Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

Santé

La lutte contre le sida se heurte à la crise économique

Vidéo par Antoine RAUX

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 01/12/2011

Un rapport de l'OMS, publié à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida qui se tient ce jeudi, montre que la pandémie est stabilisée à l'échelle mondiale. Mais la crise économique a entraîné une baisse des financements.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Unicef et l’Onusida ont affiché leur optimisme à la veille de la journée internationale consacrée ce jeudi 1er décembre à la lutte contre le sida. Les trois organisations saluent des "progrès extraordinaires de la réponse du secteur de la santé face au VIH au cours des dix dernières années". Dans un rapport publié le 30 novembre, elles notent également que "l'incidence mondiale de l'infection au VIH s'est stabilisée" et a même commencé à diminuer dans de nombreux pays en proie à des épidémies généralisées.

En outre, le nombre de nouvelles infections a atteint en 2010 son niveau le plus bas depuis 1997, avec 2,7 millions de nouveaux cas, soit un recul de 21% par rapport au pic de 1997. L’objectif fixé par l’OMS est de supprimer toute nouvelle infection en 2015.

Ces statistiques encourageantes ne doivent cependant pas masquer une réalité toujours alarmante, selon Jean-Luc Romero, conseiller régional d’Ile-de-France et activiste de longue date dans la lutte contre le sida. "Il n’y a jamais eu autant de gens qui vivent avec le sida, on l’oublie souvent mais il y a aujourd’hui 34 millions de gens qui vivent avec le sida dans le monde", rappelle-t-il lors d’un entretien accordé à France 24.

"Le sida peut disparaître"

L’élu francilien se félicite que la lutte contre le sida ait permis de faire reculer le nombre de décès liés à cette maladie - le VIH a tué 1,8 million de personnes dans le monde en 2010 soit 5% de moins qu’en 2009. Il juge toutefois que la situation n’est toujours pas satisfaisante. "Si toutes les personnes qui en ont besoin sont mises sous traitement, le sida peut disparaître, mais malheureusement l’argent n’est pas là, alors qu’on sait aujourd’hui qu’on peut vaincre ce virus."

La crise économique de 2008 et les menaces actuelles de récession ont en effet entraîné une baisse des financements nationaux et internationaux consacrés à la lutte contre le sida - 15 milliards en 2010 contre 15,9 milliards en 2009. Le rapport de l’OMS précise pourtant qu’il faudrait consacrer 22 à 24 milliards de dollars pour que la lutte contre la maladie soit mondiale et efficace. "Il manque juste 10 petits milliards pour éviter que deux millions de personnes meurent tous les ans", note Jean-Luc Romero qui s’offusque de la baisse des financements.

Contrairement à l’idée reçue qui veut que le virus soit désormais en recul en Europe, 27 000 personnes ont été diagnostiquées comme étant porteuses du VIH en 2010 dans l’Union européenne. Un chiffre inquiétant qui, loin de diminuer, est en augmentation de 4% par rapport à 2009.

"Sida des pays riches, sida des pays pauvres"

Le virus progresse donc toujours sur le Vieux Continent, même si l’attention des médias et du grand public semble s’être quelque peu détournée de la question. Un relâchement sans doute lié au fait que le nombre de cas de maladie déclarée continue lui de chuter. Entre 2004 et 2010, le nombre de malades du sida a ainsi diminué de 50% dans l’Union européenne, notamment en raison d’un diagnostique plus rapide et de l’amélioration des traitements.

"Il y a le sida des pays riches, où les gens peuvent vivre ou parfois survivre très longtemps, et le sida des pays pauvres, où les gens continuent de mourir", analyse Jean-Luc Romero. L’Afrique est en effet toujours le continent le plus touché par la maladie. En Afrique du Sud, près de 20% de la population est séropositive.

Malgré ces disparités mondiales et un virus qui continue de se répandre, les organisations internationales ont préféré mettre en exergue les victoires remportées ces dernières années dans la lutte contre le sida. Un espoir relayé par le secrétaire général de l’ONU, Ban ki-Moon, qui a publié un communiqué, mercredi 30 novembre, dans lequel il indique que l’homme est désormais "en position d'en finir avec l'épidémie".

Sida

Première publication : 30/11/2011

  • SANTÉ

    Onusida envisage une possible fin de la pandémie de VIH

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Dans un bidonville, la circoncision a permis de limiter la transmission du VIH

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Le sida a 30 ans et aucun vaccin n'a été trouvé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)