Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Afrique

Promise par Ouattara, la "justice égale pour tous" peine à voir le jour

©

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 07/12/2011

Incarcéré à La Haye, Laurent Gbagbo est, pour l'heure, le seul acteur de la crise post-électorale ivoirienne à faire face à la justice internationale. Au grand dam de ses partisans qui dénoncent un procès partial et politique.

"Une justice égale pour tous." C’est ce qu’avait appelé de ses vœux, lors du second tour de l’élection présidentielle ivoirienne le 28 novembre 2010, Alassane Ouattara le candidat. Lors de son investiture, le 22 mai 2011, Alassane Ouattara le président avait plaidé, au nom de l'unité nationale, pour la mise en place d’une "commission vérité et réconciliation qui fera[it] la lumière sur tous les massacres" commis durant les quatre mois de crise post-électorale

"Il n'y aura pas d'exception. Les Ivoiriens seront traités de façon égale, spécialement dans la partie ouest du pays où beaucoup de gens ont été tués. Ceux qui ont commis des crimes feront face aux juges. Pas d'exception, nous sommes très clairs là-dessus", affirmait-il encore au cours d'une conférence de presse donnée au siège de l’ONU, à New York en juillet 2011.

Cependant, pour l’heure, seul Laurent Gbagbo doit répondre de ses actes devant la justice internationale. Dès la chute de l'ex-président ivoirien, le 11 avril, Alassane Ouattara avait promis de le déférer devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye (Pays-Bas) et il a tenu parole. À la mi-octobre, le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, se rendait à Abidjan et, en quelques semaines, le dossier était bouclé, le mandat d’arrêt lancé.
 
Soupçonné de crime contre l’humanité commis lors des violences post-électorales en 2010-2011, Laurent Gbagbo a comparu pour la première fois le 5 décembre devant la CPI.
 
Ouattara et Soro sur le banc ?
 
L’accusation devra prouver que l’ex-président ivoirien a une responsabilité personnelle dans les crimes commis de mi-décembre 2010 à mi-avril 2011 en Côte d’Ivoire. Selon l’ONU, plus de 3 000 personnes ont été tuées pendant cette période dans le pays. Mais pas toutes par le camp Gbagbo...
 
Une enquête de la CPI, lancée le 3 octobre, doit notamment lever le voile sur les violences commises, le 29 mars, dans la ville de Duékoué (Ouest) lors de l'assaut mené par les forces pro-Ouattara. Au moins un millier de personnes ont été tuées dans l’ouest du pays pendant cette période, selon l’Onuci, la mission onusienne en Côte d'Ivoire. Or si, à l’issue de l’enquête, ces crimes venaient à être imputés aux forces d’Alassane Ouattara, le président ivoirien et son Premier ministre, Guillaume Soro, pourraient être traduits en justice.
 
Alassane Ouattara lâchera-t-il Guillaume Soro et les chefs de guerre de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) sans qui, outre la France et les Nations unies, il doit son arrivée au pouvoir ?  Peut-on imaginer voir Alassane Ouattara comparaître sur les bancs de la Cour ? Légalement, ce serait possible. Politiquement, plus délicat. 
 
Les observateurs internationaux restent donc sur leurs gardes. "On attend de voir sur pièce. Ouattara prend des engagements mais nous attendons de voir s’ils seront suivis d’actes", estime Salvator Sagues, chercheur spécialiste de la Côte d’Ivoire pour Amnesty International.
 
Le nouveau pouvoir avait d’ailleurs demandé à ce que l'enquête de la CPI soit limitée, dans un premier temps, à la période post-électorale alors que les partisans de Laurent Gbagbo demandaient qu'elle remonte jusqu’en 2003 pour prendre en compte les exactions commises par l'ex-rébellion des FN dans leur fief du Nord.
 
Une justice à "géométrie variable" pour le camp Gbagbo
 
Bien qu'aux yeux d'Alassane Ouattara "il n'y ait pas mieux que la justice internationale impartiale", la colère gronde dans le camp de l’ex-chef de l’État. "C’est une justice à géométrie variable ! fustige Toussaint Alain, conseiller de Laurent Gbagbo, contacté par FRANCE 24. Qui peut croire que la CPI veut une justice impartiale quand on voit les conditions de transfert de Laurent Gbagbo ?  En le déportant de sa terre et en le maintenant incarcéré à La Haye, on permet à Ouattara d’asseoir son pouvoir illégitime. Cela n’a rien de judicaire, c’est de la politique !"
 
Une accusation balayée par Pascal Turlan, conseiller du procureur de la CPI: "Nous enquêtons sur des crimes et on remonte vers des responsabilités. Parmi les allégations de crimes, certaines incombent au camp pro-Gbagbo et d’autres aux proches de Ouattara".
 
"Il est évident que nous travaillons en coopération avec la justice et le gouvernement ivoirien. Mais nous travaillons dans un cadre légal et cela n’a aucun impact sur le contenu de nos enquêtes", conclut Pierre Turlan. Pour l’instant, la CPI n’est pas en mesure de communiquer les dates de publication des résultats de son enquête. Affaire à suivre...

Première publication : 06/12/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    La réconciliation nationale à l'épreuve du transfert de Gbagbo à La Haye

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo à la CPI, les détails de la procédure

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le recours à la justice internationale, un pari risqué pour Alassane Ouattara

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)