Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Economie

Standard & Poor's menace le triple A du Fonds européen de stabilité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/12/2011

Standard & Poor's a placé sous surveillance négative la note du Fonds européen de stabilité financière (FESF). L'agence porte donc un nouveau coup à la zone euro déjà menacée, ce lundi, d'une dégradation de la note de 15 pays européens.

 AFP - L'agence de notation Standard & Poor's a annoncé mardi avoir placé sous surveillance négative la note du Fonds de soutien de la zone euro (FESF), conséquence de sa décision de placer sous surveillance les principaux pays de l'Union monétaire.

Le FESF risque de perdre sa note triple A d'un ou deux crans. S&P avait placé sous surveillance négative lundi soir les notes qu'elle attribue à la dette à long terme de quinze pays de la zone euro, dont celles de l'Allemagne et de la France, les deux principaux contributeurs du FESF.

Le FESF est un instrument financier qui lève de l'argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro, proportionnellement à leur participation dans le capital de la Banque centrale européenne (BCE).

Il bénéficie actuellement d'une note triple A qui lui a permis d'emprunter à des taux avantageux sur les marchés. L'argent qu'il lève est ensuite reversé à des pays en difficulté (Portugal, Irlande) à des taux moindres que ceux qu'ils devraient payer sur les marchés.

"Compte tenu de la structure du FESF, si nous devions abaisser la note d'un ou plusieurs pays de la zone euro, nous lui attribuerions la note la plus basse d'un pays de l'Union monétaire anciennement noté triple A", indique S&P dans un communiqué. Cela pourrait donc conduire à un abaissement de deux crans, dans le sillage de la France, qui est le pays bénéficiant d'un triple A le plus sérieusement menacé par l'agence S&P.

La décision de S&P interviendra dans les trois mois "et si possible avant", précise l'agence de notation, qui entend d'abord finir son évaluation des pays apportant leurs garanties au FESF.

Première publication : 06/12/2011

  • BOURSE

    L'Europe ne cède pas à la panique après l'annonce de Standard and Poor's

    En savoir plus

  • BOURSE

    Tokyo termine en baisse après l'annonce de Standard & Poor's

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    Le couperet se rapproche pour les six pays "AAA" de la zone euro

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)