Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

Afrique

Abdelilah Benkirane, chef du parti islamiste PJD, nommé Premier ministre par le roi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

Mohammed VI a nommé Abdelilah Benkirane (photo), le chef de la formation islamiste modérée Justice et développement (PJD), à la tête du gouvernement. Son parti est sorti vainqueur des législatives du vendredi 25 novembre.

AFP - Le roi Mohammed VI du Maroc a nommé mardi comme Premier ministre Abdelilah Benkirane, le chef du parti islamiste modéré Justice et développement (PJD), vainqueur des législatives de vendredi dernier, a indiqué une source officielle.

M. Benkirane a été reçu à Midelt (centre) par le souverain qui l'a nommé Premier ministre, selon un communiqué du palais royal dont l'AFP a obtenu une copie.

Un journaliste sur place a précisé à l'AFP que M. Benkirane a prêté serment devant le roi lors d'une brève audience.

Les islamistes modérés ont remporté vendredi 107 des 395 sièges du parlement, et vont diriger pour la première fois un gouvernement qui sera étroitement contrôlé par le roi, comme le veut la constitution.

La nouvelle constitution, proposée par le roi et adoptée par référendum en juillet, prévoit en effet que le souverain désigne le chef du gouvernement au sein du parti arrivé en tête des élections législatives.

Première publication : 29/11/2011

  • MAROC

    Abdelilah Benkirane ou la modération comme arme électorale

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Dans l'ancienne médina de Casablanca, les électeurs votent "par devoir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)