Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • EN DIRECT : Les quatre ex-otages libérés samedi ont atterri sur le sol français

    En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps de victimes du naufrage du ferry repêchés

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

EUROPE

Le roi Albert II nomme Elio Di Rupo à la tête du gouvernement

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Le roi des Belges, Albert II, a nommé le socialiste francophone Elio Di Rupo au poste de Premier ministre et approuvé la liste de son gouvernement. Cette désignation met fin à la plus longue crise politique que le pays ait connue.

AFP - Le roi des Belges Albert II a nommé lundi soir le socialiste francophone Elio Di Rupo Premier ministre ainsi que les membres de son gouvernement, mettant fin à la plus longue crise politique de l'histoire du royaume 540 jours après les législatives, a annoncé le Palais royal.

M. Di Rupo, 60 ans est le premier francophone à diriger un gouvernement en Belgique depuis plus de 30 ans.

La prestation de serment du nouveau chef du gouvernement, qui succède au démocrate-chrétien flamand Yves Leterme, de ses 12 ministres et 6 secrétaires d'Etat aura lieu le mardi à 15 heures, précise un communiqué du Palais.

Le libéral francophone Didier Reynders, 53 ans, quitte les Finances, un poste qu'il

Portait d'Elio Di Rupo

occupait depuis 1999 et qui a établi sa notoriété internationale, pour les Affaires étrangères et européennes.

Il échange ses fonctions avec le Flamand Steven Vanackere, 47 ans, qui aura la lourde charge d'améliorer la situation financière du royaume en pleine crise de la dette. L'agence de notation Standard and Poor's a abaissé le 25 novembre d'un cran la note de la Belgique, ramenée de "AA+" à "AA".

Avant la diplomatie, ce démocrate-chrétien bruxellois, bon bilingue néerlandais français, avait été chargé de la Fonction publique et des Entreprises publiques.

Le gouvernement sortant d'Yves Leterme était chargé d'expédier les "affaires courantes" depuis sa chute en avril 2010.

Il a fallu plus de 18 mois, après les élections législatives du 13 juin 2010 pour former un nouveau gouvernement, les négociations ayant longtemps buté sur les divergences entre les partis flamands, majoritaires en Belgique, et francophones, au point que la question même de l'éclatement du pays a été posée.

La coalition qu'a finalement réussi à rassembler M. Di Rupo compte six partis --socialistes, libéraux et démocrates-chrétiens, tant flamands que francophones-- mais exclut le grand vainqueur des élections en Flandre, la formation indépendantiste N-VA de Bart De Wever, qui a déjà promis une opposition féroce au nouveau Premier ministre.

 

Première publication : 05/12/2011

  • CRISE POLITIQUE

    L'accord politique ouvre la voie à un "nouvel équilibre" en Belgique

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    La Belgique parvient à un accord sur la formation d'un gouvernement

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Grâce à l'accord sur le budget fédéral, la Belgique entrevoit la fin de la crise politique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)