Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Les islamistes largement en tête de la première étape des législatives

©

Vidéo par Maeva BAMBUCK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/12/2011

Les premiers résultats officiels des législatives égyptiennes publiés par la commission électorale confirment une percée des islamistes. Les Frères musulmans, les salafistes d'Al-Nour et les modérés du Wassat remportent 65,25 % des voix.

ÉGYPTE : PREMIÈRES LÉGISLATIVES POST-MOUBARAK

AFP - Les islamistes en Egypte, officiellement crédités de 65% des voix au premier tour des législatives, espéraient dimanche améliorer davantage leur score à la veille du deuxième tour de ce scrutin qui devrait confirmer leur domination du futur Parlement.

Mais une rude bataille se profile au sein du camp islamiste pour ce deuxième tour organisé dans un tiers des gouvernorats, avec un duel attendu entre la confrérie des Frères musulmans et les salafistes du parti Al-Nour pour une partie des sièges attribués au scrutin uninominal.

La confrérie est officiellement créditée de 36,62% des voix et les salafistes --fondamentalistes musulmans-- dont elle s'efforce de se démarquer la talonne avec 24,36% des voix. Une troisième liste islamiste, celle du Wassat, modéré, remporte 4,27% des suffrages.

"Le deuxième tour met fin à la lune de miel entre les Frères et les salafistes", écrit dimanche le quotidien Al Akhbar, évoquant en particulier le cas d'Alexandrie, deuxième ville du pays, où le parti salafiste Al Nour est né après le soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak en début d'année.

La bataille opposera également les deux mouvements à Damiette, dans le Delta du Nil, où ils étaient au coude à coude au premier tour.

"Les amis du premier tour devenus ennemis au deuxième tour", titre le quotidien à propos d'une bataille à Louxor (sud) entre un candidat des Frères et un autre de la Gamaa islamiya (salafiste).

Les libéraux, jusqu'à présent les grands perdants des premières élections depuis la chute du président autocrate, tenteront de batailler, en particulier au Caire, pour faire entrer leurs candidats au futur Parlement.

Ce vote concerne un tiers des gouvernorats pour l'Assemblée du peuple (chambre des députés). Le vote des autres gouvernorats s'étalera jusqu'en janvier, avant l'élection de la Choura, la chambre haute consultative, étalée jusqu'en mars.

La percée des salafistes a pris au dépourvu les Frères musulmans, qui se présentent comme "modérés", et a semé la crainte dans les milieux laïques et coptes (chrétiens d'Egypte).

"Nous représentons un islam +centriste+ et modéré, nous n'imposons rien par la force", a assuré à l'AFP Mahmoud Ghozlane, porte-parole des Frères musulmans, appelant "à ne pas mettre tous les islamistes dans le même panier", en référence au parti Al-Nour.

Forts de leur percée dans les urnes, les salafistes ont multiplié les déclarations en faveur d'un islam rigoriste.

Le dirigeant salafiste Abdel Monem Chahat a assuré que les romans de l'écrivain égyptien et prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz "encourageaient le vice car ils portent sur la prostitution et la drogue".

Une autre personnalité de ce courant, Hazem Abou Ismaïl, a estimé qu'il fallait "créer un climat pour faciliter" le port du voile, et dit que s'il était élu président, il "ne permettrait pas à un homme et à une femme de s'asseoir ensemble dans un lieu public".

Ces prises de position ont provoqué de vives réactions, en particulier sur les réseaux sociaux comme Twitter. "C'est parti pour qu'on devienne un nouvel Afghanistan!" lançait un internaute.

Dans la région, le Hamas palestinien, qui contrôle la bande de Gaza, s'est réjoui de cette percée des islamistes égyptiens, tandis que plusieurs responsables israéliens ont fait part de leur inquiétude devant la montée de l'islamisme dans les pays arabes, après les victoires du parti Ennahda en Tunisie et du Parti de la Justice et du développement (PJD) au Maroc.

Le scrutin en Egypte, nation la plus peuplée du monde arabe (plus de 80 millions d'habitants) a été marqué par un taux de participation historique (62%).

Les élections se déroulent au moment où un nouveau gouvernement est sur le point d'être formé par le Premier ministre Kamal el-Ganzouri, qui a annoncé samedi que le cabinet pourrait être investi d'ici à mercredi.

M. Ganzouri a été nommé le 25 novembre par l'armée au pouvoir, remplaçant Essam Charaf, qui avait démissionné à la suite des affrontements meurtriers ayant opposé forces de l'ordre et manifestants en marge de rassemblements hostiles au pouvoir militaire.

D'après le quotidien indépendant Al Masri al Youm, la formation du gouvernement a été reporté plusieurs fois après le refus de nombreuses personnalités d'y participer.

Le nouveau Premier ministre est contesté par les manifestants qui continuent de se mobiliser sur la place Tahrir au Caire pour réclamer le départ du pouvoir militaire, qu'ils assimilent à M. Moubarak.

M. Ganzouri, 78 ans, et ancien Premier ministre sous Hosni Moubarak, a fait savoir que son équipe comprendrait au moins une dizaine de membres du gouvernement démissionnaire.

 

 

 

Première publication : 04/12/2011

  • ÉGYPTE

    Les islamistes donnés en tête, les résultats toujours attendus

    En savoir plus

  • INFOGRAPHIE

    Les élections législatives en Égypte, mode d'emploi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    À quoi jouent les Frères musulmans ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)