Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Khartoum s'octroiera 23 % des exportations de pétrole du Soudan du sud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2011

Le gouvernement soudanais ne suspendra pas les exportations de pétrole du Soudan du Sud. Les deux pays voisins étant toujours dans l'impasse sur les taxes de transit, Khartoum prélèvera en nature 23% du pétrole qui transitera par ses infrastructures.

AFP - Le Soudan ne va pas bloquer les exportations de pétrole sud-soudanaises malgré l'échec des négociations menées mercredi à Addis Abeba, mais va prélever en nature 23% du pétrole qui transitera par ses infrastructures, ont annoncé des responsables soudanais.

Jusqu'à ce qu'un accord soit conclu, "nous n'allons pas imposer la taxe de transit complète. Nous allons déduire 23% sous forme de paiement en nature", a déclaré à l'AFP un haut responsable du ministère du Pétrole sous couvert de l'anonymat.

Les discussions sont dans l'impasse entre Khartoum et Juba au sujet du partage des revenus pétroliers, qui constituent 98% des revenus du Soudan du Sud (où se trouvent la majeure partie des réserves) et 60% de ceux du Soudan (qui contrôle les infrastructures indispensables à l'exportation).

Le ministère soudanais du Pétrole avait annoncé lundi avoir bloqué les exportations de pétrole sud-soudanaises, assurant que Juba ne s'était pas acquitté de 727 millions de dollars de frais de transit entre juillet et octobre.

Mais en revenant mercredi d'Addis Abeba, le négociateur soudanais pour les questions économiques, Sabir Mohamed Hassan, a assuré que le pétrole sud-soudanais continuait de transiter par le Soudan.

"Le Sud (Soudan du Sud, ndlr) a accès (à nos infrastructures) et va continuer à exporter, et c'est dans notre intérêt", a-t-il expliqué en conférence de presse. Mais "nous leur avons dit qu'il était de notre responsabilité de prendre notre dû en nature, et c'est exactement ce qu'il s'est passé ces derniers jours".

Soulignant l'absence de progrès sur ce sujet sensible, le négociateur a expliqué que Khartoum réclamait au Soudan du Sud 36 dollars par baril transitant par ses infrastructures, des frais qualifiés d'"extorsion" par Juba.

La décision de Khartoum de se payer en nature a provoqué la colère des autorités sud-soudanaises.

"Si le gouvernement soudanais vole le pétrole du Soudan du Sud, ou si d'autres essaient d'acheter le pétrole volé par le gouvernement soudanais au Sud, la République du Soudan du Sud prendra les mesures légales nécessaires", a déclaré dans un communiqué le négociateur sud-soudanais, Pagan Amum.

Il a également accusé le gouvernement de Khartoum de ne pas avoir reversé à Juba sa part dans les revenus pétroliers du pays en mai, juin et juillet, durant les mois qui ont précédé la partition.

Selon des experts, plus les deux pays tarderont à s'accorder sur ce dossier, plus les négociations seront difficiles. La prochaine rencontre est prévue à Juba le 20 décembre.

Première publication : 01/12/2011

  • KENYA

    Un juge kényan lance un mandat d'arrêt contre Omar el-Béchir

    En savoir plus

  • LES DEUX SOUDANS

    L'armée soudanaise bombarde un camp de réfugiés au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Violents affrontements entre l'ex-rébellion sudiste et l'armée de Karthoum

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)