Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

EUROPE

Pas d'annulation du scrutin en dépit des plaintes pour fraudes aux législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/12/2011

Malgré l'ouverture d'une enquête sur le déroulement des législatives du 4 décembre, le porte-parole de Vladimir Poutine a annoncé que l'ampleur des fraudes, jugée mineure, ne pouvait en aucun cas remettre en cause la légitimité du scrutin.

AFP - Le pouvoir russe a opposé lundi une fin de non-recevoir aux revendications de l'opposition deux jours après des manifestations sans précédent, le porte-parole de Vladimir Poutine excluant que soient remis en cause les résultats des élections malgré les fraudes présumées.

Les fraudes dénoncées par l'opposition et dont des témoignages ont inondé l'internet russe depuis les législatives du 4 décembre, ne peuvent pas remettre en cause les résultats, a déclaré à l'AFP lundi le porte-parole du Premier ministre, Dmitri Peskov.

"Même si vous additionnez tous ces prétendus témoignages, cela concerne à peu près 0,5% du nombre total de bulletins", a déclaré M. Peskov.

"Même si l'on admet de manière hypothétique qu'ils puissent être contestés en justice, cela ne peut en aucun cas remettre en question la légitimité du scrutin ou les résultats définitifs", a-t-il ajouté.

L'opposition, qui a organisé samedi des manifestations d'une ampleur sans précédent dans le pays depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000, avec de 50.000 à 80.000 personnes à Moscou, exige l'invalidation du scrutin remporté avec plus de 49% des suffrages par le parti au pouvoir.

La mission d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avait déclaré à l'issue du scrutin avoir relevé "de sérieuses indications de bourrage des urnes".

Le Procureur général Iouri Tchaïka a cependant estimé qu'il n'y avait "aucune base pour l'organisation de nouvelles élections ou un nouveau décompte des voix", dans des déclarations à l'agence Interfax.

Vladimir Poutine, homme fort du pays, ne s'est jusqu'à présent pas exprimé après ces manifestations dont les slogans étaient très largement dirigés contre lui.

Président jusqu'en 2008, puis Premier ministre faute de pouvoir enchaîner plus de deux mandats consécutifs, il avait annoncé avant les législatives qu'il comptait revenir au Kremlin lors de la présidentielle de mars prochain.

Le président Dmitri Medvedev n'a fait lui non plus aucune déclaration officielle depuis samedi, ne s'exprimant que sur sa page Facebook dimanche.

Il y a souligné n'être "pas d'accord" avec les revendications des manifestants, et a annoncé avoir ordonné de "vérifier" les résultats électoraux.

Le Parti communiste russe, qui ne fait pas partie de la coalition de formations libérales, nationalistes ou d'extrême-gauche organisatrices des manifestations, mais qui dénonce lui aussi des fraudes, a déclaré ne pas croire à de réelles enquêtes.

"Nous ne croyons pas aux paroles de Medvedev, c'est le n°1 du parti des escrocs et des voleurs (nom donné par l'opposition au parti Russie unie, ndlr)", a déclaré à l'AFP Sergueï Oboukhov, un responsable du PC.

L'ONG de contrôle électoral Golos, qui a recensé des milliers de témoignages de fraudes, a elle aussi mis en doute les intentions du pouvoir.

"Ces enquêtes, si elles sont confiées à la commission électorale dans sa configuration actuelle, sont vaines et ne donneront aucun résultat", a estimé sa présidente, Lilia Chibanova.

La presse russe s'est fait lundi largement l'écho des manifestations du week-end.

Les manifestations de samedi "ont mis le pouvoir russe face à un problème pour lequel il ne dispose pas pour l'instant de solution", estime le quotidien Nezavissimaïa Gazeta.

La journée de samedi "a levé un tabou sur les manifestations de masse, ces gens vont participer à de nouveaux rassemblement, surtout après les fêtes de fin d'année, quand va commencer la campagne présidentielle", estimait de son côté le quotidien libéral Vedomosti.

Dans la foulée, l'ex-ministre russe des Finances Alexeï Koudrine, personnalité respectée des milieux financiers internationaux, a annoncé son intention de se lancer en politique dans un nouveau mouvement libéral.

Le parti Russie unie a lui annoncé un vaste rassemblement de ses partisans au centre de Moscou lundi après-midi.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a appelé dimanche la direction russe à "tirer les conséquences" de la contestation.

 

Première publication : 12/12/2011

  • RUSSIE

    Medvedev ordonne une enquête sur les allégations de fraudes aux législatives

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Des dizaines de milliers de Russes ont défilé contre Poutine dans le pays

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pourquoi Poutine ne fait plus rêver les Russes ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)