Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Afrique

Côte d'Ivoire : une campagne électorale dans la discrétion à défaut d'une réconciliation

©

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 08/12/2011

Les Ivoiriens votent dimanche à l’occasion des premières élections législatives depuis l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara. Mais le scrutin, marqué par le boycott de l’opposition, peine à mobiliser dans un pays toujours profondément divisé.

Un peu plus d’un an après la présidentielle du 28 novembre 2010, les Ivoiriens sont de nouveau appelés aux urnes dimanche pour élire leurs députés. Dans un pays qui se remet doucement de la crise qui avait ensanglanté le pays dans les semaines ayant suivi le scrutin présidentiel, cette nouvelle échéance électorale peine à mobiliser la population.

Stanislas Ndayishimiye, correspondant de RFI en Côte d’Ivoire, décrit une campagne sur mode "confidentiel". "On n’a pas l’impression qu’une campagne électorale est en cours. Rien à voir avec l‘élection présidentielle de l’année dernière, où le pays tout entier était mobilisé. Il y a peu d’affiches de candidats dans les rues et chaque candidat fait sa petite campagne dans son coin, même ceux investis par les grands partis".

Si les gens se sentent peu concernés par cette campagne électorale, qui s’est ouverte officiellement le 3 décembre, c’est principalement en raison du retrait du Front populaire ivoirien (FPI), qui a décidé de boycotter le scrutin suite au transfèrement, fin novembre, de son ancien leader Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI). L’ancien chef de l’État ivoirien est soupçonné de crimes contre l'humanité, commis durant la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011. À défaut d’adversaire digne de ce nom, le camp du nouveau président Alassane Ouattara devrait facilement remporter les législatives.

"De fait, le principal enjeu de ce scrutin est le taux de participation", indique Stanislas Ndayishimiye. "Si, comme prévu, l’abstention approche les 50 %, cela démontrerait un désintérêt manifeste de la part de la population, qui avait voté à près de 80 % pour la dernière présidentielle", analyse-t-il.

Ce scrutin devrait par ailleurs permettre d’établir le rapport de force entre les grands partis politiques du pays. Bien qu’ils gouvernent déjà ensemble, le parti du chef de l'État, le Rassemblement des républicains (RDR) et celui de l’ancien président Henri Konan Bédié, le Parti démocratique de Côte d’ivoire (PDCI), devraient se disputer le leadership. "Même s’ils ne se font pas face frontalement, c’est une bataille à fleuret moucheté entre les deux principaux partis en lice", estime Stanislas Ndayishimiye.

"Seule une justice réelle dans le pays pourra éviter de nouveaux troubles"

La Côte d’Ivoire, premier pays exportateur de cacao au monde, a connu une période de relative stabilité ces derniers mois, accompagnée d’un début de reprise économique. Le patron de la force de l’ONU en Côte d’Ivoire (Onuci), Bert Koenders, a ainsi formulé le vœu de voir ces élections représenter "une étape dans la réconciliation".

Un optimisme que ne partage pas totalement Salvatore Saguès, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International. Pour lui, "rebâtir le pays ne passe pas uniquement par l’élection d’un nouveau Parlement et la nomination d’un nouveau gouvernement, il faut que la justice s’impose à tous et notamment aux vainqueurs".

De nombreux Ivoiriens estiment en effet que seuls des partisans de Laurent Gbagbo ont été inquiétés par la justice suite aux mois d’affrontements post-électoraux qui ont embrasé le pays l’année dernière. Des violences au cours desquelles les deux camps sont accusés d’avoir commis des exactions à l'encontre des populations civiles.

"Le transfert de Laurent Gbagbo devant la CPI est une bonne nouvelle, mais aucune réconciliation n’est possible si la justice n’est pas rendue des deux côtés", souligne Salvatore Saguès, selon qui "à long terme, seule une justice réelle dans le pays pourra éviter de nouveaux troubles".
.
Malgré le calme apparent dans le pays, les tensions restent vives sur le terrain. Trois personnes ont été tuées mercredi 7 décembre par un tir de roquette à Grand-Lahou, dans le sud du pays.

Première publication : 08/12/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Trois morts dans une attaque à la roquette près d'Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Promise par Ouattara, la "justice égale pour tous" peine à voir le jour

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo comparaît pour la première fois devant les juges de la CPI

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)