Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations prévues en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

FRANCE

À Toulon, Nicolas Sarkozy a tenté de rassurer Berlin et les électeurs français

Vidéo par France 2

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 02/12/2011

Alors que les tractations se poursuivent entre Paris et Berlin pour sauver la zone euro, Nicolas Sarkozy a prononcé, ce jeudi à Toulon, un discours mêlant thèmes de campagne et projets de réformes européennes.

Le discours était attendu, le cadre solennel et emblématique – le zénith de Toulon où trois ans plus tôt Nicolas Sarkozy avait pointé les "dérives" du système financier mondial. À cinq mois de l’élection présidentielle, et au plus fort de la crise des dettes souveraines en Europe, le président français a de nouveau fait halte dans le premier port militaire français pour dresser un scénario de sortie de crise pour la France et la zone euro. Un cadre parfait pour celui qui veut tenir le rôle de capitaine à la barre en pleine tempête financière.

Nicolas Sarkozy évoque la souveraineté de l'Europe

Destinées à justifier sa politique vis-à-vis de l’Allemagne, les déclarations du chef de l’État ont toutefois principalement porté sur les problèmes nationaux, prenant, la plupart du temps, des airs de meeting de campagne. L’opposition a d’ailleurs répété ces derniers jours qu’elle n’y voyait qu’une tentative, par le désormais "président-candidat", pour redresser le cap dans les enquêtes d’opinion.

Bien qu’aucune annonce fracassante n’ait été faite, Nicolas Sarkozy a promis aux Français un discours de "vérité", mot qui est revenu à de nombreuses reprises. "Un nouveau modèle de croissance" est nécessaire pour faire face à la crise, a-t-il indiqué. D’un air grave, il a annoncé l’ouverture d’"un cycle de désendettement qui ramènera le balancier de l’économie vers le travail et la production". Ainsi, il convoquera en janvier prochain un sommet pour l’emploi avec tous les partenaires sociaux, afin de "répondre à la crise par le travail".

Il a en effet beaucoup été question de travail dans les propos du président français. Reprenant presque mot pour mot un slogan de sa campagne de 2007, il a invité les concitoyens à "travailler plus longtemps", à "travailler davantage et pas moins". Il en a profité pour vanter son bilan, notamment la réforme des retraites qui ne pouvait "plus être reportée", la réforme du financement de notre modèle social étant devenu, selon lui, "une urgence absolue".

Angela Merkel présente sa vision de l'Europe

La question du financement des retraites a été l’une des nombreuses flèches décochées en direction de l’opposition, le projet électoral du Parti socialiste prévoyant de réinstaurer la retraite à 60 ans sous certaines conditions.

Une réunion Sarkoy–Merkel lundi à Paris

Concernant l’Europe, les mesures portant sur la refonte de la zone euro, qui étaient attendues pour le prochain sommet européen du 9 décembre, pourraient finalement intervenir dès lundi 5 décembre. Nicolas Sarkozy a en effet annoncé qu'il recevrait lundi à Paris la chancelière Angela Merkel pour que les deux chefs d’État fassent ensemble "des propositions franco-allemandes pour garantir l'avenir de l'Europe".

Outre ceci, pas d’annonce primordiale, mais des pistes de réflexion visant à faire avancer les discussions avec l’Allemagne, sans pour autant heurter l’opinion publique française.

Entre Paris et Berlin, les négociations battent toujours leur plein pour établir un projet commun qui ferait à la fois la part belle à l’orthodoxie budgétaire, chère à l’Allemagne, et donnerait davantage de prérogatives à la Banque centrale européenne (BCE), comme le souhaite Paris.

Sur ces négociations, le président français est resté flou ce jeudi à Toulon. C’est du moins l’avis d’Antoine Vauchez, du centre européen de sociologie et de sciences politiques de la Sorbonne, qui, contacté par FRANCE 24, assure que ces zones d’ombres sont une manière de "garder une marge de manœuvres dans les tractations". "Il s’agissait de donner des gages à l’Allemagne, notamment concernant l’indépendance de la Banque centrale européenne et une éventuelle révision des traités" analyse-t-il, ajoutant que ce discours a "peut-être été donné trop tôt".

L’un des principaux points d’achoppement entre les deux pays porte sur la volonté de l’Allemagne de confier à la Cour de justice européenne le pouvoir de sanctionner le non-respect du pacte de stabilité par les États membres. "Sur cette position, difficile à accepter pour Paris car entraînant une perte de souveraineté, Nicolas Sarkozy est également resté ambigu" estime Antoine Vauchez.

Entre se montrer rassurant envers l’Allemagne - "L'Europe a besoin de plus de solidarité mais plus de solidarité exige plus de discipline" - , tout en affichant son intention de protéger la souveraineté française - "la refondation de l'Europe, ce n'est pas la marche vers plus de supranationalité"-, la marge de manœuvre est décidément étroite pour Nicolas Sarkozy.

Couchés sur le papier par la plume d’Henri Guaino – à qui on doit les grands discours du candidat puis du président, les mots de Nicolas Sarkozy ont dû être attentivement écoutés à Berlin, où Angela Merkel s’apprête à se plier au même exercice vendredi au Bundestag. Néanmoins, la tâche s’annonce moins aisée pour la chancelière allemande, dont l’auditoire, composé des députés allemands, devrait se montrer moins enthousiaste qu’un zénith rempli de militants de la majorité présidentielle. L’enjeu, lui, sera le même : convaincre les élus et l’opinion publique de la justesse du futur plan de sortie de crise franco-allemand.

Première publication : 01/12/2011

  • FRANCE

    Immigration : l’UMP chasse sur les terres du FN

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Paris, Berlin et Rome prêts à modifier les traités européens pour soutenir l'euro

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La BCE, banque de discorde du couple franco-allemand

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)