Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

EUROPE

François Hollande défend sa vision du couple franco-allemand à Berlin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Alors que son parti est taxé de germanophobie, le candidat socialiste à l'Élysée, invité d'honneur du parti social-démocrate (SPD), a plaidé ce lundi pour une relation franco-allemande œuvrant dans l'"égalité et le respect".

REUTERS - François Hollande a plaidé lundi à Berlin pour une relation franco-allemande équilibrée, indispensable à ses yeux à la mise en place dans l’Union européenne d’un “fédéralisme de projets” susceptible d’empêcher les marchés de remplir l’espace.

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle s’est exprimé devant le congrès du parti social-démocrate allemand (SPD) à l’invitation de son président, Sigmar Gabriel.

En pleine crise de la zone euro, qui fait l’objet d’une nouvelle réunion lundi à Paris entre le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel en prévision du Conseil européen de cette fin semaine, François Hollande a plaidé pour une Europe mue par la politique, non livrée aux marchés.

“Là où la démocratie régresse, là où politique recule, c’est le marché qui avance”, a-t-il déclaré devant plusieurs centaines de délégués sociaux-démocrates, qui l’ont applaudi debout à son arrivée et à la fin de son discours.

“Il y urgence, il faut la traiter, et il y a l’avenir”, a-t-il poursuivi. “Ce que je propose, ce n’est pas un fédéralisme des marchés mais un fédéralisme des projets”.

Le candidat a dit son attachement à l’euro, “notre patrimoine commun”. “Nous devons affirmer notre attachement à l’euro, à la constitution européenne autour de cette monnaie unique », a-t-il dit, plaidant, contre la crise, pour un « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance ».

Alors que des voix se sont élevées dans son camp ces derniers temps contre “l’abdication” de la France vis-à-vis de l’Allemagne, en bien meilleure santé économique, François Hollande a plaidé pour un couple franco-allemand oeuvrant “dans l’égalité et le respect (...) non pas dans la déséquilibre mais dans la poursuite d’un ambition commune. Non pas dans la méfiance mais dans la franchise”.

“Je conçois cette relation comme un équilibre (...) banissant tout directoire, doit pouvoir constituer la force d’entraînement”, a-t-il ajouté.

Lors d’une rencontre avec la presse en début de matinée, François Hollande a déclaré que les propos aux “relents germanophobes” selon l’expression du Premier ministre François Fillon, entendus dans la bouche des élus PS Arnaud Montebourg et Jean-Marie Le Guen, n’avaient pas eu d’écho au SPD.

“Il aurait pu y avoir une interrogation, une émotion (mais) aucun de nos amis sociaux-démocrates ne nous ont posé la question. Quand nous leur en avons parlé, ils ont dit ‘on a vu une brève’”, a-t-il rapporté. “On ne va rentrer dans cette surenchère”.

 

Première publication : 05/12/2011

  • FRANCE

    Le candidat socialiste François Hollande fustige un plan d'austérité "injuste"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande officiellement investi candidat du Parti socialiste

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Hollande largement vainqueur devant Sarkozy, selon un sondage CSA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)