Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

Afrique

Les islamistes donnés en tête, les résultats toujours attendus

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2011

Si la commission électorale n'a pas encore annoncé de résultats officiels de la première phase des législatives égyptiennes, des bribes ont été rapportées par la presse confirmant une percée des islamistes, Frères Musulmans ou salafistes.

ÉGYPTE : PREMIÈRES LÉGISLATIVES POST-MOUBARAK

AFP - Des résultats partiels du premier tour des législatives égyptiennes continuaient d'arriver samedi au compte-gouttes, confirmant les bons scores des islamistes, notamment des fondamentalistes salafistes, face à un camp libéral et laïque en déroute.

La commission électorale a annoncé vendredi soir un taux de participation de 62% "jamais vu depuis les pharaons", mais n'a une nouvelle fois pas été en mesure de donner les résultats complets par partis pour ce vote qui s'est déroulé lundi et mardi.

Les bribes de résultats rapportées par la presse et les différentes formations ont toutefois continué de confirmer les scores élevés des islamistes, qu'il s'agisse des Frères musulmans ou des salafistes (fondamentalistes) du parti Al-Nour.

Les coalitions menées par les islamistes pourraient avoir au total entre 60 et 70% des voix selon certaines estimations.

Les résultats pour Port-Saïd, sur le canal de Suez, donnaient 32,5% pour les Frères musulmans, 20,7% pour les salafistes de Al-Nour et 12,9% pour une formation islamiste modérée, Wassat, selon le journal gouvernemental al-Ahram. Les libéraux du Wafd ne remportaient que 14%.

A Port-Saïd toujours, une figure historique de la contestation contre le régime de Hosni Moubarak, Georges Ishaq, fondateur du mouvement Kefaya (Assez!), était battu, selon la presse.

La commission électorale a assuré que les résultats officiels seraient postés sur internet "bientôt", sans plus de précisions sur les raisons de cette attente.

Le calme dans lequel s'est déroulé le scrutin et la forte mobilisation des électeurs sont portés au crédit de l'armée au pouvoir, mais la perspective d'avoir face à elle un Parlement à forte majorité islamiste lui pose désormais un lourd défi.

Au Caire, un politicien libéral, Amr Hemzawi, a été élu dès le premier tour dans le quartier aisé d'Héliopolis, mais ailleurs les personnalités issues de la révolte populaire de janvier-février qui a chassé M. Moubarak étaient battues.

Dans le gouvernorat très touristique de la Mer Rouge, les Frères musulmans faisaient un score de 30%, deux fois supérieur à celui du Bloc égyptien, une alliance de partis libéraux.

Selon le quotidien indépendant al-Masri al-Youm, aucune femme n'a été élue au premier tour, qu'il s'agisse de candidature individuelle ou de liste.

Une candidate du Wafd, Nihal Aahdi, citée par le journal, a expliqué que cette situation était "liée au fait que les Frères musulmans et salafistes ont dominé les résultats".

Forts de leur percée dans les urnes, les salafistes multipliaient les déclarations favorables à l'instauration d'un islam conservateur.

Le dirigeant salafiste Abdel Monem Chahat a assuré que les romans de l'écrivain égyptien et prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz "encourageaient le vice car ils portent sur la prostitution et la drogue".

Une autre personnalité de ce courant fondamentaliste sunnite, Hazem Abou Ismaïl, a estimé qu'il fallait "créer un climat pour faciliter" le port du voile, et que s'il est élu président, il "ne permettrait pas à un homme et à une femme de s'asseoir ensemble dans un lieu public".

L'ambiance était morose samedi matin sur la place Tahrir au Caire, occupée depuis deux semaines par des militants qui veulent maintenir la flamme de la révolte du début de l'année.

"Tous ceux à qui nous avons fait confiance nous ont trahis", affirme Mohamed el-Assas, 25 ans, un des manifestants encore présents.

L'opposant Mohamed ElBaradei, ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui était venu à Tahrir la semaine dernière, "a disparu", déplore-t-il, et les Frères musulmans "ne sont plus avec nous maintenant qu'ils ont gagné les élections".

Le vote concerne un tiers des gouvernorats égyptiens, dont ceux du Caire et d'Alexandrie, les deux plus grandes villes. Un second tour est prévu lundi et mardi prochains.

Les députés des autres gouvernorats seront élus d'ici au 11 janvier, puis viendra l'élection de la Choura (sénat), jusqu'au 11 mars.

Cette élection, la première depuis la chute de M. Moubarak le 11 février, est sensée donner un reflet du pays politique réel après des décennies de scrutins sans surprise au profit du parti au pouvoir.

Le taux de participation de 62% est exceptionnel en Egypte, où l'absention était sous l'ancien régime massive faute d'enjeu électoral.

 

 

 

 

Première publication : 03/12/2011

  • INFOGRAPHIE

    Les élections législatives en Égypte, mode d'emploi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens aux urnes pour le deuxième jour des élections législatives

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    À quoi jouent les Frères musulmans ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)