Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Irak : les milices chiites en première ligne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Al Pacino fait flop, Oscar Isaac au top

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La guerre du streaming divise les rappeurs américains

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l’État islamique : constat d’échec pour la coalition internationale ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"On l'a eu !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Au revoir, président !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fifa: fin de partie pour Blatter

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sepp Blatter annonce sa démission de la présidence de la Fifa

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

En savoir plus

Afrique

Ban Ki-moon rappelle l'urgence d'agir contre le réchauffement climatique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Lors de l'ouverture des négociations au sommet de Durban (Afrique du Sud), le secrétaire général de l'ONU a indiqué que "l'avenir de la planète" était "en jeu". Tout en concédant que la conférence ne déboucherait sur aucune percée spectaculaire.

AFP - Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a estimé mardi que "l'avenir de la planète" était "en jeu" à l'ouverture de la session ministérielle des négociations de Durban (Afrique du Sud) pour tenter d'enrayer le réchauffement climatique en cours.

"Sans exagération, nous pouvons dire: l'avenir de notre planète est en jeu", a déclaré M. Ban devant les délégués de plus de 190 pays à ces négociations qui doivent s'achever vendredi.

Soulignant la "gravité du moment", M. Ban a mis en garde contre le danger que représenterait un monde dans lequel le changement climatique serait "hors de contrôle".

Commentant les négociations en cours à Durban, il a reconnu qu'il ne fallait pas attendre de percées spectaculaires.

"Nous devons être réalistes sur les attentes concernant une éventuelle percée à Durban", a-t-il déclaré, mettant en avant la crise économique mais aussi des "stratégies divergentes" pour répondre au défi du changement climatique.

"Je vous demande de considérer avec attention une deuxième période d'engagement du protocole de Kyoto", a-t-il ajouté, provoquant une vague d'applaudissements nourris.

"Si Kyoto tout seul ne résoudra pas le problème du climat, il constitue une fondation sur laquelle bâtir", a-t-il ajouté.

Seul outil juridique contraignant qui limite les émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement de la planète, le protocole de Kyoto, est entré en vigueur en février 2005.

Il impose aux 36 pays industrialisés qui l'ont ratifié et à l'Union européenne (les Etats-Unis ne l'ont pas ratifié) des réductions d'émissions des principales substances responsables du réchauffement de l'atmosphère.

La signature d'une éventuelle deuxième période d'engagement après 2012 est l'enjeu principal de la réunion de Durban.

Les pays en développement tiennent fortement à une nouvelle période au nom, notamment, de la responsabilité "historique" des pays industrialisés dans l'accumulation de CO2 dans l'atmosphère.

Le Japon, la Russie et le Canada ne sont pas favorables à de nouveaux engagements. Seule l'Union européenne s'est montrée ouverte à l'idée de s'engager pour une seconde période.

 

Première publication : 06/12/2011

  • CHANGEMENT CLIMATIQUE

    Durban, la conférence qui ne fait pas rêver les écologistes

    En savoir plus

  • CHANGEMENT CLIMATIQUE

    À Durban, des milliers de personnes manifestent pour une "justice climatique"

    En savoir plus

  • ONU

    À Durban, 190 pays réunis pour trouver des remèdes au réchauffement climatique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)