Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Le plan de restructuration d'Areva prévoit un gel des embauches

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

Alors que les comptes d'Areva vont pour la première fois virer au rouge cette année, la direction du groupe a précisé l'impact social de son plan stratégique. En France, 200 à 250 départs par an ne seront pas remplacés "le temps nécessaire".

AFP - La direction d'Areva a finalement clarifié mardi l'impact social de son plan stratégique en France, avec une estimation de 200 à 250 départs non remplacés par an, les syndicats réclamant la suspension de cette première grande restructuration du groupe nucléaire public.

Le patron d'Areva, Luc Oursel, qui avait pourtant donné au gouvernement des garanties sur l'emploi en France, a confirmé mardi un gel des embauches "le temps nécessaire" pour ses effectifs non industriels dits "support" (finance, ressources humaines, administration, contrôle de gestion).

En 2012, les salaires seront gelés au sein du groupe, a également annoncé le patron.

S'il n'y aura pas de suppression d'emploi stricto sensu, "les effectifs se réduiront au fur et a mesure des départs naturels", a d'abord expliqué à la presse le président du directoire d'Areva, sans vouloir donner de chiffre.

Mais avec le début de polémique provoquée par ce flou et le nombre de 1.200 départs non remplacés avancé par la CGT, la direction a ensuite fait volte-face. Elle a alors indiqué à l'AFP que les départs naturels (retraites, démissions...) dans les fonctions "support" "étaient de l'ordre de 200 à 250 par an en moyenne".

Le plan d'Areva --détenu à 87% par l'Etat-- entraînerait donc des réductions d'effectifs en France (qui s'élèvent à 28.000 actuellement) de 200 à 250 personnes chaque année, soit 1.000 à 1.250 personnes si le gel se prolonge sur la durée totale du plan stratégique, qui court jusqu'en 2016.

Quelque 8.000 employés, sur un total d'environ 48.000 salariés, travaillent à des postes concernés par le gel, dont 6.000 en France.

Interrogé mardi en conférence de presse sur la durée de ce gel des embauches, le président du directoire d'Areva Luc Oursel s'est contenté de dire qu'il durerait "le temps nécessaire".



1.200 à 1500 suppressions d'emplois en Allemagne

------------------------------------------------



Un projet révélé par l'AFP en novembre et démenti par la direction évoquait explicitement des réductions d'effectifs dans les fonctions "support" de 1.000 à 1.200 personnes en France.

Convoqué à l'époque par ses ministres de tutelle, Luc Oursel avait promis qu'il n'y aurait "aucune suppression de poste, aucun plan de départ volontaire et aucun impact sur les sites français", selon Bercy.

Le plan stratégique a provoqué une riposte syndicale: le comité de groupe européen d'Areva a décidé de réclamer sa suspension en attendant une mission d'expertise sur l'emploi, menaçant de saisir la justice pour délit d'entrave, a-t-on appris mardi de source syndicale. M. Oursel devait rencontrer mardi après-midi les syndicats français.

Areva a par ailleurs confirmé son intention de supprimer "1.200 à 1.500" emplois en Allemagne, conséquence attendue de la sortie allemande de l'atome, et entériné la fermeture du site de combustible nucléaire de Dessel en Belgique (160 employés). Aux Etats-Unis, Areva "étudie la réduction du nombre de ses sites".

A Berlin, la chancelière Angela Merkel, confrontée à plusieurs plans sociaux dans l'industrie nucléaire, a assuré mardi qu'"au final", l'abandon accéléré de l'atome outre-Rhin créerait plus d'emplois qu'il n'en détruirait.

La restructuration d'Areva, adoptée lundi, fait suite au départ d'Anne Lauvergeon, ex-patronne emblématique du groupe remplacée en juin par Luc Oursel. Elle vise à adapter l'entreprise aux conditions de marché post-Fukushima et à enrayer ses pertes.

Areva s'attend cette année à une lourde perte opérationnelle de 1,4 à 1,6 milliard d'euros, du fait notamment d'une gigantesque provision de 2,4 milliards liée en majorité à la dépréciation de trois gisements d'uranium en Afrique.

Première publication : 12/12/2011

  • NUCLÉAIRE

    Areva : Besson exclut des suppressions de postes en France, mais pas à l'étranger

    En savoir plus

  • FRANCE

    Areva s'engage à ne supprimer aucun emploi sur le sol français

    En savoir plus

  • "Nucléaire, combien de divisions?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)