Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

Sécurité nucléaire en France : un dispositif nébuleux et controversé

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 06/12/2011

L’opération commando de Greenpeace, qui a infiltré la centrale de Nogent-sur-Seine, à moins de 100 km de Paris, pose la question de la sécurité nucléaire dans un pays où le dispositif de protection des sites comporte de nombreuses zones d'ombre.

L’intrusion de militants de Greenpeace dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube), ce lundi 5 décembre, relance le débat sur la sécurité du nucléaire en France.

L’action menée par Greenpeace met en lumière les dysfonctionnements du système de protection actuel des sites nucléaires français. Peu après l’opération "coup de poing" de l’organisation écologiste le ministre français de l’Industrie, Éric Besson, a émis le souhait de "prendre des dispositions pour que cela ne se reproduise pas". De son côté, Henri Guaino, conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, a reconnu que l’opération faisait "réfléchir sur la sécurisation des accès aux centrales nucléaires".

Qui fait quoi ?

Greenpeace estime que la sécurité n'est pas assurée

En France, l’identification des nombreux acteurs impliqués dans la mise en œuvre du dispositif de sécurité nucléaire demeure particulièrement floue.

Tout d’abord, les sites nucléaires sont équipés d’une double clôture électrifiée et d’un réseau de vidéosurveillance, tous deux financés et entretenus par l’opérateur de l’installation, en l’occurrence EDF.

Sur place, une équipe du Peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG) est chargée de la protection de chacun des sites. Ces effectifs, qui opèrent en permanence, sont sous la responsabilité du ministère de l’Intérieur.

Le ministère de la Défense s’occupe quant à lui des systèmes militaires qui garantissent la sécurité des installations. Des batteries de missiles sol-air, notamment, ont été installées à proximité de sites jugés sensibles au lendemain à l’attaque terroriste du 11-Septembre aux États-Unis.

Les ministères de l’Industrie et de l’Écologie sont pour leur part chargés de l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de sûreté nucléaire, un mandat qui comprend notamment le transport des matières radioactives et fissiles à usage civil. Dans le cadre d’opérations de sûreté, ils peuvent être appelés à demander le soutien logistique des ministères de l’Intérieur et de la Défense.

Greenpeace affirme être entré dans d'autres centrales nucléaires...

"Vers 6h ce matin, au moment où ils sont entrés dans la centrale de Nogent, d'autres militants de Greenpeace se sont introduits dans d'autres installations nucléaires", affirme, sans nommer les lieux, l'organisation écologiste, précisant que ces activistes "parviennent à se déplacer sur ces sites sans être repérés".

EDF, de son côté, a annoncé que des banderoles avaient été déployées et "immédiatement retirées" sur les sites nucléaires de Chinon (Indre-et-Loire) et du Blayais (Gironde), parallèlement à l'intrusion de plusieurs militants de Greenpeace dans la centrale de Nogent-sur-Seine (Aube).

Greenpeace n'a pas non plus donné de précisions sur le nombre de militants présents. "Areva, EDF, les forces de l'ordre et les responsables politiques prétendent que les sites nucléaires français sont sécurisés et que les militants de Greenpeace ont été immédiatement repérés ? A eux de retrouver les militants", a ajouté l'organisation dans son communiqué.
 

Dans les faits, c’est à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), une agence indépendante dont les membres exécutifs sont nommés par l’État, qu’il advient d’assurer le contrôle de la sûreté nucléaire au sein des sites mais également lors du transport de déchets radioactifs.

Confusion

La différence entre sûreté et sécurité nucléaire est essentielle pour définir les responsabilités de chaque entité impliquée. Selon la nomenclature internationale définie par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), la sûreté se rapporte à tout phénomène naturel ou événementiel non provoqué susceptible de provoquer un incident (catastrophe naturelle, incident fonctionnel, etc.). En revanche, tout acte délibéré qui prend pour cible les installations nucléaires, comme les attentats, relève de la sécurité nucléaire.

Contactée par FRANCE 24, l’ASN insiste sur le fait qu’elle n’est pas l’interlocuteur privilégié pour évoquer l’action de Greenpeace : "L’ASN est en charge de la sûreté. L’intrusion à Nogent-sur-Seine concerne la sécurité des centrales. Le sujet est un sujet de sécurité publique."

