Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Islamabad hausse le ton après la bavure meurtrière de l'Otan

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

Deux jours après la mort de 24 soldats pakistanais tués par un raid de l'Otan, Islamabad, allié des États-Unis dans la "guerre contre le terrorisme", menace de revoir sa coopération avec l'Alliance atlantique dans la lutte contre les insurgés.

AFP - Le Pakistan a haussé le ton vis-à-vis de son allié américain lundi, deux jours après la bavure de la force de l'Otan qui a tué 24 de ses soldats et a été qualifiée de "tragédie" par le président des Etats-Unis Barack Obama.
              
Barack Obama estime que la mort de 24 soldats pakistanais dans un raid de l'Otan est "une tragédie", a déclaré lundi son porte-parole, tout en insistant sur l'importance de maintenir des liens entre Washington et Islamabad.
              
"Nous pleurons ces courageux soldats pakistanais qui ont perdu la vie", a déclaré Jay Carney lors de son point de presse quotidien, en assurant que les Etats-Unis prenaient "très au sérieux" cet incident qui a provoqué la fureur du Pakistan.


              
Les circonstances exactes du drame restent mystérieuses, chaque camp accusant l'autre d'avoir provoqué l'incident.
              
La force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) comme les Etats-Unis, qui la dirigent, se sont efforcés depuis samedi d'arrondir les angles après qu'Islamabad a en représailles décidé de bloquer le transit sur son territoire du ravitaillement destiné aux Occidentaux en Afghanistan, vital pour eux.
              
Les Etats-Unis ont annoncé au cours de la journée la nomination d'un général de l'armée de l'air pour diriger l'enquête sur les circonstances du drame, à laquelle doit se joindre un représentant de l'Isaf (la force de l'Otan en Afghanistan), selon un communiqué du Commandement central américain basé en Floride.
              
Furieux de cette bavure, la pire de l'Isaf au Pakistan depuis que ce dernier s'est allié à la fin 2001 aux Etats-Unis et à leur "guerre contre le terrorisme" dans la région, Islamabad a également fait part aux Etats-Unis de sa volonté de réviser leur coopération dans la lutte antiterroriste.
              
Le Pakistan, considéré comme un acteur indispensable de la pacification de l'Afghanistan, a enfin évoqué un éventuel boycott de la conférence internationale sur ce pays prévue début décembre à Bonn (Allemagne).
              
Le Premier ministre Yousuf Raza Gilani, d'ordinaire mesuré, a haussé le ton dans un entretien à la télévision américaine CNN, reprochant aux Américains de placer une fois de plus son gouvernement en position délicate face à une opinion publique déjà très anti-américaine, faisant ainsi le lit des radicaux.
              
"Vous ne pouvez gagner aucune guerre sans le soutien des masses, et nous avons besoin d'eux, (or) ce genre d'incident les éloignent", a-t-il souligné, en prévenant que la relation bilatérale ne pouvait "se poursuivre que dans le respect mutuel". "Nous ne traiterons plus comme nous le faisions d'habitude, il nous en faudra davantage pour que le pays soit satisfait", a-t-il prévenu.
              
Cette affaire a ravivé la crise américano-pakistanaise provoquée par le raid clandestin de commandos américains qui avaient tué Oussama Ben Laden le 2 mai dernier à Abbottabad, dans le nord du Pakistan.
              
Washington avait exprimé samedi ses "plus profondes condoléances" et s'était engagé à appuyer "une enquête immédiate" de l'Isaf. L'Otan a, elle, regretté dimanche un "incident tragique" et "involontaire".
              
Que s'est-il exactement passé dans la nuit de vendredi à samedi dans la zone frontalière où sont implantés les deux postes militaires pakistanais bombardés par l'Otan? Deux jours après, les réponses se faisaient toujours attendre.
              
Alors qu'une enquête de l'Isaf est en cours, le journal américain Wall Street Journal, citant des responsables afghans et occidentaux anonymes, à affirmé lundi que les soldats pakistanais avaient d'abord ouvert le feu, provoquant l'attaque de l'Otan.
              
Ni Kaboul, ni l'Isaf, ni Washington n'ont confirmé ces accusations.
              
Mais elles ont alimenté la fureur de la très puissante armée pakistanaise, qui a dénoncé une "agression délibérée" de la part de l'Otan.
              
"Cela n'est pas vrai. Ils se fabriquent des excuses", a déclaré lundi à l'AFP le général Athar Abbas, son porte-parole, à propos des responsables cités par le Wall Street Journal. Rejetant les excuses de l'Otan, il a également indiqué que 72 de ses soldats avaient été tués et 250 blessés depuis trois ans par des tirs venus du côté afghan de la frontière.
              
Pour la troisième journée consécutive, quelques manifestations anti-américaines limitées, quelques centaines de personnes au total, ont eu lieu lundi dans plusieurs grandes villes du Pakistan, demandant au gouvernement de mettre fin à son alliance avec Washington.
              
La Chine, allié-clé du Pakistan et considéré comme le principal contre-poids à l'influence américaine dans la région, s'est déclarée lundi "profondément choquée" par le bombardement de l'Otan et a réclamé une enquête.
              
Mais aux Etats-Unis, certains parlementaires ont mis la pression sur le Pakistan, régulièrement accusé de soutenir en sous-main les islamistes.
              
Les analystes estiment toutefois que cette nouvelle crise ne devrait pas remettre en cause le mariage de raison entre Washington et Islamabad, les Américains restant soucieux de ne pas jeter de l'huile sur le feu pour ne pas risquer de voir un jour l'arsenal nucléaire pakistanais tomber aux mains d'extrémistes, et les Pakistanais souhaitant de leur côté continuer à percevoir l'aide américaine.


 

Première publication : 29/11/2011

  • PAKISTAN

    Après la bavure meurtrière de l'Otan, Islamabad exprime sa "fureur"

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Bavure de l'Otan dans le nord-ouest, Islamabad ferme le "Khyber pass"

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Des Taliban pakistanais entament des négociations de paix avec Islamabad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)