Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

François Hollande défend sa vision du couple franco-allemand à Berlin

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Alors que son parti est taxé de germanophobie, le candidat socialiste à l'Élysée, invité d'honneur du parti social-démocrate (SPD), a plaidé ce lundi pour une relation franco-allemande œuvrant dans l'"égalité et le respect".

REUTERS - François Hollande a plaidé lundi à Berlin pour une relation franco-allemande équilibrée, indispensable à ses yeux à la mise en place dans l’Union européenne d’un “fédéralisme de projets” susceptible d’empêcher les marchés de remplir l’espace.

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle s’est exprimé devant le congrès du parti social-démocrate allemand (SPD) à l’invitation de son président, Sigmar Gabriel.

En pleine crise de la zone euro, qui fait l’objet d’une nouvelle réunion lundi à Paris entre le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel en prévision du Conseil européen de cette fin semaine, François Hollande a plaidé pour une Europe mue par la politique, non livrée aux marchés.

“Là où la démocratie régresse, là où politique recule, c’est le marché qui avance”, a-t-il déclaré devant plusieurs centaines de délégués sociaux-démocrates, qui l’ont applaudi debout à son arrivée et à la fin de son discours.

“Il y urgence, il faut la traiter, et il y a l’avenir”, a-t-il poursuivi. “Ce que je propose, ce n’est pas un fédéralisme des marchés mais un fédéralisme des projets”.

Le candidat a dit son attachement à l’euro, “notre patrimoine commun”. “Nous devons affirmer notre attachement à l’euro, à la constitution européenne autour de cette monnaie unique », a-t-il dit, plaidant, contre la crise, pour un « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance ».

Alors que des voix se sont élevées dans son camp ces derniers temps contre “l’abdication” de la France vis-à-vis de l’Allemagne, en bien meilleure santé économique, François Hollande a plaidé pour un couple franco-allemand oeuvrant “dans l’égalité et le respect (...) non pas dans la déséquilibre mais dans la poursuite d’un ambition commune. Non pas dans la méfiance mais dans la franchise”.

“Je conçois cette relation comme un équilibre (...) banissant tout directoire, doit pouvoir constituer la force d’entraînement”, a-t-il ajouté.

Lors d’une rencontre avec la presse en début de matinée, François Hollande a déclaré que les propos aux “relents germanophobes” selon l’expression du Premier ministre François Fillon, entendus dans la bouche des élus PS Arnaud Montebourg et Jean-Marie Le Guen, n’avaient pas eu d’écho au SPD.

“Il aurait pu y avoir une interrogation, une émotion (mais) aucun de nos amis sociaux-démocrates ne nous ont posé la question. Quand nous leur en avons parlé, ils ont dit ‘on a vu une brève’”, a-t-il rapporté. “On ne va rentrer dans cette surenchère”.

 

Première publication : 05/12/2011

  • FRANCE

    Le candidat socialiste François Hollande fustige un plan d'austérité "injuste"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande officiellement investi candidat du Parti socialiste

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Hollande largement vainqueur devant Sarkozy, selon un sondage CSA

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)