Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

Afrique

L'ancien opposant Moncef Marzouki élu président de la République

Vidéo par Alix LE BOURDON , Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

Moncef Marzouki a été élu président de la République tunisienne par l'Assemblée constituante. Dirigeant du Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste), ce farouche opposant à Ben Ali doit désigner le chef du gouvernement.

AFP - Moncef Marzouki, défenseur des droits de l'homme et farouche opposant à Ben Ali, a été élu lundi par l'Assemblée nationale constituante président de la République tunisienne, ont constaté des journalistes de l'AFP.
              
Moncef Marzouki, 66 ans, dirigeant du Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste), a été élu par 153 voix pour, 3 contre, 2 abstentions et 44 votes blancs sur un total de 202 votants sur les 217 membres de l'Assemblée.
              
L'hymne national a retenti dans l'hémicycle, alors ses partisans criaient "fidélité aux Martyr de la révolution!".
              
Costume gris, chemise blanche mais sans cravate comme toujours, M. Marzouki, un médecin de formation, a remercié tous les députés: "Votre présence est primordiale. Le message par lequel vous me dîtes +nous t'aurons à l'oeil+ est bien reçu", a-t-il lancé en direction de l'opposition qui a voté blanc.
              
"Ce jour est mémorable, vive la Tunisie du plus profond de mon coeur", a-t-il ajouté, se disant "fier de porter la plus précieuse des reponsablités, celle d'être le garant du peuple, de l'Etat et de la révolution".
              
M. Markouzi sera investi mardi après un prestation de serment au Palais présidentiel de Carthage. Sa première mission sera de désigner le chef du gouvernement, qui devrait être l'islamiste Hamadi Jebali.
              
Il devrait renoncer à toute responsabilité dans sa formation.
              
M. Marzouki a donc été élu par un vote à bulletins secrets à la majorité absolue par l'assemble élue le 23 octobre dans le premier scrutin libre en Tunisie gagnée par le parti islamiste Ennahda (89 élus)
              
Cette assemblée avait auparavant rejeté neuf candidatures ne répondant pas aux critères retenues par la loi. Certains ne sont pas des élus et d'autres n'ayant le parrainage de quinze élus. Un député de la "Pétition populaire", 3ème force de l'assemblée de l'homme d'affaires londonien Hechmi Haamdi n'avait pas l'âge limite requis de 35 ans.
              
"Je ne vote pas, je dénonce l'exclusion" a protesté un élu de cette Pétition, Brahim Kassas, agitant un panneau.
              
L'élection de Moncef Marzouki est intervenue selon la procédure prévue par l'article 10 de la loi sur l'organisation des pouvoirs publics provisoires --mini constitution provisoire-- approuvée il y a moins de 48 heures.
              
Les élus de l'opposition se sont concertés pour un vote blanc.
              
"Cette élection a lieu sur la base d'un texte déséquilibré qui donne beaucoup de pouvoir à un chef de gouvernement désigné au détriment d'un président élu", a expliqué un opposant à l'AFP Samir Betaieb, du Pôle démocrate moderniste.

 

Première publication : 12/12/2011

  • TUNISIE

    L'Assemblée constituante adopte une Constitution provisoire

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Des milliers de pro-islamistes manifestent devant l'Assemblée constituante

    En savoir plus

  • TUNISIE

    L'Assemblée constituante élit Mustapha Ben Jafaar à sa présidence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)