Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Des dizaines de milliers de Russes ont défilé contre Poutine dans le pays

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/12/2011

Au moins 50 000 personnes ont manifesté samedi dans la capitale moscovite et en province pour contester le résultat des élections législatives du 4 décembre remportées par Russie unie, le parti de Vladimir Poutine.

AFP - Au moins 50.000 personnes - jusqu'à 80.000 selon certaines estimations - ont manifesté samedi à Moscou pour contester la victoire du parti de Vladimir Poutine aux élections législatives du 4 décembre, une mobilisation sans précédent suivie un peu partout en Russie.

Il s'agit d'un mouvement d'une ampleur jamais vue contre Vladimir Poutine, arrivé au pouvoir en 2000, Premier ministre depuis 2008, et qui a annoncé son intention de revenir au Kremlin en mars prochain.

La police de Moscou a évalué le nombre des manifestants à 25.000. L'opposition a avancé des chiffres allant de 50.000 à 80.000 personnes.

Même la chaîne de télévision sous contrôle de l'Etat NTV a fait état de "dizaines de milliers" de manifestants qui "ne veulent pas de révolution, mais des élections justes, qui sont le meilleur remède contre les révolutions".

Les chaînes publiques Pervyi Kanal et Vesti ont également diffusé des sujets sur les manifestations en Russie.

Selon une source au Kremlin citée par le quotidien en ligne Gazeta.ru, la diffusion de ces sujets a été faite sur ordre du président russe Dmitri Medvedev, qui a également dit à la police de ne pas être brutale avec les manifestants.

A Moscou, il s'agit de la plus grande manifestation d'opposants depuis les années 1990. Et contrairement aux précédents rassemblements de ces derniers jours, "aucune interpellation" n'a eu lieu dans la capitale russe, a affirmé la police.

"Des milliers de personnes affluent vers le coeur de la capitale"



L'évaluation de 50.000 manifestants semble plausible : la place Bolotnaïa, dans le centre de Moscou, où pouvaient se rassembler 30.000 personnes d'après la police, était pleine et la foule débordait largement sur les ponts enjambant la Moskova, les quais et des esplanades adjacents.

Fort de ce succès, les opposants ont prévu un nouveau rassemblement pour le 24 décembre.

"Rendons au pays les élections !", "Exigeons un nouveau comptage des voix!", "La Russie - sans Poutine !", était-il écrit sur des banderoles dans la foule.

A la tribune se sont succédé des représentants de l'opposition, un mélange disparate allant de l'extrême gauche aux libéraux en passant par le mouvement nationaliste "Les Russes".

"Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev ont fait une découverte très désagréable pour eux aujourd'hui. La Russie a un peuple", a déclaré Sergueï Mitrokhine, chef du parti libéral d'opposition Iabloko.

"Nous sommes le peuple !", lui a répondu la foule.

Un des dirigeants de l'opposition libérale, l'ancien ministre Boris Nemtsov, a souligné devant la presse que la mobilisation avait lieu "dans 90 villes de Russie".

"Les dizaines de milliers de personnes qui se rassemblent aujourd'hui ne se laissent pas faire quand Poutine et (le chef de la commission électorale Vladimir) Tchourov leur volent 12 millions de voix", a-t-il dit.

"Ils ont trompé le peuple russe", a encore déclaré M. Nemtsov.

Il a précisé que l'opposition exigeait la libération des personnes emprisonnées depuis les premières manifestations le 5 décembre (1.600 interpellations à Moscou et à Saint-Pétersbourg), la fin de la "censure", et l'organisation de nouvelles élections.

Un journaliste de l'AFP avait observé dans le centre de Moscou une concentration sans précédent de forces de l'ordre, avec des centaines de camions des unités antiémeutes et des fourgons cellulaires, de part et d'autre du Kremlin, près de la Place Rouge, près du siège du FSB (Service fédéral de sécurité) sur la place de la Loubianka, jusqu'à la Place Pouchkine et sur un pont franchissant la Moskova.

La Place rouge, qui jouxte le Kremlin, était bloquée par des camions des forces de l'ordre et un grand nombre de policiers.

A Saint-Pétersbourg, ce sont 10.000 personnes, selon la police, qui ont manifesté dans le centre-ville. Environ 30 personnes ont été interpellées, a déclaré la police, citée par l'agence de presse Interfax.

Compte tenu du décalage horaire, les manifestations, en réponse à des appels lancés sur les réseaux sociaux -l'internet étant au centre de la mobilisation-, avaient commencé plusieurs heures avant celle de Moscou dans les villes d'Extrême-Orient et de Sibérie.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans l'Oural et en Sibérie, notamment à Ekaterinbourg et Novossibirsk.

Environ 1.500 personnes avaient manifesté à Vladivostok, port russe de la côte Pacifique, à sept fuseaux horaires de la capitale russe.

Les manifestants étaient au moins 1.500 à Tomsk (Sibérie) malgré une température de -10 degrés, et entre 2.000 et 3.000 à Tcheliabinsk (Oural), ont assuré des militants de l'opposition joints par l'AFP. Des rassemblements ont été signalés dans de nombreuses autres villes de Russie.

Selon Interfax, une centaine de personnes ont été interpellées dans le pays.

La seule réaction officielle à l'exceptionnelle journée de protestation à Moscou a été celle d'un responsable du parti Russie unie, Andreï Issaïev : "Ce n'est pas beaucoup pour une ville de plusieurs millions d'habitants. Néanmoins, nous allons analyser soigneusement ce qui a été dit et les motifs de mécontentement (des manifestants)".

Mais "c'est beaucoup par rapport à d'habitude", déclare en revanche Evgueni Gountmakher, de l'Institut du développement contemporain.

"Les gens ont pris goût aux manifestations de masse. C'est très inquiétant pour le pouvoir", a-t-il estimé.

"La classe dirigeante doit réfléchir : l'élection présidentielle est pour bientôt (en mars) et il n'y a plus aucune confiance envers les dirigeants. C'est une crise politique grave", ajoute Alexeï Malachenko du centre Carnegie.

Le Journal officiel russe a publié samedi les résultats officiels des élections confirmant la victoire du parti au pouvoir Russie unie avec 49,32% des voix et une majorité absolue de 238 mandats sur 450 à la Douma (chambre basse du Parlement).

La mission d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avait déclaré à Moscou à l'issue du scrutin avoir relevé des irrégularités "fréquentes" et "de sérieuses indications de bourrage des urnes".

Une ONG, "L'Observateur citoyen", affirme sur son site internet (nabludatel.org) que le résultat réel de Russie unie est inférieur d'environ 20 points aux chiffres officiels.

Ces élections et la répression des manifestations qui ont suivi ont suscité de vives critiques des Etats-Unis, de l'UE, de la France et de l'Allemagne notamment.
 

Première publication : 10/12/2011

  • RUSSIE

    Des centaines de manifestants anti-Poutine interpellés

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pourquoi Poutine ne fait plus rêver les Russes ?

    En savoir plus

  • RUSSIE - LÉGISLATIVES

    L'opposition appelle à poursuivre les manifestations anti-Poutine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)