Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

geurre en syrie, mossoul, relations russo-américaines Partie 2

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

remaniement ministeriel, brexit, conseil de l'Europe Partie 1

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiées syriennes en Jordanie : la menace Trump

En savoir plus

EUROPE

David Cameron exige des garanties avant de signer un nouveau traité européen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/12/2011

Le Premier ministre britannique a menacé de ne pas signer un nouveau traité européen - visant à régler la crise de la dette - s'il n'obtient pas de garanties suffisantes pour protéger les intérêts de son pays.

REUTERS - La Grande-Bretagne ne donnera son aval à un nouveau traité européen que s’il ne nuit pas à ses intérêts, dit le Premier ministre David Cameron dans une tribune publiée mercredi par le Times.

Si les Etats membres de la zone euro veulent utiliser les « institutions européennes » pour protéger la monnaie unique, ils vont devoir répondre au préalable à un certain nombre d’exigences britanniques, explique-t-il.

« L’objectif le plus important de la Grande-Bretagne est pour le moment de régler le problème de l’Eurogroupe qui a des effets négatifs sur (son) économie.

« Cela suppose évidemment que les Etat membres de la zone euro en fasse davantage de leur côté et, s’ils choisissent la voie du traité européen, j’insisterai évidemment sur les préoccupations et les intérêts britanniques », poursuit le chef du gouvernement.

« S’ils optent pour un traité séparé, la Grande-Bretagne n’aura évidemment pas à le signer ni à l’amender, mais s’ils utilisent les institutions européennes, nous insisterons sur les précautions et les garanties dont la Grande-Bretagne a besoin. »

Une réforme impliquant les 27 Etats membres de l’Union est selon lui « la voie la plus crédible pour faire avancer l’Europe », mais elle n’est pas suffisante à ses yeux.

« Pour sauver la monnaie unique, il faut plus qu’un traité. Il faut régler le problème de la compétitivité, le problème du déficit, il faut prendre des mesures pour convaincre les marchés qu’on est sérieux », ajoute-t-il.

Première publication : 06/12/2011

  • ZONE EURO

    Un nouveau traité européen ou l'art de faire du neuf avec du vieux

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Sarkozy et Merkel veulent un nouveau traité pour une Europe plus rigoureuse

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    David Cameron essuie une fronde massive des députés eurosceptiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)