Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak?

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

EUROPE

François Hollande défend sa vision du couple franco-allemand à Berlin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Alors que son parti est taxé de germanophobie, le candidat socialiste à l'Élysée, invité d'honneur du parti social-démocrate (SPD), a plaidé ce lundi pour une relation franco-allemande œuvrant dans l'"égalité et le respect".

REUTERS - François Hollande a plaidé lundi à Berlin pour une relation franco-allemande équilibrée, indispensable à ses yeux à la mise en place dans l’Union européenne d’un “fédéralisme de projets” susceptible d’empêcher les marchés de remplir l’espace.

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle s’est exprimé devant le congrès du parti social-démocrate allemand (SPD) à l’invitation de son président, Sigmar Gabriel.

En pleine crise de la zone euro, qui fait l’objet d’une nouvelle réunion lundi à Paris entre le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel en prévision du Conseil européen de cette fin semaine, François Hollande a plaidé pour une Europe mue par la politique, non livrée aux marchés.

“Là où la démocratie régresse, là où politique recule, c’est le marché qui avance”, a-t-il déclaré devant plusieurs centaines de délégués sociaux-démocrates, qui l’ont applaudi debout à son arrivée et à la fin de son discours.

“Il y urgence, il faut la traiter, et il y a l’avenir”, a-t-il poursuivi. “Ce que je propose, ce n’est pas un fédéralisme des marchés mais un fédéralisme des projets”.

Le candidat a dit son attachement à l’euro, “notre patrimoine commun”. “Nous devons affirmer notre attachement à l’euro, à la constitution européenne autour de cette monnaie unique », a-t-il dit, plaidant, contre la crise, pour un « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance ».

Alors que des voix se sont élevées dans son camp ces derniers temps contre “l’abdication” de la France vis-à-vis de l’Allemagne, en bien meilleure santé économique, François Hollande a plaidé pour un couple franco-allemand oeuvrant “dans l’égalité et le respect (...) non pas dans la déséquilibre mais dans la poursuite d’un ambition commune. Non pas dans la méfiance mais dans la franchise”.

“Je conçois cette relation comme un équilibre (...) banissant tout directoire, doit pouvoir constituer la force d’entraînement”, a-t-il ajouté.

Lors d’une rencontre avec la presse en début de matinée, François Hollande a déclaré que les propos aux “relents germanophobes” selon l’expression du Premier ministre François Fillon, entendus dans la bouche des élus PS Arnaud Montebourg et Jean-Marie Le Guen, n’avaient pas eu d’écho au SPD.

“Il aurait pu y avoir une interrogation, une émotion (mais) aucun de nos amis sociaux-démocrates ne nous ont posé la question. Quand nous leur en avons parlé, ils ont dit ‘on a vu une brève’”, a-t-il rapporté. “On ne va rentrer dans cette surenchère”.

 

Première publication : 05/12/2011

  • FRANCE

    Le candidat socialiste François Hollande fustige un plan d'austérité "injuste"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande officiellement investi candidat du Parti socialiste

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Hollande largement vainqueur devant Sarkozy, selon un sondage CSA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)