Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

  • La France place l'économie au cœur de sa diplomatie

    En savoir plus

EUROPE

Devant le Parlement, Cameron défend son refus d'un nouveau traité européen

©

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

Seul dirigeant européen à s'être opposé, le 9 décembre, à un nouveau traité destiné à sauver l'euro, le Premier ministre britannique a assuré aux députés avoir agi pour la sauvegarde des intérêts de son pays.

REUTERS - Le Premier ministre britannique David Cameron a défendu lundi devant le

Nick Clegg regrette la position de David Cameron

Le vice-Premier ministre britannique Nick Clegg a estimé dimanche que son pays risquait d'être "isolé et marginalisé" dans l'Union européenne après l'opposition du Premier ministre conservateur David Cameron à un changement de traité à Bruxelles vendredi.

"Je suis amèrement déçu par le résultat du sommet de cette semaine parce que je pense qu'il y a maintenant un vrai danger de voir le Royaume-Uni isolé et marginalisé dans l'Union européenne", a déclaré Nick Clegg, un libéral-démocrate, pro-européen, lors d'une émission télévisée sur la BBC.

 

Parlement de Londres sa décision de rester à l’écart de la réforme des institutions européennes, tout en soulignant que la Grande-Bretagne restait membre à part entière de l’UE.

Il a affirmé qu’il s’était rendu à Bruxelles la semaine dernière avec l’espoir qu’un accord à 27 serait trouvé mais qu’il était de son devoir de demander des garanties pour son pays.

"L’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne est vitale à notre intérêt national", a-t-il ajouté, précisant qu’il souhaitait le succès du nouvel accord en préparation pour la zone euro et qu’il accueillerait de manière constructive toute proposition de ses partenaires. 

"Nous sommes dans l’UE et nous voulons y rester."

La décision de David Cameron de ne pas s’engager dans le nouveau traité européen négocié la semaine dernière et visant à renforcer les règles budgétaires s’appliquant aux Etats membres a isolé les Britanniques au sein des Vingt-Sept.

Elle a également provoqué une tension avec ses partenaires libéraux démocrates, membres de la coalition au pouvoir depuis les élections législatives de mai 2010.

 

 

Première publication : 12/12/2011

  • UNION EUROPÉENNE

    Après le "non" britannique, Sarkozy déplore l'existence de "deux Europe"

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Nick Clegg s'inquiète du "non" de David Cameron au sommet de Bruxelles

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    David Cameron exige des garanties avant de signer un nouveau traité européen

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)