Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Le couperet se rapproche pour les six pays "AAA" de la zone euro

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

L'agence de notation Standard & Poor's a menacé lundi les six pays de la zone euro notés "AAA" de les priver du précieux label leur permettant d'emprunter à faibles taux. La France pourrait voir sa note abaissée de deux crans.

"Le signe d'un échec du gouvernement" pour Hollande, "une situation grave pour Sarkozy

François Hollande, a affirmé mardi qu'il ne souhaitait "pas qu'il y ait une dégradation de la note de la France" par les agences de notation, tout en dénonçant "un échec de la politique conduite depuis 5 ans" par Nicolas Sarkozy.

"Je ne souhaite pas qu'il y ait une dégradation de la note de la France à la fois pour les Français, parce que ça voudrait dire que nous serions obligés les uns et les autres d'emprunter à des taux plus élevés, mais aussi parce que je pense à l'après 2012", a déclaré M. Hollande sur France Inter.

Il a estimé que "la situation marque un échec de la politique qui est conduite depuis 5 ans" par le chef de l'Etat.

De son côté, Nicolas Sarkozy a reconnu, lors d'un petit déjeuner avec la majorité parlementaire, que la situation était grave. La France a besoin d'unité, a ajouté le président de la République, cité par un proche.
 

AFP - Le couperet se rapproche pour les six pays de la zone euro notés "AAA": l'agence d'évaluation financière Standard & Poor's les a menacés lundi de les priver rapidement de ce précieux label censé leur permettre d'emprunter à des coûts très faibles.

S&P a placé "sous surveillance négative" les notes qu'elle attribue à la dette à long terme de quinze pays de la zone euro, dont l'Allemagne, l'Autriche, la Finlande, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas, qui bénéficient de la meilleure possible.

La note de solvabilité de la France est menacée d'un abaissement de "deux crans", à "AA". Pour les cinq autres pays notés "AAA", l'agence ne prévoit, dans le pire des cas, qu'un abaissement d'un cran, à "AA+".

La France et l'Autriche sont notées "AAA" par S&P depuis 1975, les Pays-Bas depuis 1988, l'Allemagne depuis 1989, le Luxembourg depuis 1994, et la Finlande depuis 2002.

L'agence a justifié son annonce par sa "conviction selon laquelle les tensions systémiques dans la zone euro ont augmenté ces dernières semaines jusqu'au point de faire pression à la baisse sur le degré de solvabilité de la zone euro dans son ensemble".

Les deux seuls pays de la zone à ne pas être concernés sont la Grèce, dont la note correspond actuellement au défaut de paiement, et Chypre, déjà sous "surveillance négative".

S&P a indiqué qu'elle comptait achever son passage en revue des éléments soutenant la notation des quinze pays européens menacés lundi "aussi vite que possible après le (prochain) sommet européen".

Cette réunion des dirigeants de l'UE est prévu pour les 8 et 9 décembre à Bruxelles et doit permettre d'accoucher d'un plan de sauvetage de la zone euro crédible aux yeux du monde entier.

Après le coup de semonce de S&P, la France et l'Allemagne ont affirmé d'une même voix être "pleinement solidaires", et confirmé "leur volonté de prendre toutes les décisions nécessaires, en lien avec leurs partenaires et les institutions européennes, pour assurer la stabilité de la zone euro".

Porte-parole du gouvernement français et ministre du Budget, Valérie Pécresse, a estimé que la décision de l'agence exigeait des Européens une réponse "crédible" et "d'ensemble".

Réaction de François Baroin, ministre de l'Economie
Les agences de notation font l'objet de vives critiques car elles se sont lourdement trompées pendant la bulle immobilière américaine ayant précédé la dernière crise en accordant leur "triple A" à de nombreux produits financiers de pacotille.

Néanmoins, les analystes de la maison de courtage Nomura estiment que la probabilité que le sommet donne de bons résultats augmente avec "la pression imposée (par S&P) aux dirigeants européens pour qu'ils agissent dans le bon sens".

Concurrente de S&P, l'agence américaine Moody's avait averti le 27 novembre que l'aggravation rapide de la crise de la dette dans la zone euro menaçait les notes de solvabilité de tous les Etats européens, même ceux notés "AAA", mais elle n'avait pas été jusqu'à placer celles-ci sous "surveillance négative".

Pour S&P, les problèmes de la zone euro découlent de plusieurs "facteurs interdépendants", notamment d'une "hausse prononcée" des taux d'emprunt pour un nombre croissant de pays, dont ceux "AAA", alors que cette note est censée leur permettre de se financer aux taux les plus bas.

Selon l'agence, "la poursuite des désaccords entre les dirigeants européens" sur les solutions à apporter à la crise joue aussi un rôle, de même que "le risque croissant de récession pour l'ensemble de la zone euro", qu'elle évalue à 40% pour 2012.

Première publication : 06/12/2011

  • ZONE EURO

    Sarkozy et Merkel veulent un nouveau traité pour une Europe plus rigoureuse

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    Combien de sommets cruciaux pour sauver la zone euro ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)