Reste que selon la loi Transparence et sécurité nucléaire (TSN) de 2006, le concept de sûreté nucléaire est intégré dans celui, plus large, de la sécurité nucléaire. Cette ambiguïté sur la terminologie court jusque dans les ministères. Au ministère de l’Industrie par exemple, le service communication, joint par FRANCE 24, s’essaie à décrypter le mécanisme : "La sécurité nucléaire est élaborée communément par le ministère de l’Écologie et celui de l’Énergie (donc de l’Industrie). Après, vous dire qui s’en occupe… Cela dépend de ce que vous cherchez…"

Également sollicité, la CGT Mines-énergie, qui représente les salariés de ces secteurs, précise que la sécurisation des sites est gérée par l’exploitant de la centrale, en l’occurrence EDF, qui dispose de services spécialisés en la matière. Et ces services, par souci d’économie et de logistique, sont pour la plupart sous-traités par des sociétés privées.

"EDF est une entreprise dont l’objectif est de générer de l’argent. Et la sécurité, ça coûte cher, donc l’exploitant l’assure a minima. Même chose pour ce qui est des permanences de la gendarmerie sur les lieux. En pratique, le dispositif me paraît peu crédible", affirme le journaliste Éric Ouzounian dans son livre "Vers un Tchernobyl français ?"*. Contactés à plusieurs reprises, ni EDF, ni le ministère de l’Intérieur n’ont souhaité s’exprimer sur le sujet.

Aucune permanence

Depuis la fin des années 1970 et les premières directives ministérielles, la sécurité nucléaire n’est élaborée par aucun ministère particulier. Depuis 2003, c’est au Comité interministériel aux crises nucléaires ou radiologiques (CICNR) qu’incombe la responsabilité d’en définir les modalités. Mais ce consortium n’a pas de permanence et se réunit exclusivement sous ordre direct du Premier ministre.

"La nature même du dispositif en place en fait un dispositif de réaction et non de prévention. Et c’est exactement la même chose pour ce qui est des alertes incendie. Il n’y a même pas un pompier de permanence dans les centrales françaises. Le problème de la sécurité est traité comme un feu de grange", explique Éric Ouzounian.

Risque terroriste "mésestimé"

Dans un texte présenté en décembre 2002, lors d’une séance publique consacrée au risque terroriste à l’Académie des sciences, à Paris, Roland Masse et Nicole Colas-Linhart, deux chercheurs, pointent du doigt la mésestimation de la potentialité d’une attaque humaine contre un site nucléaire de la part des pouvoirs publics, qui n’est pas seulement une particularité française.

Le document évoque ainsi la position américaine sur le sujet : "L’attaque terroriste est trop spéculative pour nécessiter une prise en considération spécifique." À la même époque, cette catégorisation des différents types de risques (risque humain et autres types de risque) se retrouve dans les publications de l’ASN, qui explique que les règles de sûreté ne peuvent inclure les actes de guerre et de terrorisme.

Près de dix ans plus tard, aucune entité permanente spécifique n’a été créée pour assurer le mandat de prévention du risque humain sur les installations nucléaires. Le problème de la sécurité des sites est toujours l’objet d’une co-gérance de plusieurs acteurs publics et privés. Ce qui, selon Éric Ouzounian, démontre clairement que les pouvoirs publics "sous-estiment le risque terroriste lié aux installations nucléaires françaises".

À la CGT Mines-énergie, on répond que "la sécurité des centrales est assurée depuis des décennies" et que des dispositifs de protection renforcés "n’ont pas lieu d’exister".
L’audit post-Fukushima commandé par le gouvernement reprend le même argument : dans le projet développé en mai dernier par l’ASN, les critères retenus excluent complètement le risque humain et terroriste.


* "Vers un Tchernobyl français ? ", d’Éric Ouzounian, 171 pages, Nouveau Monde Editions, publié le 15 mai 2008.

 

Première publication : 05/12/2011

  • FRANCE

    Neuf militants de Greenpeace interpellés dans la centrale de Nogent

    En savoir plus

  • FRANCE

    Greenpeace s'est introduit dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

    En savoir plus

  • FRANCE

    Piratage informatique de Greenpeace : EDF condamnée à 1,5 million d'euros d'amende

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)