Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Éducation, banlieues, jeunesse, le "vivre-ensemble" de François Hollande

En savoir plus

DÉBAT

Éducation, banlieues, jeunesse, le "vivre-ensemble" de François Hollande

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ahmed, 8 ans, au commissariat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mauvais pari"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'insaisissable Djamel Beghal"

En savoir plus

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

Asie - pacifique

Hamid Karzaï appelle au maintien de l'aide internationale jusqu'en 2024

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2011

À l'occasion de la conférence sur l'Afghanistan organisée à Bonn ce lundi, le président Karzaï a appelé les puissances occidentales à soutenir Kaboul jusqu'en 2024 malgré le retrait programmé de leurs contingents militaires d'ici fin 2014.

AFP - Le président Hamid Karzaï a appelé la communauté internationale à maintenir son engagement en Afghanistan jusqu'en 2024, devant une centaine de délégations du monde entier réunies à Bonn lundi pour renouveler leur soutien à ce pays déchiré par la guerre.

"Nous allons avoir besoin de votre soutien au moins pour une nouvelle décennie (entre 2014 et 2024)", a lancé M. Karzaï, lors de son discours d'ouverture, inquiet de l'avenir du pays après le départ des troupes de l'Otan fin 2014.

La secrétaire d'Etat américaine Hilary Clinton a apporté une bonne nouvelle à Bonn en annonçant peu après son arrivée à la Conférence que les Etats-Unis allaient débloquer plusieurs centaines de millions de dollars d'aides au développement en faveur de l'Afghanistan.

"L'engagement international pour l'Afghanistan va continuer" après le retrait des troupes de combat, a promis de son côté le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle.

"Nous ne vous abandonnons pas. L'Afghanistan et ses habitants ont besoin d'un engagement fiable pour un soutien de long terme pour la prochaine décennie après

2014", a-t-il lancé.

"L'engagement international pour l'Afghanistan va continuer (...) mais il va être différent", a précisé M. Westerwelle. "Il va se concentrer sur la reconstruction et le développement", a-t-il ajouté, insistant sur un engagement mutuel et réciproque de la part des Afghans et de la communauté internationale.

A l'avenir, il faut particulièrement lutter contre la corruption, le trafic d'opium et défendre les droits des femmes, a insisté le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Les grands absents

Alors que les talibans sont absents de cette conférence, Hamid Karzaï a fait un pas en leur direction: "le processus politique continuera à être ouvert aux talibans", a-t-il dit.

Les Occidentaux, Allemands et Britanniques en tête, avaient un temps espéré intégrer quelques représentants des talibans à la délégation afghane en Allemagne pour que cette dernière soit la plus large et représentative possible, selon des diplomates.

Mais les "contacts" entamés depuis le début de l'année ont tourné court et l'assassinat mi-septembre, par un prétendu émissaire taliban, du négociateur en chef du gouvernement afghan, l'ex-président Burhanuddin Rabbani, a achevé de ruiner le processus.

"La réconciliation politique peut seulement avoir lieu si elle est soutenue par ses voisins", a insisté le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Un appel du pied au Pakistan qui a décidé de boycotter cette réunion en représailles à un bombardement de la force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) de son côté de la frontière, qui a tué 24 soldats pakistanais.

Le Pakistan est considéré comme incontournable dans tout éventuel processus de paix en raison de ses liens historiques et actuels avec les talibans.

Selon le quotidien allemand Bild, citant les services secrets allemands, le président Karzaï souhaite se maintenir au pouvoir après 2014, fin de son deuxième et dernier mandat possible selon la Constitution afghane.

Hamid Karzaï travaille à "une réorganisation politique du gouvernement central afghan", écrit le journal, citant un "rapport spécial" du BND, les services secrets allemands, datant de septembre.

Dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel daté de lundi, Hamid Karzaï affirme au contraire qu'en 2014, au sortir de son mandat, il deviendra "un citoyen retraité et heureux, vivant à Kaboul".

Première publication : 05/12/2011

  • SOMMET

    Conférence de Bonn sur l’Afghanistan : l’absence du Pakistan crée la polémique

    En savoir plus

  • CONFÉRENCE D'ISTANBUL

    Treize pays s'associent pour aider l'Afghanistan à se reconstruire

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Dix ans après l'intervention de l'Otan, les Afghans aspirent à une vie meilleure

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)