Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre guerre psychologique et pénuries

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

Afrique

Les Frères musulmans donnés en tête des élections législatives

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/11/2011

Selon les résultats préliminaires, le parti des Frères musulmans, interdit d'activité sous l'ère Hosni Moubarak, arrive en tête de la première phase des élections législatives. Le scrutin doit encore durer quatre mois.

AFP - Les islamistes en Egypte semblaient se diriger vers une victoire lors de la première phase des élections marquant le début de la transition démocratique après l'ère Moubarak et saluées comme un succès dans un contexte politique tendu.
              
Les Frères musulmans, la force politique la mieux organisée du pays, ont annoncé que leur façade politique, le Parti de la liberté et de la justice (PLJ) arrivait en tête selon les résultats préliminaires du premier tour d'un scrutin étalé sur près de quatre mois.
              
Chaque phase se déroule sur deux tours dans un tiers des 27 gouvernorats du pays le plus peuplé du monde arabe avec plus de 80 millions d'habitants. Le premier tour s'est ainsi tenu lundi et mardi dans neuf gouvernorats, notamment les deux plus grandes villes du pays Le Caire et Alexandrie.
        
La dernière phase des législatives doit s'achever le 11 janvier, suivie par des élections pour la Choura (Chambre haute consultative) étalées jusqu'au 11 mars.
              
"Les premiers résultats obtenus depuis le début du dépouillement montrent que les listes du Parti de la liberté et de la justice arrivent en tête, suivies par le parti Al Nour (salafiste) et le Bloc égyptien (coalition libérale)", a indiqué le PLJ dans un communiqué.
              
Le PLJ affirme avoir obtenu les meilleurs scores respectivement à Fayyoum (130 km au sud du Caire), dans le gouvernorat de la mer Rouge (sud), au Caire et à Assiout (sud), selon le communiqué.
              


La presse égyptienne de mercredi titrait déjà sur une victoire des islamistes selon "les premières indications" des centres de dépouillement.
              
"Les islamistes et les libéraux en tête, recul des anciens partis", titrait le quotidien gouvernemental Al Ahram.
              
"Les premiers signes montrent que le PLJ est crédité de 47% des voix tandis que le Bloc Egyptien remporterait 22%", affirmait le journal Al Chourouq (indépendant).

 Les Frères musulmans exigent que le parti qui obtiendrait la majorité parlementaire soit chargé de former le prochain gouvernement du pays, toujours dirigé par l'armée depuis la chute de Hosni Moubarak.
              
"C'est la majorité parlementaire qui formera le gouvernement et ce sera un gouvernement de coalition", a déclaré le président du PLJ Mohammad Moursi  mercredi, cité par le site du parti.
              

"Le Coran est notre Constitution"

Créée en 1928 par Hassan al-Banna (1906-1949), grand-père maternel du théologien controversé Tariq Ramadan, la confrérie des Frères musulmans naît au crépuscule de la colonisation britannique en Égypte, afin de lutter contre "l’emprise laïque occidentale et l’imitation aveugle du modèle européen".

Aux aspirations nationalistes de ceux qui réclament le départ des Européens, les Frères opposent un slogan toujours en vigueur : "Le Coran est notre Constitution." Leur objectif est, à ce jour, inchangé : instaurer un État islamique fondé sur l’application de la charia.

Sous Hosni Moubarak, les Frères musulmans étaient officiellement interdits dans le pays, mais tolérés dans les faits. 

Réprimée et marginalisée sous Moubarak, la confrérie ne revendique pas ouvertement un "Etat islamique", mais son influence politique croissante inquiète les milieux laïques et coptes (chrétiens d'Egypte).

Les islamistes ont été les grands vainqueurs des élections qui se sont tenues récemment en Tunisie et au Maroc dans la foulée du "Printemps arabe".
              
Le premier tour, salué comme un "test de la démocratie" réussi, s'est achevé mardi soir dans un tiers des gouvernorats sans accroc, après deux semaines de manifestations massives hostiles aux militaires émaillées d'affrontements meurtriers.
              
Washington s'est félicité du début du scrutin, citant les impressions "positives" des observateurs indépendants américains présents, tandis que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a "félicité le peuple d'Egypte" pour "sa détermination à réussir un changement démocratique".
              
La presse note toutefois des tentatives d'intimidation de la part des islamistes, à l'instar du quotidien gouvernemental Al Akhbar qui affirme que les Frères musulmans et les salafistes ont essayé "d'influencer les électeurs".
              
Selon Al Chourouq, des islamistes à Louxor (Haute-Egypte) et Assiout (sud), ont "menacé de déclarer infidèle toute personne votant pour le Bloc Egyptien", dont le magnat copte Naguib Sawiris est le chef de file.
              
La campagne électorale avait été éclipsée par une poussée de contestation du pouvoir militaire qui gouverne le pays depuis la chute de Moubarak, émaillée ces derniers jours de violences qui ont fait 42 morts et plus de 3.000 blessés.
              
Si la mobilisation, notamment sur l'emblématique place Tahrir au Caire, s'est tassée lors du scrutin, les risques d'instabilité demeurent en raison de la longue durée du processus électoral et les incertitudes de la période post-électorale.
              
Conspué dans la rue, le chef de l'armée au pouvoir, le maréchal Hussein Tantaoui avait annoncé une date butoir -juin 2012- pour la tenue de l'élection présidentielle après laquelle le pouvoir sera transféré à une autorité civile.
              
Le futur Parlement devra nommer une commission chargée de rédiger une nouvelle Constitution, une étape décisive dans la transition du pays vers la démocratie promise.

 

 

Première publication : 30/11/2011

  • INFOGRAPHIE

    Les élections législatives en Égypte, mode d'emploi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens aux urnes pour le deuxième jour des élections législatives

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    À quoi jouent les Frères musulmans ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)