Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Economie

Bercy maintient ses prévisions de croissance malgré la crise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

En dépit de la hausse du chômage et des prévisions pessimistes de l'OCDE, le ministre français de l'Économie, François Baroin, exclut la mise en œuvre d'un troisième plan de rigueur et assure que la croissance se maintiendra à 1 % en 2012.

REUTERS - La France maintient ses prévisions de croissance malgré une série d'indicateurs laissant craindre un ralentissement économique, a déclaré mardi le ministre de l'Economie, François Baroin.

Paris s'en tient toujours à une prévision de croissance à 1% pour 2012 et n'envisage pas de troisième plan de rigueur, a-t-il précisé sur France Info.
 
"Je maintiens naturellement, nous avons des prévisions budgétaires pour 2012 qui nous permettent, malgré un ralentissement économique qui peut s'annoncer, d'avoir de la marge", a-t-il dit.
 
"Quelle que ce soit l'évolution dans les semaines qui viennent de l'activité économique, nous maintenons nos prévisions", a-t-il ajouté.
 
La France et l'Allemagne s'apprêtent à formuler des propositions conjointes pour défendre la stabilité de la zone euro, a encore dit François Baroin.
 
Ces déclarations interviennent dans un contexte troublé avec un avenir incertain pour le fameux "triple A" français.
 
L'agence de notation Standard & Poor's a refusé de commenter mardi un article de La Tribune lui prêtant l'intention de placer prochainement sous perspective négative le AAA de la France.
 
"S&P ne commente pas les rumeurs sur ses notations", a dit à Reuters une porte-parole du bureau parisien de S&P.
 
L'agence pourrait annoncer sous peu le placement de la note AAA de la France sous perspective négative, rapporte mardi La Tribune, qui cite des "sources concordantes".
 
"Cela pourrait intervenir sous une semaine, ou peut-être 10 jours", dit une source diplomatique citée par le quotidien économique, qui évoque une intense réflexion en ce sens au sein de l'agence.
 
Le placement sous perspective négative serait une première étape vers une possible dégradation de la note maximale dont jouit la France et qui lui permet d'emprunter à des taux avantageux.
 
L'agence de notation Moody's a fait savoir lundi que l'aggravation de la crise financière dans la zone euro pesait sur les perspectives de notation de la dette souveraine de tous les pays européens.
 
La France se savait déjà en première ligne après que les trois principales agences de notation l'ont avertie qu'une intensification de la crise mettrait en danger son "triple A".
 
"Tout le monde est concerné, ce n'est pas que la France. C'est un contexte global", a réagi François Baroin.
 
"Nous sommes très lucides sur la situation, la crise est sérieuse."

 

Première publication : 29/11/2011

  • FRANCE

    Nouveau record pour le chômage, au plus haut depuis onze ans

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Pour l'OCDE, quand la zone euro est malade, le reste du monde tousse

    En savoir plus

  • FRANCE

    La fraude fiscale coûte plus cher à l'État que la fraude sociale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)