Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Tunisie : Le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Sports

Le Clasico Real Madrid-Barcelone en chiffres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/12/2011

Samedi soir, le Real Madrid accueille le FC Barcelone au stade Bernabeu pour le premier Clasico de la saison. Si les deux clubs nourrissent une rivalité centenaire sur le terrain, ils se livrent aussi une guerre des chiffres impitoyable.

AFP - Le clasico, c'est Messi contre Ronaldo, "Pep" (Guardiola) contre "Mou" (Mourinho), les "Galactiques" contre la tradition de jeu catalane, mais c'est aussi une guerre de chiffres: ceux de la dette, en particulier, toujours élevée dans les deux clubs, mais que Real et Barça se sont efforcés cette année de réduire pour assainir leurs finances.


BUDGETS - Dans ce domaine, il y a plus ou moins match nul entre Madrid et Barcelone. Le club Merengue annonce pour 2011/2012 un budget de l'ordre de 490 millions d'euros, là où les Blaugrana tablent eux sur 461 millions d'euros.

SALAIRES - A ce petit jeu, ce sont les Blaugrana qui l'emportent. Les Barcelonais, en dépit d'une dette pourtant considérable, paient en moyenne un peu plus largement leurs joueurs que les Madrilènes: 163 millions d'euros versés aux Catalans contre 130 aux Galactiques pour la saison 2011-2012. S'agissant de LA star de chacun, Messi et Ronaldo, le Portugais devance l'Argentin en terme de salaire net: 12 millions d'euros annuels contre 10,5 millions, mais la Pulga se rattrape sur les contrats publicitaires.

DETTES - Machines à rêve sur le terrain, les deux clubs sont plutôt des cancres dans leurs comptes. Car les deux entités accusent des dettes importantes, le Barça étant toutefois nettement plus dans le rouge (364 millions d'euros de dettes en juillet 2011) que son opposant madrilène (170 millions d'euros fin juin). Souvent critiqués à l'étranger pour cette gestion de "flambeurs", les autres clubs y voyant une forme de concurrence déloyale, les deux formations ont fait des efforts importants pour réduire ces "trous d'air" financiers: réduction de 75 millions d'euros pour le Real, de 80 pour le Barça, qui bénit son nouveau contrat maillot avec la Fondation du Qatar (30 millions par an entre 2011 et 2016).

DROITS DE RETRANSMISSION - Renégociés récemment avec Mediapro, l'entreprise gestionnaire des droits télé de la Liga, ils représentent un véritable pactole pour les deux clubs. 140 millions d'euros (soit 34% des 900 millions d'euros que rapporte la Liga jusqu'en 2014) sont ainsi versés tous les ans au Real et au Barça. Une manne colossale comparée à ce que touchent de "petits" clubs comme Gijon ou Levante: environ 12 millions d'euros par an. Ce "championnat à deux vitesses" avait provoqué en début de saison une fronde d'une dizaine de clubs, demandant une répartition plus équitable des droits télé, en vain.

PRODUITS DERIVES - A nouveau match nul dans ce domaine. La vente de maillots et d'autres produits rapporte aux Blancs environ 153 millions d'euros, contre 149 pour les Blaugrana.

AUDIENCES
- Le clasico de samedi aura un défi de taille à relever: il devra battre une audience de plus de 14 millions d'Espagnols enregistrée pour la demi-finale retour de la Ligue des champions du 3 mai, où Barça et Real s'étaient séparés sur le score de 1-1. Cette rencontre, avec 66,9% de parts de marché, est le deuxième match le plus regardé de toute l'histoire de la télévision espagnole, après la demi-finale de Coupe du monde remportée par la Roja contre l'Allemagne, en juillet 2010.
 

Première publication : 09/12/2011

  • LIGA

    Levante, un club avec un petit budget mais de gros résultats

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Accord trouvé, les joueurs espagnols suspendent leur mouvement de grève

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le Barça décroche son premier titre de la saison face à son rival madrilène

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)