Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

Afrique

L’islamisme prend ses quartiers en Afrique du Nord

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/12/2011

Après la Tunisie et le Maroc, l'Égypte. Moins d’un an après le début des soulèvements arabes, les islamistes d’Afrique du Nord trustent les victoires électorales dans la région. Retour sur un succès fulgurant.

Les urnes ont rendu leur verdict, l’islam politique prend ses quartiers en Afrique du Nord. Pour la première fois, en effet, des partis islamistes vont gouverner ou sont sur le point de le faire au Maroc, en Tunisie voire en Égypte. La large victoire des islamistes du Parti pour la Justice et le Développement (PJD) lors des législatives du 25 novembre au Maroc, conjuguée à celle du mouvement Ennahda en Tunisie lors de l'élection de l'Assemblée constituante du 23 octobre dernier, est venue confirmer la montée du courant islamiste dans la région.

Un phénomène qui a pris plus d’ampleur après l’annonce, dimanche, des premiers résultats officiels de la première phase des législatives égyptiennes. En effet, Les Frères musulmans, les salafistes d'Al-Nour et les modérés du Wassat remportent au total 65,25 % des suffrages.
 
Force de contestation
 
Un succès fulgurant qui ne s'explique pas uniquement par l’action sociale de ces partis auprès des régions paupérisées et par les moyens financiers dont ils bénéficient grâce aux monarchies du Golfe. Selon les experts, ces victoires sont aussi l’écho du désir de changement des électeurs, même si l’islam n’a pas été au cœur des slogans révolutionnaires. "En cette période de secousses, les populations ont exprimé leur volonté d’en finir avec les dictatures plutôt que leur attente du grand soir islamiste, ou de l’instauration d’une république islamique", analyse pour FRANCE 24, Vincent Geisser, sociologue à l'Institut de recherche sur le monde arabe et musulman.
 
"Contrairement à ce que l’Occident a pu croire, ces dictatures ont été finalement génératrices d’islamistes", avance même Mohamed Sifaoui. Pour le journaliste et auteur de "Pourquoi l'islamisme séduit-il ?", leurs victoires s’expliquent aussi par la nature des régimes qui étaient en place il y a encore quelques mois, excepté au Maroc. "Les électeurs se sont tournés vers ces partis, malgré leurs discours ambigus, car ils ne se sont pas compromis avec ces régimes autocratiques et anti-démocratiques", commente-t-il.
La principale conséquence de ce phénomène de fermeture des régimes, comme l’explique El Yamine Soum, sociologue et enseignant à l’Institut international de la pensée islamique, a été de faire de l’islam "un relais politique, voire même un recours".
 
À l'épreuve du pouvoir‎
 
Même s'il existe des spécificités inhérentes à chaque pays, le PJD, Ennahada et la Confrérie, tous labellisés "islamistes modérés", ont accepté de jouer, a priori, le jeu démocratique et fait campagne sur les mêmes thèmes. Des thèmes à succès : dénonciation tour à tour de la corruption de la classe politique, de l’oisiveté des élites et des inégalités sociales. "Ces partis ont gagné grâce un discours populiste qui, paradoxalement, rassure des populations ébranlées dans leurs repères symboliques et qui se raccrochent par conséquent à des discours ultraconservateurs, sécuritaires et identitaires", note Vincent Geisser.
 
Un populisme, "digne de l’extrême droite selon des critères universels" d'après Mohamed Sifaoui, qui promet l’instauration d’un nouvel ordre moral, social et politique. "Toutefois, les islamistes seront très attendus sur ces thèmes, souligne le journaliste. Ces partis vont être confrontés à la réalité car il ne s’agit plus de se contenter, comme par le passé, de dénoncer les échecs des régimes précédents, mais de gouverner et de convaincre les électeurs".
 
Face à la dure réalité de l’exercice du pouvoir, ils vont devoir mettre en jeu leur crédibilité et la faisabilité de leurs projets, tout en composant avec les sociétés de chaque pays. "Si les islamistes versaient dans l’autoritarisme ou en cas d’échec de leur politique, la population et même une partie de leur électorat se retourneraient contre eux", développe Vincent Geisser. Et de conclure : "Ces peuples n’ont pas fait la révolution pour remplacer des autocrates imberbes par des dictateurs à barbe".

 

Première publication : 05/12/2011

  • ÉGYPTE

    Les islamistes largement en tête de la première étape des législatives

    En savoir plus

  • Égypte, Maroc, Tunisie : Quand l'Islam entre en politique

    En savoir plus

  • MAROC

    Quelle marge de manœuvre pour le nouveau Premier ministre Abdelilah Benkirane ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)