Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

Afrique

Aqmi diffuse les photos des otages occidentaux enlevés fin novembre

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/12/2011

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a diffusé vendredi des photos des deux Français et trois autres Européens enlevés lors de deux opérations distinctes les 24 et 25 novembre derniers au Mali.

AFP - La branche maghrébine d'Al-Qaïda a fait publier vendredi deux photos de cinq Européens, dont deux Français, enlevés les 24 et 25 novembre au Mali, qui viennent en appui d'un communiqué publié la veille par l'organisation revendiquant ces enlèvements.

Ces photos ont été envoyées à l'Agence Nouakchott information (ANI, agence de presse en ligne mauritanienne), ainsi qu'au bureau de l'AFP à Rabat, déjà destinataires jeudi d'un communiqué d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) revendiquant les enlèvements.

Une des photos montre les deux Français, Serge Lazarevic et Philippe Verdon, enlevés le 24 novembre à Hombori (nord-est du Mali), avec trois hommes armés derrière eux, le visage recouvert d'un turban.

L'autre montre les trois Européens - un Britannique, un Suédois et un Néerlandais enlevés le lendemain à Tombouctou (nord du Mali) - entourés de quatre hommes en armes, dont l'un a le visage découvert. Un touriste allemand qui avait résisté à son enlèvement avait été tué à Tombouctou.

Dans le communiqué publié jeudi, Aqmi écrivait avoir enlevé ces cinq Européens en "réponse aux agressions répétées de la France contre les musulmans des pays du Sahel" et comme "une réaction légitime face aux politiques permanentes et insensées de (Nicolas) Sarkozy", président français.

L'organisation ajoutait que "le Mali a été choisi sciemment en raison de l'implication du régime d'Amadou (Toumani) Touré dans une guerre contre les Moujahidine (combattants)", cédant "ainsi aux pressions exercées sur lui par la France et les Etats-Unis".

"A tes quatre sujets retenus à Arlit, s'ajoute désormais l'enlèvement de deux autres Français dont tu endosses l'entière responsabilité", ajoutait une partie du texte adressée au seul président Sarkozy, en référence aux Français enlevés en septembre 2010 sur la mine d'uranium du groupe français Areva à Arlit (nord du Niger), toujours retenus en otage.

"Nous ferons savoir prochainement nos revendications à la France et au Mali", ajoutait le communiqué.

Aqmi a en revanche démenti être l'auteur de l'enlèvement de trois Européens - un Espagnol, une Espagnole et une Italienne - en octobre dans un camp de réfugiés sahraouis à Tindouf, en Algérie.

"Nous dégageons la responsabilité de l'organisation dans l'enlèvement des Européens dans les campements de Tindouf en Algérie", indique le communiqué.

Réunion sur la sécurité dans le Sahel

Le 5 décembre, une source policière mauritanienne avait annoncé l'arrestation à Nouadhibou (nord-ouest de la Mauritanie) de deux hommes présentés comme les ravisseurs des trois Européens. Les deux preneurs d'otages, des Sahraouis, étaient entrés sans autorisation en Mauritanie et s'étaient déguisés pour ne pas être reconnus. L'un d'eux est considéré comme le cerveau de la prise d'otages.

Les enlèvements de Tindouf avaient été attribués à Aqmi par le Front Polisario, qui revendique l'indépendance du Sahara occidental, territoire du sud du Maroc. Le Polisario affirmait que les ravisseurs étaient venus du Mali.

La publication des photos des otages est intervenue à la veille d'une réunion à Nouakchott des ministres de la Défense de dix pays du pourtour méditerranéen, européens et africains (Espagne, France, Italie, Malte, Portugal, Algérie, Libye, Tunisie, Maroc et Mauritanie).

Les nouvelles menaces nées de la dissémination d'armes dans les pays du Sahel après la révolution libyenne et la multiplication des prises d'otages par Aqmi, qui depuis ses bases du nord du Mali opère dans toute la région, seront au centre des discussions.

"Tous les acteurs, au plan régional et international, sont conviés à s'impliquer d'une manière ou d'une autre dans la bataille contre la criminalité qui ignore les frontières", a déclaré à l'AFP un haut responsable militaire mauritanien sous couvert de l'anonymat.
 

Première publication : 09/12/2011

  • MALI

    Aqmi revendiquerait les enlèvements d'otages au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Soldats maliens et français s'activent pour retrouver les deux Français enlevés

    En savoir plus

  • MALI

    Trois Européens enlevés et un quatrième tué à Tombouctou

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)