Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Organisation de l'Etat islamique perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

EUROPE

Nicolas Sarkozy dramatise les enjeux du sommet de l'Union européenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2011

À quelques heures de l'ouverture du sommet de Bruxelles, le chef de l'État a martelé, devant les représentants de la droite européenne réunis à Marseille, que l'Europe n'aura "pas de seconde chance" et qu'il faut "décider tout de suite".

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a jugé vital jeudi à Marseille que le sommet européen qui s'ouvre dans la soirée à Bruxelles aboutisse à un accord sur la réforme de la gouvernance économique, estimant que l'Europe n'aurait "pas de seconde chance".

"Il faut décider tout de suite. Plus nous tarderons à prendre cette décision, plus elle sera coûteuse, moins elle sera efficace (...) si vendredi nous n'avons pas un accord, nous n'aurons pas de seconde chance", a lancé M. Sarkozy devant le congrès des partis européens de droite (PPE).

Le chef de l'Etat français a rappelé que la France et l'Allemagne étaient favorables à un accord avec les 27 pays de l'Union européenne (UE) mais a répété leur volonté de signer, en cas de difficulté, un accord avec les seuls dix-sept membres de la zone euro.

"Nous voulons les 27, mais si à l'intérieur des 27 il devait y avoir blocage, nous passerions à 17", a-t-il dit.

"Jamais l'Europe n'a été aussi nécessaire, jamais elle n'a été aussi en danger. Jamais autant de pays n'ont voulu adhérer à l'Europe, jamais le risque d'explosion de l'Europe n'a été aussi grand", a jugé M. Sarkozy quelques heures avant l'ouverture du sommet de Bruxelles.

"Nous avons quelques semaines pour décider parce que le temps travaille contre nous", a insisté le président français.

« Une Europe à deux, voire trois vitesses, pourrait émerger »



La France et l'Allemagne doivent soumettre jeudi soir à leurs partenaires des 27 un projet commun de révision des traités européens qui renforce considérablement la discipline budgétaire imposées aux Etats.

Ce sommet est jugé crucial pour l'avenir de l'euro, embourbé dans les conséquences de la crise grecque, après les avertissements répétés de l'agence de notation Standard and Poor's qui a menacé de dégrader la note des pays de la zone euro et s'en est pris mercredi à l'UE dans son ensemble et à ses banques.
 

Première publication : 08/12/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Coup d'envoi d'un sommet crucial de l'Union européenne ce soir à Bruxelles

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Washington maintient la pression sur la zone euro avant le sommet de Bruxelles

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Sarkozy et Merkel veulent un nouveau traité pour une Europe plus rigoureuse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)