Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

EUROPE

Le roi Albert II nomme Elio Di Rupo à la tête du gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Le roi des Belges, Albert II, a nommé le socialiste francophone Elio Di Rupo au poste de Premier ministre et approuvé la liste de son gouvernement. Cette désignation met fin à la plus longue crise politique que le pays ait connue.

AFP - Le roi des Belges Albert II a nommé lundi soir le socialiste francophone Elio Di Rupo Premier ministre ainsi que les membres de son gouvernement, mettant fin à la plus longue crise politique de l'histoire du royaume 540 jours après les législatives, a annoncé le Palais royal.

M. Di Rupo, 60 ans est le premier francophone à diriger un gouvernement en Belgique depuis plus de 30 ans.

La prestation de serment du nouveau chef du gouvernement, qui succède au démocrate-chrétien flamand Yves Leterme, de ses 12 ministres et 6 secrétaires d'Etat aura lieu le mardi à 15 heures, précise un communiqué du Palais.

Le libéral francophone Didier Reynders, 53 ans, quitte les Finances, un poste qu'il

Portait d'Elio Di Rupo

occupait depuis 1999 et qui a établi sa notoriété internationale, pour les Affaires étrangères et européennes.

Il échange ses fonctions avec le Flamand Steven Vanackere, 47 ans, qui aura la lourde charge d'améliorer la situation financière du royaume en pleine crise de la dette. L'agence de notation Standard and Poor's a abaissé le 25 novembre d'un cran la note de la Belgique, ramenée de "AA+" à "AA".

Avant la diplomatie, ce démocrate-chrétien bruxellois, bon bilingue néerlandais français, avait été chargé de la Fonction publique et des Entreprises publiques.

Le gouvernement sortant d'Yves Leterme était chargé d'expédier les "affaires courantes" depuis sa chute en avril 2010.

Il a fallu plus de 18 mois, après les élections législatives du 13 juin 2010 pour former un nouveau gouvernement, les négociations ayant longtemps buté sur les divergences entre les partis flamands, majoritaires en Belgique, et francophones, au point que la question même de l'éclatement du pays a été posée.

La coalition qu'a finalement réussi à rassembler M. Di Rupo compte six partis --socialistes, libéraux et démocrates-chrétiens, tant flamands que francophones-- mais exclut le grand vainqueur des élections en Flandre, la formation indépendantiste N-VA de Bart De Wever, qui a déjà promis une opposition féroce au nouveau Premier ministre.

 

Première publication : 05/12/2011

  • CRISE POLITIQUE

    L'accord politique ouvre la voie à un "nouvel équilibre" en Belgique

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    La Belgique parvient à un accord sur la formation d'un gouvernement

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Grâce à l'accord sur le budget fédéral, la Belgique entrevoit la fin de la crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)