Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Alexeï Navalny, l’opposant venu du Web

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 12/12/2011

Figure montante de l'opposition, Alexeï Navalny est connu pour avoir renommé le parti Russie unie en "Parti des voleurs et des escrocs". Le blogueur a été condamné pour troubles à l’ordre public après une manifestation anti-Poutine.

Alexeï Navalny est en passe de devenir l’une des icônes des manifestants moscovites qui, par dizaines de milliers, dénoncent des fraudes lors des élections législatives du 4 décembre. En le condamnant à 15 jours de prison pour troubles à l’ordre public après sa participation à la manifestation du 5 décembre, les autorités russes ont implicitement reconnu que ce blogueur russe de 35 ans commençait à être connu au-delà du petit monde d’Internet.

Avant la contestation des résultats des élections remportées par Russie unie - le parti du président Dmitri Medvedev et du Premier ministre Vladimir Poutine -, Alexeï Navalny était davantage connu des médias occidentaux que des Russes eux-mêmes. Une popularité internationale que lui a valu la croisade anti-corruption qu’il a mené depuis 2007 sur le réseau social LiveJournal puis sur son blog personnel Rospil.info. Cet avocat spécialiste du droit commercial enquête sur la corruption de grands groupes russes, comme les géants de l’énergie Transneft et Gazprom ou de responsables politiques.En 2010, les révélations d’Alexeï Navalny ont ainsi poussé à la démission plusieurs membres du ministère de la Santé impliqués dans des affaires de contrats publics douteux.

Postérité politique

Cette cyber-vigilance a permis à l’activiste de se faire un nom parmi les militants anti-Poutine les plus actifs, et auprès des observateurs et médias internationaux. Il restait cependant ignoré du grand public russe. “Il n’y pas de star de l’Internet chez nous, car jusqu’à présent le Web n’était pas considéré par les Russes comme un moyen de contestation politique”, explique à France 24 Tatiana Tropina, spécialiste russe de la sécurité informatique et d’Internet en Russie.

En fait, l’homme est beaucoup moins connu que l’expression “Parti des voleurs et des escrocs” qu’il est le premier à avoir utilisé sur son blog en 2009 pour qualifier Russie unie et qui est depuis passé à la postérité politique. “Des gens qui n’ont jamais entendu parler d’Alexeï Navalny connaissent et reprennent à leur compte cette manière de qualifier le parti au pouvoir”, souligne Tatiana Tropina. Le parti de centre-gauche Une Russie juste en avait ainsi fait son slogan de campagne pour les élections législatives.

Une popularité qui n'a pas échappé au pouvoir qui a réagi de manière brutale. “Aujourd'hui, il est clair que quelqu'un qui parle sur son blog du 'Parti des escrocs et des voleurs' est juste un enculé d’abruti”, pouvait-on ainsi lire, le 8 décembre, sur le fil Twitter officiel de Dmitri Medvedev. Le lendemain, le président russe s’est désolidarisé de ce message expliquant qu’un technicien l’avait posté par erreur.

Associé aux milieux nationalistes

Les Russes peuvent dorénavant associer un visage à ce slogan, tant Alexeï Navalny s'est impliqué dans les manifestation pour dénoncer les fraudes électorales. De quoi faire peur au pouvoir en place car “contrairement aux autres personnalités anti-Poutine, ce blogueur ne traîne pas de casseroles et n’a jamais été de près ou de loin associé au pouvoir”, souligne Tatiana Tropina.

Présent lors d’un rassemblement nationaliste début novembre où certains jeunes ne cachaient pas leurs liens avec les mouvements néo-nazis, Alexeï Navalny est associé aux milieux nationalistes, ce qui l’empêche de s’attirer les sympathies de tous les opposants au régime, estime la spécialiste.

Si le discours du blogueur ne plaît pas à tout le monde même parmi les opposants au régime, sa popularité grandissante a néanmoins démontré aux Russes pour la première fois que "les réseaux sociaux pouvaient être un instrument utile de contestation politique”, se réjouit Tatiana Tropina. L’apparition de cette nouvelle dimension politique d’Internet en Russie n’a pas échappé au pouvoir. Le président Dmitri Medvedev a choisi sa page Facebook pour briser le silence qu’il avait gardé pendant les élections législatives et déclaré ne pas être d’accord avec les “revendications des manifestants”.

Première publication : 12/12/2011

  • RUSSIE

    Pas d'annulation du scrutin en dépit des plaintes pour fraudes aux législatives

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Medvedev ordonne une enquête sur les allégations de fraudes aux législatives

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pourquoi Poutine ne fait plus rêver les Russes ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)