Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

REPORTERS

Dans l'enfer des prisons secrètes de la CIA

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La guerre spectacle" au Proche-Orient

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Montebourg veut s'attaquer aux professions règlementées

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

  • Dans l'enfer des prisons secrètes de la CIA

    En savoir plus

  • Bagdad accuse les forces kurdes de la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : l’Allemand Andre Greipel remporte la 6e étape à Reims

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

Economie

La zone euro appelle le FMI à l'aide pour sortir de la crise

©

Vidéo par Frédéric SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/11/2011

Les ministres des Finances de la zone euro, réalisant qu'ils n'auront pas les moyens d'enrayer seuls la crise de la dette, envisagent de demander l'aide du Fonds monétaire international (FMI).

AFP - La zone euro a décidé de se tourner mardi soir davantage vers le FMI pour l'aider à enrayer la crise de la dette, après avoir réalisé qu'elle n'aurait pas seule les moyens de faire face, son Fonds de secours financier devant être doté d'une puissance de feu inférieure aux attentes.
              
La force de frappe de ce Fonds, le FESF, n'atteindra "probablement pas" le montant de 1.000 milliards d'euros initialement prévu fin octobre, a reconnu Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, à l'issue d'une réunion à Bruxelles.
              
"Les conditions ont changé" sur les marchés financiers, a-t-il argué, avec une vague de défiance croissante à l'égard de l'Union monétaire qui affecte également le Fonds, pourtant doté d'un triple A, la meilleure note possible attribuée par les agences spécialisées.
              
Les ministres ont retenu deux options pour doper la puissance d'intervention de leur dispositif. La principale consiste en un mécanisme de garantie de remboursement à hauteur de 20 à 30% pour les investisseurs qui accepteront de prêter de l'argent à des pays en difficulté. Mais personne ne sait plus très bien si le montage sera suffisant pour inciter les banques et compagnies d'assurance à s'engager massivement.
              
Il y a tout juste un mois, le dernier sommet des dirigeants européens avait fixé comme objectif un montant allant jusqu'à 1.000 milliards d'euros, dans l'espoir de rassurer les marchés financiers sur la capacité de la zone euro de bâtir un pare-feu convaincant.
              
Entre-temps, la tempête a gagné encore en vigueur, menaçant la France, voire même l'Allemagne, et l'euro tout entier.
              
Signe de cette dégradation, l'Italie a dû encore payer mardi des taux d'intérêt record pour emprunter sur les marchés. Les taux d'emprunt de la troisième économie de la zone euro ont dépassé nettement le seuil de 7%, jugé insoutenable à long terme pour la péninsule très endettée, lors d'une émission obligataire très attendue.
              
"Augmenter la force de frappe du FESF à hauteur de 1.000 milliards d'euros semble très difficile, (on arrivera) peut-être à la moitié, donc nous cherchons aussi ailleurs et (...) nous devons regarder du côté du FMI", a résumé le ministre néerlandais des Finances Jan Kees de Jager.
              
Dans ce but, la zone euro a décidé mardi soir d'"examiner rapidement une augmentation des ressources du FMI au travers de prêts bilatéraux" des pays de l'Union monétaire, a déclaré M. Juncker.
              
Les Européens entendent par ce biais montrer l'exemple et lancer un appel du pied aux autres grands pays contributeurs du FMI pour qu'ils remettent aussi au pot et les aident à résoudre la crise de la dette, alors que les Etats-Unis et de nombreux grands pays émergents sont très réticents à délier les cordons de leurs bourses.
              
L'idée est aussi d'encourager la Banque centrale européenne, indépendante, à effectuer elle aussi des prêts au FMI et ainsi indirectement à aider les pays fragiles de la zone euro.
              
"Nous devons intervenir avec la BCE, le FMI et avec un FESF renforcé là où cela est nécessaire", a affirmé le ministre luxembourgeois des Finances, Luc Frieden.
              
Cette option permettrait de contourner l'interdiction faite à la BCE de prêter directement aux Etats de la zone euro, ainsi que le refus de l'institut monétaire et du gouvernement allemand de la voir augmenter massivement ses rachats d'obligations des pays fragiles sur les marchés pour freiner la hausse des taux.
              
Ces discussions interviennent alors que Paris et Berlin s'opposent sur le rôle que doit jouer la BCE dans la résolution de la crise de la dette, la France militant pour une intervention massive de l'institut monétaire tandis que l'Allemagne estime que la BCE doit rester un rempart contre l'inflation.
              
Reflet de ce bras de fer: les deux capitales revendiquent le poste hautement stratégique d'économiste en chef de la BCE, qui semblait jusqu'ici promis à l'Allemand Jörg Asmussen, secrétaire d'Etat aux Finances.
              
Paris fait discrètement campagne pour Benoît Coeuré, numéro deux du Trésor français, nommé mardi au directoire de la BCE en remplacement de l'Italien Lorenzo Bini Smaghi, démissionnaire. Mais le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a jugé son adjoint "le meilleur pour la fonction".
              
Dans un registre plus consensuel, la zone euro s'est également mise d'accord en début de soirée sur le déblocage d'un prêt de 8 milliards d'euros à la Grèce, tiré du premier plan de sauvetage.
              
Ce geste était attendu après des mois des discussions et devrait permettre à Athènes de souffler quelque temps. Le FMI doit encore annoncer le déblocage de sa part (2,2 milliards sur les 8 milliards au total).

 

Première publication : 30/11/2011

  • ZONE EURO

    L'Eurogroupe valide le versement d'un prêt de 8 milliards d'euros à la Grèce

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Washington se dit prêt à porter secours à la zone euro

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le remède islandais à la crise, un modèle pour la zone euro ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)