Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 30/11/2011

La répression en Syrie n’épargne pas les enfants

Les enfants syriens sont victimes de la répression sanglante du régime. La toile dénonce les agressions sexuelles à l’égard des femmes en Egypte. Et une animation graphique présente le monde des réseaux sociaux en 2011.

La répression en Syrie n’épargne pas les enfants

Ces images diffusées sur Internet sont insoutenables. Mises en ligne le 15 novembre, elles montrent, selon des cyberactivistes syriens, le corps sans vie de Salem Ibrahim Shartah. Cet enfant de 12 ans aurait été tué par les forces de sécurité à Idlib, dans le nord-ouest du pays.

Comme l’illustre cette vidéo qui aurait été tournée lundi dans la banlieue de Damas, enfants et adolescents viennent en effet souvent grossir les rangs des manifestants qui défilent contre le pouvoir aux quatre coins du pays.

Des jeunes protestataires qui ne sont donc pas à l’abri de la répression sanglante du régime de Bachar al-Assad. Selon différentes sources, entre 250 et 300 mineurs auraient ainsi été tués par les forces de sécurité depuis le début de la révolte populaire il y a 8 mois. Des exactions dénoncées, entre autres, dans un récent rapport du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, qui accuse Damas de crimes contre l’humanité.

Les comités locaux de coordination de la révolution syrienne affirment par ailleurs sur leur site Internet que 10 enfants sont morts sous la torture pendant leur détention. C’est le cas notamment de Hamza al-Khatib qui est devenu l’un des symboles de la brutalité du régime de Damas. En mai dernier, les images du corps mutilé de ce garçon de 13 ans avaient choqué le monde entier.

Et c’est désormais la mort de Sari Saoud, un enfant de 9 ans, qui suscite l’émoi des internautes. Selon des cyberdissidents syriens, ce garçon issu d’une famille chrétienne aurait été abattu par les forces fidèles au régime à Homs. Une version contestée par la télévision officielle qui a diffusé cette interview de sa mère en larmes accusant des terroristes d’être responsables de la mort de son fils.

 

Agressions sexuelles en Égypte

Les témoignages de femmes journalistes victimes d’agressions sexuelles en marge des manifestations organisées en Egypte contre le pouvoir militaire se multiplient depuis quelques jours. Des témoignages qui mettent en lumière un phénomène récurrent dans les rues du Caire depuis le début de la révolution et dont la toile se fait largement l’écho.

Signe que la situation est à prendre au sérieux, « Reporters sans frontières » a publié récemment un communiqué sur son site dans lequel l’ONG rappelle qu’il est actuellement plus dangereux pour une femme que pour un homme de couvrir les événements dans le pays.

Mais les femmes journalistes ne sont pas les seules à être victimes de harcèlement. Cette vidéo filmée la semaine dernière montrerait ainsi la blogueuse Aliaa Elmahdy se faire agressée et touchée par des hommes alors qu’elle tentait de quitter la place Tahrir. Une attaque qui pourrait être en partie liée à la publication récente par la jeune activiste de photos d’elle dans son plus simple appareil et qui avaient choqué bon nombre de ses concitoyens.

Un phénomène qui semble prendre de l’ampleur ces dernières semaines et contre lequel le site « Harass Map » entend lutter activement. Il propose ainsi une cartographie des agressions sexuelles, allant du commentaire salace aux attaques les plus violentes, recensées dans la capitale et dans le reste du pays. Un site que les femmes sont invitées à alimenter en témoignant des différents actes de harcèlement dont elles auraient pu être victimes pendant les manifestations.

Des agressions à caractère sexuel dont les auteurs sont le plus souvent des hommes qui profitent de l’importante foule de manifestants pour agir en toute impunité mais pas uniquement. Plusieurs témoignages font en effet état de harcèlement « organisé » à l’égard des femmes par les militaires au pouvoir depuis la chute d’Hosni Moubarak comme le rapporte l’ONG Amnesty International.


Barack Obama sur Google +

En campagne pour sa réélection l'an prochain, Barack Obama poursuit sa conquête des réseaux sociaux. Les équipes du président américain viennent ainsi d'ouvrir un compte sur Google +, un service récemment lancé par la firme californienne. Le mois dernier, c'est sur la plateforme de blogs Tumblr qu’a fait son apparition le locataire de la Maison Blanche. Egalement présent sur YouTube et Flickr, Barack Obama compte plus de 24 millions de fans sur Facebook, et plus de 11 millions d'abonnés sur Twitter.


Tendance du jour sur les réseaux sociaux

« My Tram Experience », ou « Mon expérience du tramway » en français, c’est le titre de cette vidéo qui circule en ligne depuis dimanche et qui suscite actuellement la polémique sur les réseaux sociaux en Grande-Bretagne. Filmée par un internaute londonien, elle montre une femme portant un enfant sur les genoux en train de proférer des insultes racistes à l’encontre des passagers noirs qui l’entourent. Les internautes ont condamné presque unanimement l’attitude de cette femme et ont été nombreux à tenter de l’identifier. Une mobilisation qui a fini par porter ses fruits puisque la police a procédé à son arrestation lundi.


Vidéo du jour

Un état des lieux de l’omniprésence des réseaux sociaux dans l’univers du web en 2011 : c’est ce que propose cette animation graphique qui circule actuellement sur les sites de partage. Une vidéo bourrée de statistiques diverses qui apprend notamment aux internautes que 11% de la population mondiale dispose d’un compte Facebook, que 1736 messages sont envoyés chaque seconde par les utilisateurs de Twitter ou encore que la majorité des 135 millions de membres de LinkedIn a entre 35 et 54 ans.

 

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

02/09/2014 Réseaux sociaux

Les hommages à Michael Brown se multiplient sur Internet

Au sommaire de cette édition : aux États-Unis, les hommages à Michael Brown se poursuivent; l’histoire d’un jeune homosexuel rejeté par sa famille bouleverse la Toile; et des...

En savoir plus

30/08/2014 Réseaux sociaux

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En matière de transparence de la vie publique, la France était l'un des deux mauvais élèves de l'Europe avec la Slovénie. Une loi votée fin 2013 oblige maintenant les...

En savoir plus

01/09/2014 Réseaux sociaux

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

Au sommaire de cette édition : les internautes ukrainiens dénoncent les incursions russes sur leur territoire; un vernis à ongles anti-viol suscite la polémique en ligne et un...

En savoir plus

29/08/2014 Réseaux sociaux

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

Au sommaire de cette édition : la mère d’un journaliste américain détenu par l’EIIL demande sa libération ; au Venezuela, les internautes s’inquiètent du fichage dans les...

En savoir plus

28/08/2014 Réseaux sociaux

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

Au sommaire de cette édition : des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge", les internautes espagnols affichent leur solidarité avec une victime de viol et...

En savoir plus