Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Moyen-orient

La Russie appelle à mettre fin aux "ultimatums" lancés à la Syrie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

Par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, la Russie dit s'opposer à tout embargo sur les livraisons d'armes à la Syrie et appelle les États-Unis et l'Union européenne à cesser d'envoyer des "ultimatums" à Damas.

AFP - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé mardi à mettre fin aux "ultimatums" lancés à la Syrie, après l'approbation de sanctions par la Ligue arabe contre Damas et les appels des Etats-Unis et de l'UE à mettre fin immédiatement aux violences.
              
"Le plus important maintenant, c'est de cesser d'agir avec des ultimatums et d'oeuvrer pour ramener la situation sur le terrain politique", a déclaré M. Lavrov, cité par l'agence Interfax, insistant sur une résolution pacifique du conflit en citant l'exemple du Yémen.
              
"Tous les Etats, y compris ceux qui exigent maintenant de prendre des mesures contre la Syrie, ont eu une attitude très différente à l'égard du Yémen, où les négociations sur un plan de règlement pacifique proposé par le Conseil de coopération des Etats du Golfe persique ont duré des mois", a-t-il ajouté.
              
"Au final, après avoir fait preuve de patience et de persévérance, en exerçant une pression identique sur tous les partenaires du processus, la communauté internationale a obtenu que ce plan soit signé", a souligné M. Lavrov.
              
"Une telle approche est nécessaire pour le problème syrien, car les ultimatums auxquels ont recours quelques Etats, en particulier la Ligue arabe, ne résolvent pas ce problème", a poursuivi le chef de la diplomatie russe.
              
La Ligue arabe a adopté dimanche des sanctions sévères contre la Syrie, les premières de cette ampleur à l'encontre de l'un de ses membres. Elles prévoient en particulier un gel des transactions commerciales avec le gouvernement syrien et le blocage de ses comptes bancaires dans les pays arabes.
              
M. Lavrov a également indiqué qu'il était peu probable que Moscou soutienne l'imposition d'un embargo sur les livraisons d'armes à la Syrie, après l'expérience des bombardements de l'Otan en Libye.
              
"Je qualifierais de malhonnêtes les propositions que nous entendons parfois sur l'imposition d'un embargo total sur les livraisons d'armes à la Syrie", a déclaré M. Lavrov, qui s'exprimait à l'issue d'une rencontre avec son homologue islandaise, Ossur Skarphedinsson.
              
Allié de la Syrie depuis la période soviétique, la Russie est son principal fournisseur d'armes et s'oppose à toute sanction ou pression à l'égard du régime de Damas.
              
Lundi, les ambassadeurs américain et allemand à l'ONU ont assuré qu'il était temps de reprendre les discussions au Conseil de sécurité sur un projet de résolution condamnant la répression des manifestants en Syrie, après l'appel d'ONG dans le même sens.

 

Première publication : 29/11/2011

  • SYRIE

    Opposé aux sanctions contre Damas, le Liban ne les appliquera pas

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ONU accuse le régime de Damas de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Ligue arabe prévoit de nouvelles sanctions contre la syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)