Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

Environ 3 000 personnes ont fui Kinshasa par crainte de violences

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Johan BODIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2011

Près de 3 000 personnes ont quitté Kinshasa pour Brazzaville, par peur des violences post-électorales en République démocratique du Congo. Les résultats complets de la présidentielle doivent être communiqués par la Commission électorale, mardi.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

AFP - Environ 3.000 personnes redoutant les violences post-électorales en RD Congo (RDC) ont traversé ce week-end le fleuve Congo pour rallier Brazzaville, capitale du Congo située juste en face de Kinshasa, la capitale de la RDC, ont indiqué des sources concordantes à Brazzaville.


Le nombre de personnes "que nous avons reçus hier (samedi) et aujourd’hui (dimanche) (...) dépasse 3.000", a indiqué un agent des services d'émigration à l'AFP au port fluvial du Beach.



Celui-ci a fourni le même chiffre au ministre congolais de l’Intérieur Raymond Zéphirin Mboulou qui est venu se rendre compte de la situation, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous ne sommes pas en situation de crise déclarée", a déclaré le ministre congolais.

"Pour l’instant nous recevons des Congolais et des étrangers qui traversent", le fleuve, a-t-il dit.

"Je n'infirme ni ne confirme les chiffres. Les chiffres ne m'intéressent pas car la frontière n'est pas encore fermée. Les gens vont continuer à arriver (demain) mais il n'y a rien de fâcheux", a encore affirmé le ministre.

Un agent des douanes du Beach a également évoqué le chiffre de "3.000 personnes".

Les personnes traversant le fleuve Congo sont des Congolais, mais aussi des étrangers, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dimanche, des embarcations rapides transportant en moyenne une vingtaine de passagers ont effectué des navettes jusqu'à 13h30 locales, alors que le port ferme habituellement à 12h00 (11H00 GMT).

Une fois arrivées à Brazzaville, les personnes arrivant de Kinshasa remplissent les formalités au Beach, avant de gagner la ville où les hôtels affichent complet, a constaté le journaliste de l'AFP.

"Ce n'est pas la panique. C'est un peu plus que d'habitude et un peu plus tard (horaire fermeture). Il y a un mélange d'expatriés et de quelques centaines de Congolais. Ce n'est pas un exode", a confié une source diplomatique à Brazzaville.

"Effectivement, les hôtels de Brazzaville sont saturés", a ajouté cette source.

Les deux capitales - Brazzaville et Kinshasa - sont séparées par le fleuve Congo. La traversée, longue de 4 km environ, prend entre 20 minutes à une heure selon les embarcations.

En général, environ 12.000 personnes traversent le fleuve chaque mois (400 par jour en moyenne dans les deux sens), selon des chiffres obtenus auprès du port en juin.

Les résultats complets de la présidentielle en RD Congo doivent être communiqués mardi par la Commission électorale mais l'attente de ces résultats s'inscrit dans un contexte de tension après le rejet par l'opposition du décompte plaçant le sortant Joseph Kabila devant son rival opposant Etienne Tshisekedi.

Dimanche, la plupart des personnes qui ont quitté Kinshasa pour Brazzaville refusaient de répondre aux questions des journalistes.

Une jeune femme a toutefois confié que "les gens quittent Kinshasa parce qu’ils ont peur de ce qui peut arriver".

 

Première publication : 04/12/2011

  • RD CONGO

    Human Rights Watch fait état d'au moins 18 morts en marge des élections

    En savoir plus

  • RD Congo : la course aux élections

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Trois candidats réclament l'invalidation des scrutins présidentiel et législatif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)