Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Washington maintient la pression sur la zone euro avant le sommet de Bruxelles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/12/2011

À la veille du sommet de Bruxelles censé déboucher sur une proposition de "nouveau traité européen", les États-Unis exigent des pays de la communauté monétaire qu'ils s'accordent sur un "pare-feu suffisamment fort" pour endiguer la crise.

AFP - Berlin est "pessimiste", Paris redoute une "explosion" de l'UE et Washington maintient la pression sur la zone euro pour qu'elle stoppe enfin la crise: les nuages se sont accumulés mercredi à la veille d'un sommet européen présenté, une fois de plus, comme crucial.

"Je suis plus pessimiste que la semaine dernière sur la possibilité d'avoir un accord total" lors du sommet de jeudi et vendredi à Bruxelles, car un "certain nombre de partenaires n'ont pas compris la gravité de la situation", a dramatisé une source gouvernementale à Berlin.



Berlin a ainsi douché, comme souvent à la veille de réunions décisives, les espoirs des plus optimistes. Les marchés européens, qui avaient ouvert en nette hausse et semblaient déterminés à croire en une issue positive, ont atténué leurs ardeurs pour finir dans le rouge.

Mais la France a aussi mis en garde contre un échec du sommet dont le principal enjeu est, pour Paris et Berlin, de faire adopter aux Européens la proposition de "nouveau traité" formulée lundi par le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel.

"L'Europe n'est pas sortie de la crise. Le risque d'explosion est prégnant tant que les décisions prises avec Angela Merkel ne sont pas effectives", a déclaré le chef de l'Etat français, selon des propos rapportés par des parlementaires.

La France et l'Allemagne confirment toutefois vouloir aboutir à tout prix à l'"Union pour la stabilité et la croissance durable" dont elles ont détaillé le contenu dans une lettre adressée mercredi au président de l'UE Herman Van Rompuy.

Les trois dirigeants se retrouveront jeudi à Bruxelles avant le sommet pour une réunion en petit comité avec les autres présidents des institutions européennes, dont celui de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi.

La zone euro est sous une double pression.

D'abord de la part des agences d'évaluation financière, avec la menace de Standard and Poor's (S&P) d'abaisser les notes de presque toute la zone euro, dont l'Allemagne et la France, si elle juge décevants les résultats du sommet européen. "L'état d'alerte reste très élevé" dans la zone euro, dont tous les Etats "suscitent la défiance des grands investisseurs internationaux", a enfoncé le clou mercredi le chef économiste de S&P pour l'Europe, Jean-Michel Six.

Ensuite sous pression des Etats-Unis.

"J'ai souligné à quel point il est important pour les Etats-Unis et le reste du monde que l'Europe réussisse", a déclaré le secrétaire américain au Trésor au cours de l'étape parisienne de sa tournée européenne. "Je suis confiant dans le fait qu'elle réussira", a ajouté Timothy Geithner.

Après avoir rencontré mardi les responsables allemands et de la BCE, il devait s'entretenir dans la soirée avec le futur chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy à Marseille, dans le sud-est de la France, puis jeudi en Italie avec le nouveau président du Conseil Mario Monti.

Comme il le fait depuis septembre, l'Américain profite de ce voyage opportunément calé avant le sommet de Bruxelles pour insister sur un point cher à Washington: la construction d'un "pare-feu suffisamment fort" pour empêcher que la crise de la zone euro n'échappe à tout contrôle et enfonce le reste du monde, Etats-Unis en tête, dans la récession.

Ce "pare-feu" sera l'un des grands enjeux du sommet, même s'il a été jusqu'ici occulté par les propositions franco-allemandes pour une discipline budgétaire accrue.

Dans leur lettre, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy confirment vouloir doter la zone euro "de règles et d'engagements plus contraignants" via un traité ouvert aux 27 Etats de l'UE ou, à défaut d'unanimité, limité aux 17 pays de l'euro qui "devront aller de l'avant".

Paris et Berlin misent sur des sanctions plus automatiques pour les mauvais élèves et sur des "règles d'or" nationales contre les déficits.

Mais un point porte sur le "pare-feu": le Mécanisme européen de stabilité (MES), le fonds de secours permanent de l'Union monétaire initialement prévu pour mi-2013, verrait le jour un an plus tôt.

Parallèlement, Herman Van Rompuy avance d'autres pistes controversées qui visent toutes à accroître les capacités d'intervention du fonds de secours pour venir en aide, si besoin, à de grandes économies comme l'Italie ou l'Espagne. Parmi ces solutions, figure la possibilité de considérer le MES comme un établissement bancaire pouvant se financer au guichet "illimité" de la BCE, une idée longtemps défendue par Paris mais rejetée par Berlin.

Le gouvernement allemand a d'ailleurs rapidement balayé les options envisagées à Bruxelles, et les Européens se préparent donc à des longues tractations.

Un porte-parole du gouvernement allemand s'attend à des "discussions très exigeantes et difficiles", tandis le ministre français des Finances François Baroin a prévenu : "ni Angela Merkel ni Nicolas Sarkozy ne quitteront la table sans qu'un accord fort soit signé".

Première publication : 07/12/2011

  • AGENCE DE NOTATION

    Standard & Poor's menace le triple A du Fonds européen de stabilité

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Un nouveau traité européen ou l'art de faire du neuf avec du vieux

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Sarkozy et Merkel veulent un nouveau traité pour une Europe plus rigoureuse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)