Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

L'Église se place en retrait du processus électoral en RD Congo

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/12/2011

La tension s'accentue en République démocratique du Congo, une semaine après le scrutin présidentiel. L’opposition conteste les résultats partiels, et l’Église, qui s’était engagée à donner des résultats de façon indépendante, a fait machine arrière.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Une semaine après les élections législatives et présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) se dessine le scénario que nombre d’observateurs redoutaient. Alors que les résultats partiels commencent à tomber – et à être contestés – la tension monte dangereusement dans le pays.

En deux jours, près de 3 000 Congolais ont fui la capitale Kinshasa pour Brazzaville par crainte des violences. Le jour des élections, 14 personnes ont trouvé la mort dans les rues de la ville, tuées, selon l’organisation Human Rights Watch, par les forces de l’ordre. En 2006, au lendemain de l’élection présidentielle, la ville s’était enflammée, provoquant plusieurs centaines de morts. Par ailleurs, un couvre-feu a été instauré à Mbuji-Mayi, capitale du Kasaï -Oriental et fief d’Étienne Tshisekedi, principal opposant du président sortant Joseph Kabila. La garde républicaine a en outre été déployée à Lubumbashi, capitale du Katanga.

La commission électorale a donné des résultats partiels dimanche, selon lesquels Joseph Kabila devancerait Étienne Tshisekedi. L’opposition a fermement rejeté ces résultats. "L’opposition souligne que la commission ne précise pas de quels bureaux de vote elle parle, et donc pour les observateurs et ces partis d’opposition, il est impossible de vérifier ces chiffres", rapporte Nicolas Germain, envoyé spécial en RDC.

L’Église congolaise ne prend pas parti

Avant les élections, l’Église congolaise, qui joue un rôle primordial dans la vie sociale et politique du pays, s’était engagée à donner les grandes tendances des résultats avec l’aide du Centre Carter, une association de défense des droits de l’Homme basée aux États-Unis. Pourtant, dimanche, monseigneur Nicolas Djomo, président de la conférence épiscopale du Congo, a fait machine arrière. "Nous ne pouvons pas nous mêler au débat politique", a-t-il déclaré au micro de FRANCE 24. "Nous en appelons à tous les acteurs politiques, à tous les leaders, de freiner le train qui fonce tout droit dans un mur. Nous en souffrons et nous sommes inquiets […]. Nous ne faisons qu'un appel à la conscience et à la responsabilité".

Quelque 30 000 observateurs de l’Église catholique ont été déployés dans des bureaux de vote le jour du scrutin. Il s’agissait du plus important contingent d’observateurs mobilisé dans le pays. Mais l’Église n’a rien laissé filtrer sur leurs constatations ni sur les chiffres qu’ils ont recueillis, estimant qu’elle dispose de trop peu d’éléments pour se prononcer.

L’opposition fustige le manque de courage de l’Église, néanmoins le camp de Joseph Kabila salue sa "sagesse" : "L’Église a fait son devoir, estime Cherubin Okende, coordinateur des communications de la majorité présidentielle. L’Église a aussi cette obligation de pouvoir alerter l’opinion nationale lorsqu’il y a un danger qui menace la vie même de la nation, et aujourd’hui, […] nous sommes en train d’aller droit dans le mur".

Des résultats provisoires devraient officiellement être annoncés le 6 décembre mais nombre d’observateurs doutent que la commission électorale soit en mesure de le faire. Les résultats définitifs devraient être annoncés le 17 décembre prochain.
 

Première publication : 05/12/2011

  • RD CONGO

    Environ 3 000 personnes ont fui Kinshasa par crainte de violences

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Trois candidats réclament l'invalidation des scrutins présidentiel et législatif

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Le dépouillement débute au terme d'une journée électorale chaotique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)