Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cesar : Roman Polanski renonce

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Ciotti : "Le vote de Fessenheim est un scandale"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Ciotti : "Je ne crois pas au ni droite ni gauche"

En savoir plus

FOCUS

Iran : le sport, outil d'émancipation des femmes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec Julien Fournié, dans les coulisses d’un défilé Haute Couture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les femmes décideront de ce que les hommes doivent faire de leurs organes reproductifs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quel avenir pour le partenariat transpacifique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Micmac au PS"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

L'opinion de
Roselyne FEBVRE

Roselyne FEBVRE
Chroniqueur politique intérieure

Le retour de Monte-Cristo

Le 12-12-2011

Il y a des hommes comme ça qui ont une vision romanesque de la politique. En déclarant sans prévenir sa candidature à la présidentielle dimanche soir chez Claire Chazal au 20 heures de TF1, il y avait là chez Dominique de Villepin une certaine beauté du geste qu’il voulait indissociable d’une vertu cardinale : le courage. Qualité qu’il a soulignée pour, sans doute, mieux en faire applaudir la grandeur ! Et il prétend en avoir. C’est même son argument massue.

On l’imagine prendre le gant et crier à la France entière que lui ne s’appelle pas Jean-Louis Borloo. C’est ainsi donc qu’il va défier Nicolas Sarkozy avec pour seule arme ses 1% d’intentions de vote, le score qu’avait magistralement réalisé en 1981 Michel Debré qui cherchait des noises à Valery Giscard d’Estaing. Cependant l’histoire peut réserver des surprises, il reste encore cinq mois de campagne et la messe n‘est pas dite, comme aiment d’ailleurs à le souligner les conseillers de l’Elysée qui minimisent le mauvais score du chef de l’État dans les enquêtes d’opinion.

Bref l’homme du "non" à la guerre en Irak manie le panache comme d’autres maniaient autrefois l’épée. Il déclame, il pourfend, il pique, il affronte. Mais qui donc ? Quelles sont les réelles motivations et le moteur de celui que l’on surnomme le comte de Monte-Cristo, le héros d’Alexandre Dumas qui aura mijoté pendant vingt ans sa vengeance du fond de son cachot du château d’If ? Se croit-il obligé d’occuper l’espace médiatique de peur de tomber dans l’oubli ? Souhaite-t- il réellement porter le flambeau de ses idées, une posture à la Chevènement ? Ou enfin veut-il se venger des humiliations de l’affaire Clearstream et jouer "les emmerdeurs" ?

En attendant, Dominique de Villepin se lance dans l’aventure seul et sans soutien. Celui à qui l’on a reproché la tragique dissolution de 1997 et que l’on traitait de "pyromane de la droite", celui qui voulait imposer le CPE à coup de menton à l’image d’un cavalier monté sur le cheval sans l’avoir scellé ira vaille que vaille…

Ainsi va Villepin : fougueux, impétueux et kamikaze. Lui-même appellera cela le courage. En d’autres temps, un certain Francois Bayrou lâché par tous les siens avait tenté l’aventure bien seul... Addict à la présidentielle, le Béarnais tente un troisième tour de manège. Une stratégie solitaire qui pourrait payer. En quelques semaines, Francois Bayrou a pris plus de 6 points dans les sondages. De quoi donner de l’espoir à Villepin !

DERNIÈRES CONTRIBUTIONS DE Roselyne FEBVRE

COMMENTAIRE(S)