Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

Economie

Christian Noyer n'estime pas nécessaire une intervention "plus massive" de la BCE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/12/2011

Le gouverneur de la Banque de France s’est voulu rassurant vendredi en annonçant qu’il n’y aurait "pas besoin" d’une intervention plus massive de la Banque centrale européenne pour prêter de l’argent aux pays les plus endettés de la zone Euro.

AFP - La situation de la zone euro ne justifie pas une intervention plus massive de la Banque centrale européenne (BCE) pour racheter de la dette des Etats, a estimé vendredi le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, dans un entretien à LCI.

"Il n'y a pas besoin de quelque chose de plus massif", a déclaré M. Noyer, en rappelant les mesures supplémentaires prises par la BCE jeudi pour alimenter les banques en liquidités, qui doivent notamment leur permettre, selon lui, d'acheter de la dette des Etats européens.

Le président de la BCE, Mario Draghi, avait déjà exclu jeudi la possibilité d'intervenir davantage sur le marché de la dette publique comme le réclament certains Etats, notamment la France, soulignant une nouvelle fois que les achats d'obligations publiques qu'effectue déjà la BCE étaient "limités" et "temporaires".

M. Noyer a regretté "une confusion totale sur ce sujet". "On a l'air de dire que, dans d'autres pays, la banque centrale est le prêteur en dernier ressort des Etats et prête aux Etats", a-t-il observé.

Mais "dans tous les pays, les banques centrales ne sont prêteurs en dernier ressort que des systèmes bancaires", a-t-il corrigé.

En visant le système bancaire, la BCE a pris jeudi, selon lui, "des mesures très spectaculaires de renforcement de la liquidité des banques" afin de leur "permettre de faire leur travail, continuer faire du crédit à l'économie et, en tant que de besoin, acheter de la dette des Etats souverains".

La BCE, qui servait déjà sans limite les banques pour des durées allant jusqu'à un an, a annoncé qu'elle mènerait une opération à trois ans, du jamais vu.
 

Première publication : 09/12/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Les banques centrales agissent de concert, les Bourses applaudissent

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La BCE, banque de discorde du couple franco-allemand

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La BCE va contribuer au refinancement des banques de la zone euro

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)