Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

Moyen-orient

Les résultats officiels confirment la victoire écrasante des islamistes aux législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2011

Les formations islamistes confirment leur victoire au second tour des élections législatives en remportant plus de deux tiers des sièges. Les Frères musulmans se taillent la part du lion, suivis par les salafistes du parti al-Nour.

AFP - Les résultats officiels du second tour des législatives en Egypte ont confirmé la victoire écrasante des islamistes, qui ont raflé plus de deux tiers des sièges à l'issue de la phase initiale de cette première élection de l'ère post-Moubarak.

Les diverses formations islamistes ont remporté au total 113 sièges sur 168 en lice pour les deux tours de la première phase de l'élection, selon ces résultats rapportés par la presse jeudi.

Les Frères musulmans se taillent la part du lion, avec 80 sièges, suivis par le parti salafiste (fondamentaliste) al-Nour (La Lumière) avec 33 sièges, lors des deux tours qui se sont tenus les 28-29 novembre et les 5-6 décembre.

Les partis libéraux laïques obtiennent quant à eux 33 sièges, le reste allant à des candidats indépendants ou de petites formations.

Les chiffres pouvaient varier légèrement d'un quotidien à l'autre, chacun faisant ses propres calculs par parti sur la base de données brutes fournies par la commission électorale, sans toutefois remettre en cause les grandes tendances.

Ces résultats concernent le premier tiers des gouvernorats d'Egypte, dont les grandes villes du Caire et d'Alexandrie, où était organisé le vote. Les autres régions doivent élire leurs députés à partir du 14 décembre et jusqu'au 11 janvier.

Les partis islamistes comptent sur leur forte implantation dans les nombreuses régions rurales qui vont voter dans les prochaines semaines pour consolider les gains déjà enregistrés.

La percée des salafistes, tenants d'un islam rigoriste, avait surpris rivaux et analystes lors de la première phase du vote.

Au second tour, l'écart s'est creusé entre les Frères musulmans, qui ont tissé depuis plus de 80 ans d'importants réseaux dans la société égyptienne, et ces nouveaux venus sur la scène politique, qu'ils ont longtemps rejetée comme un "péché".

Les Frères musulmans ont également tenu à se démarquer des salafistes, en se présentant comme les tenants d'un islam "modéré" et en n'excluant pas de nouer des alliances au delà de la mouvance islamiste.

Le bon score du parti des Frères musulmans, le parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), face aux salafistes au second tour montre que "les électeurs votent pour les Frères par peur des positions radicales des salafistes", titrait jeudi le quotidien indépendant al-Masry al-Youm.

La participation, de 52% au premier tour, a marqué le pas au second tour, avec officiellement 39% d'électeurs qui se sont rendus aux urnes lundi et mardi.

L'élection des députés du plus peuplé des pays arabes, avec plus de 80 millions d'habitants, sera suivie de la fin janvier à la mi-mars par celle des sénateurs.

Le futur Parlement égyptien devra former une commission chargée de rédiger une nouvelle Constitution, étape cruciale pour l'équilibre des pouvoirs de l'Egypte après la démission en février du président Hosni Moubarak, qui a régné en autocrate sur le pays pendant trois décennies avant d'être emporté par le "Printemps arabe".

L'armée au pouvoir depuis sa chute a promis de rendre le pouvoir aux civils après une présidentielle prévue au plus tard fin juin 2012.

Le Conseil militaire qui dirige le pays a investi mercredi un nouveau gouvernement de transition, dirigé par un Premier ministre, Kamal el-Ganzouri, aux pouvoirs renforcés pour faire face notamment à la crise qui mine l'économie du pays et à la dégradation de la sécurité.

Le CSFA a précisé qu'il lui attribuait "les prérogatives qui sont accordées au président de la République en vertu de la loi, à l'exception de celles concernant les forces armées et les institutions judiciaires", sans donner plus de détails sur ces pouvoirs.

Un grand nombre des manifestants qui occupaient la place Tahrir, emblématique foyer de la révolte de janvier/février au Caire, campent désormais devant le siège du gouvernement, pour affirmer leur rejet de M. Ganzouri, qu'ils considèrent comme un vestige de l'ancien régime.

Ces militants demandent le départ sans délai du pouvoir militaire.

Première publication : 08/12/2011

  • ÉGYPTE

    Le nouveau gouvernement de Kamal al-Ganzouri investi

    En savoir plus

  • ÉMISSION SPÉCIALE

    Quel est le nouveau visage de l’Égypte ?

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les islamistes largement en tête de la première étape des législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)