Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardifs sont rarement désintéressés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Brexit, début de l'implosion du Royaume-Uni ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Qatar va investir 5 milliards de livres au Royaume-Uni

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mystère Fillon"

En savoir plus

FRANCE

Centrale de Nogent-sur-Seine : neuf militants de Greenpeace déférés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Les activistes, qui s'étaient introduits dans la centrale nucléaire de Nogent afin d'illustrer les failles de la sécurité, seront convoqués le 20 janvier devant le tribunal correctionnel pour "violation de locaux professionnels".

AFP - Les neuf militants de Greenpeace interpellés lundi pour une intrusion dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) étaient en cours de défèrement mardi au parquet de Troyes et seront convoqués devant le tribunal correctionnel le 20 janvier, selon le procureur Alex Perrin.

Contrairement à ce qui avait été indiqué par le ministère de l'Intérieur lundi soir, ces neuf personnes ont passé la nuit en garde à vue, selon le magistrat et le ministère.



"Ils vont faire l'objet d'une convocation devant le tribunal" correctionnel pour "violation de locaux professionnels", "dégradation, destruction de biens d'utilité publique en réunion" après avoir découpé un grillage pour s'introduire dans l'enceinte de la centrale, selon le magistrat.

Cinq d'entre eux seront également poursuivis pour avoir refusé de soumettre à un prélèvement d'ADN.

Les neuf militants devaient passer devant le juge des libertés et de la détention (JLD), le parquet ayant requis leur placement sous contrôle judiciaire, a précisé M. Perrin.

Par ailleurs, deux militants de l'organisation écologiste qui s'étaient introduits à la centrale de Cruas (Ardèche) étaient toujours en garde à vue mardi matin pour "s'être introduits sans autorisation sur un terrain clos intéressant la Défense nationale", selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

Greenpeace estime que la sécurité n'est pas assurée

Première publication : 06/12/2011

  • ENVIRONNEMENT

    Sécurité nucléaire en France : un dispositif nébuleux et controversé

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après Nogent, deux anti-nucléaires interpellés dans la centrale de Cruas

    En savoir plus

  • FRANCE

    Greenpeace s'est introduit dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)