% l'an prochain après avoir atteint un pic historique de 7,5% en 2010. Les déficits publics sont, par ailleurs, en passe de retomber à 3% du PIB. “La consommation intérieure et le retour des investissements privés tirent la croissance vers le haut”, explique à France 24, David Carey, économiste à l’OCDE et spécialiste de l’Islande.

Protéger les déposants

Or, lorsque l'Islande s’est effondrée en 2008, elle souffrait de deux maux qui affectent actuellement toute la zone euro : des banques à restructurer de toute urgence tant elles avaient prêté au-dessus de leurs moyens (le montant des prêts qu'elles avaient consenti équivalait à 11 fois le PIB) et un déficit budgétaire qui dépassait 10% du PIB.

Reykjavik a alors demandé et obtenu un prêt de 2,25 milliards d’euros au Fonds monétaire international (FMI) en contrepartie d’une longue cure d’austérité pour assainir ses finances. “Les Islandais ont été soumis à trois années de rigueur dont le pays sort à peine”, relève David Carey, qui ajoute que bon nombre d’Islandais ont perdu leur épargne durant cette période et que l’endettement des entreprises et des ménages restent, aujourd’hui encore, très élevé. Face à la crise, le gouvernement a, aussi, pris quelques mesures sociales pour protéger sa population, tel que l’allongement de la durée de l’indemnisation du chômage (portée de 3 à 4 ans) .

Mais ce qui a fait la spécificité de l'Islande dans la gestion de cette crise, c’est le lâchage du secteur bancaire. Contrairement à ce qui se passe actuellement en Europe où le soutien financier aux banques est considéré comme une priorité, l’Islande a choisi de les laisser couler en refusant de les renflouer. Plus encore : le gouvernement a décidé de faire supporter la plus grande partie de leurs pertes aux actionnaires - “essentiellement étrangers”, souligne David Carey - et de protéger au maximum leurs déposants. Une décision qui lui a permis de faire de précieuses économies...

Difficilement transposable

Reste que si le modèle semble avoir fait ses preuves en Islande, il paraît difficilement transposable dans la zone euro. Les banques européennes ont en effet un poids autrement plus lourd que leurs homologues islandaises. “La faillite des établissements financiers islandais ne faisait pas peser un risque de contagion à toute l’Europe comme ce serait le cas avec les banques espagnoles ou italiennes”, explique David Carey. La faillite d’enseignes comme UniCredit (Italie) ou Santander (Espagne) risquerait en effet de mettre en péril tout le système financier mondial, comme ce fut le cas avec la faillite de Lehman Brothers.

L’Islande disposait en outre de deux outils dont les pays de la zone euro sont dépourvus : une monnaie propre - la couronne - et une banque centrale qui peut agir comme prêteur en dernier ressort. La Banque centrale européenne (BCE) refuse en effet d’endosser ce rôle actuellement en rachetant indéfiniment de la dette des pays fragilisés, ce qui les rend d’autant plus dépendantes du bon vouloir des marchés financiers.

Enfin, si elle comporte un certain nombre de similitudes avec le cas islandais, la tourmente que vit actuellement la zone euro dépend surtout d’un manque de confiance des marchés financiers dans la capacité des États à règler le déficit de leur dette publique. Une différence fondamentale qui fait que le remède islandais à la crise consistant à punir les banques plutôt que les contribuables ne permettrait pas de résoudre la crise de la zone euro.

Première publication : 29/11/2011

  • G20

    Pour Hu Jintao, "c'est surtout à l'Europe de régler le problème de sa dette"

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L’Europe prise au piège de la zone euro

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La spirale infernale de la crise des dettes souveraines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)