Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Afrique

Côte d'Ivoire : une campagne électorale dans la discrétion à défaut d'une réconciliation

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 08/12/2011

Les Ivoiriens votent dimanche à l’occasion des premières élections législatives depuis l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara. Mais le scrutin, marqué par le boycott de l’opposition, peine à mobiliser dans un pays toujours profondément divisé.

Un peu plus d’un an après la présidentielle du 28 novembre 2010, les Ivoiriens sont de nouveau appelés aux urnes dimanche pour élire leurs députés. Dans un pays qui se remet doucement de la crise qui avait ensanglanté le pays dans les semaines ayant suivi le scrutin présidentiel, cette nouvelle échéance électorale peine à mobiliser la population.

Stanislas Ndayishimiye, correspondant de RFI en Côte d’Ivoire, décrit une campagne sur mode "confidentiel". "On n’a pas l’impression qu’une campagne électorale est en cours. Rien à voir avec l‘élection présidentielle de l’année dernière, où le pays tout entier était mobilisé. Il y a peu d’affiches de candidats dans les rues et chaque candidat fait sa petite campagne dans son coin, même ceux investis par les grands partis".

Si les gens se sentent peu concernés par cette campagne électorale, qui s’est ouverte officiellement le 3 décembre, c’est principalement en raison du retrait du Front populaire ivoirien (FPI), qui a décidé de boycotter le scrutin suite au transfèrement, fin novembre, de son ancien leader Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI). L’ancien chef de l’État ivoirien est soupçonné de crimes contre l'humanité, commis durant la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011. À défaut d’adversaire digne de ce nom, le camp du nouveau président Alassane Ouattara devrait facilement remporter les législatives.

"De fait, le principal enjeu de ce scrutin est le taux de participation", indique Stanislas Ndayishimiye. "Si, comme prévu, l’abstention approche les 50 %, cela démontrerait un désintérêt manifeste de la part de la population, qui avait voté à près de 80 % pour la dernière présidentielle", analyse-t-il.

Ce scrutin devrait par ailleurs permettre d’établir le rapport de force entre les grands partis politiques du pays. Bien qu’ils gouvernent déjà ensemble, le parti du chef de l'État, le Rassemblement des républicains (RDR) et celui de l’ancien président Henri Konan Bédié, le Parti démocratique de Côte d’ivoire (PDCI), devraient se disputer le leadership. "Même s’ils ne se font pas face frontalement, c’est une bataille à fleuret moucheté entre les deux principaux partis en lice", estime Stanislas Ndayishimiye.

"Seule une justice réelle dans le pays pourra éviter de nouveaux troubles"

La Côte d’Ivoire, premier pays exportateur de cacao au monde, a connu une période de relative stabilité ces derniers mois, accompagnée d’un début de reprise économique. Le patron de la force de l’ONU en Côte d’Ivoire (Onuci), Bert Koenders, a ainsi formulé le vœu de voir ces élections représenter "une étape dans la réconciliation".

Un optimisme que ne partage pas totalement Salvatore Saguès, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International. Pour lui, "rebâtir le pays ne passe pas uniquement par l’élection d’un nouveau Parlement et la nomination d’un nouveau gouvernement, il faut que la justice s’impose à tous et notamment aux vainqueurs".

De nombreux Ivoiriens estiment en effet que seuls des partisans de Laurent Gbagbo ont été inquiétés par la justice suite aux mois d’affrontements post-électoraux qui ont embrasé le pays l’année dernière. Des violences au cours desquelles les deux camps sont accusés d’avoir commis des exactions à l'encontre des populations civiles.

"Le transfert de Laurent Gbagbo devant la CPI est une bonne nouvelle, mais aucune réconciliation n’est possible si la justice n’est pas rendue des deux côtés", souligne Salvatore Saguès, selon qui "à long terme, seule une justice réelle dans le pays pourra éviter de nouveaux troubles".
.
Malgré le calme apparent dans le pays, les tensions restent vives sur le terrain. Trois personnes ont été tuées mercredi 7 décembre par un tir de roquette à Grand-Lahou, dans le sud du pays.

Première publication : 08/12/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Trois morts dans une attaque à la roquette près d'Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Promise par Ouattara, la "justice égale pour tous" peine à voir le jour

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo comparaît pour la première fois devant les juges de la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)