Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • 2e Division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Economie

Le plan de restructuration d'Areva prévoit un gel des embauches

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

Alors que les comptes d'Areva vont pour la première fois virer au rouge cette année, la direction du groupe a précisé l'impact social de son plan stratégique. En France, 200 à 250 départs par an ne seront pas remplacés "le temps nécessaire".

AFP - La direction d'Areva a finalement clarifié mardi l'impact social de son plan stratégique en France, avec une estimation de 200 à 250 départs non remplacés par an, les syndicats réclamant la suspension de cette première grande restructuration du groupe nucléaire public.

Le patron d'Areva, Luc Oursel, qui avait pourtant donné au gouvernement des garanties sur l'emploi en France, a confirmé mardi un gel des embauches "le temps nécessaire" pour ses effectifs non industriels dits "support" (finance, ressources humaines, administration, contrôle de gestion).

En 2012, les salaires seront gelés au sein du groupe, a également annoncé le patron.

S'il n'y aura pas de suppression d'emploi stricto sensu, "les effectifs se réduiront au fur et a mesure des départs naturels", a d'abord expliqué à la presse le président du directoire d'Areva, sans vouloir donner de chiffre.

Mais avec le début de polémique provoquée par ce flou et le nombre de 1.200 départs non remplacés avancé par la CGT, la direction a ensuite fait volte-face. Elle a alors indiqué à l'AFP que les départs naturels (retraites, démissions...) dans les fonctions "support" "étaient de l'ordre de 200 à 250 par an en moyenne".

Le plan d'Areva --détenu à 87% par l'Etat-- entraînerait donc des réductions d'effectifs en France (qui s'élèvent à 28.000 actuellement) de 200 à 250 personnes chaque année, soit 1.000 à 1.250 personnes si le gel se prolonge sur la durée totale du plan stratégique, qui court jusqu'en 2016.

Quelque 8.000 employés, sur un total d'environ 48.000 salariés, travaillent à des postes concernés par le gel, dont 6.000 en France.

Interrogé mardi en conférence de presse sur la durée de ce gel des embauches, le président du directoire d'Areva Luc Oursel s'est contenté de dire qu'il durerait "le temps nécessaire".



1.200 à 1500 suppressions d'emplois en Allemagne

------------------------------------------------



Un projet révélé par l'AFP en novembre et démenti par la direction évoquait explicitement des réductions d'effectifs dans les fonctions "support" de 1.000 à 1.200 personnes en France.

Convoqué à l'époque par ses ministres de tutelle, Luc Oursel avait promis qu'il n'y aurait "aucune suppression de poste, aucun plan de départ volontaire et aucun impact sur les sites français", selon Bercy.

Le plan stratégique a provoqué une riposte syndicale: le comité de groupe européen d'Areva a décidé de réclamer sa suspension en attendant une mission d'expertise sur l'emploi, menaçant de saisir la justice pour délit d'entrave, a-t-on appris mardi de source syndicale. M. Oursel devait rencontrer mardi après-midi les syndicats français.

Areva a par ailleurs confirmé son intention de supprimer "1.200 à 1.500" emplois en Allemagne, conséquence attendue de la sortie allemande de l'atome, et entériné la fermeture du site de combustible nucléaire de Dessel en Belgique (160 employés). Aux Etats-Unis, Areva "étudie la réduction du nombre de ses sites".

A Berlin, la chancelière Angela Merkel, confrontée à plusieurs plans sociaux dans l'industrie nucléaire, a assuré mardi qu'"au final", l'abandon accéléré de l'atome outre-Rhin créerait plus d'emplois qu'il n'en détruirait.

La restructuration d'Areva, adoptée lundi, fait suite au départ d'Anne Lauvergeon, ex-patronne emblématique du groupe remplacée en juin par Luc Oursel. Elle vise à adapter l'entreprise aux conditions de marché post-Fukushima et à enrayer ses pertes.

Areva s'attend cette année à une lourde perte opérationnelle de 1,4 à 1,6 milliard d'euros, du fait notamment d'une gigantesque provision de 2,4 milliards liée en majorité à la dépréciation de trois gisements d'uranium en Afrique.

Première publication : 12/12/2011

  • NUCLÉAIRE

    Areva : Besson exclut des suppressions de postes en France, mais pas à l'étranger

    En savoir plus

  • FRANCE

    Areva s'engage à ne supprimer aucun emploi sur le sol français

    En savoir plus

  • "Nucléaire, combien de divisions?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)