Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Afrique

L'ancien opposant Moncef Marzouki élu président de la République

©

Vidéo par Alix LE BOURDON , Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

Moncef Marzouki a été élu président de la République tunisienne par l'Assemblée constituante. Dirigeant du Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste), ce farouche opposant à Ben Ali doit désigner le chef du gouvernement.

AFP - Moncef Marzouki, défenseur des droits de l'homme et farouche opposant à Ben Ali, a été élu lundi par l'Assemblée nationale constituante président de la République tunisienne, ont constaté des journalistes de l'AFP.
              
Moncef Marzouki, 66 ans, dirigeant du Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste), a été élu par 153 voix pour, 3 contre, 2 abstentions et 44 votes blancs sur un total de 202 votants sur les 217 membres de l'Assemblée.
              
L'hymne national a retenti dans l'hémicycle, alors ses partisans criaient "fidélité aux Martyr de la révolution!".
              
Costume gris, chemise blanche mais sans cravate comme toujours, M. Marzouki, un médecin de formation, a remercié tous les députés: "Votre présence est primordiale. Le message par lequel vous me dîtes +nous t'aurons à l'oeil+ est bien reçu", a-t-il lancé en direction de l'opposition qui a voté blanc.
              
"Ce jour est mémorable, vive la Tunisie du plus profond de mon coeur", a-t-il ajouté, se disant "fier de porter la plus précieuse des reponsablités, celle d'être le garant du peuple, de l'Etat et de la révolution".
              
M. Markouzi sera investi mardi après un prestation de serment au Palais présidentiel de Carthage. Sa première mission sera de désigner le chef du gouvernement, qui devrait être l'islamiste Hamadi Jebali.
              
Il devrait renoncer à toute responsabilité dans sa formation.
              
M. Marzouki a donc été élu par un vote à bulletins secrets à la majorité absolue par l'assemble élue le 23 octobre dans le premier scrutin libre en Tunisie gagnée par le parti islamiste Ennahda (89 élus)
              
Cette assemblée avait auparavant rejeté neuf candidatures ne répondant pas aux critères retenues par la loi. Certains ne sont pas des élus et d'autres n'ayant le parrainage de quinze élus. Un député de la "Pétition populaire", 3ème force de l'assemblée de l'homme d'affaires londonien Hechmi Haamdi n'avait pas l'âge limite requis de 35 ans.
              
"Je ne vote pas, je dénonce l'exclusion" a protesté un élu de cette Pétition, Brahim Kassas, agitant un panneau.
              
L'élection de Moncef Marzouki est intervenue selon la procédure prévue par l'article 10 de la loi sur l'organisation des pouvoirs publics provisoires --mini constitution provisoire-- approuvée il y a moins de 48 heures.
              
Les élus de l'opposition se sont concertés pour un vote blanc.
              
"Cette élection a lieu sur la base d'un texte déséquilibré qui donne beaucoup de pouvoir à un chef de gouvernement désigné au détriment d'un président élu", a expliqué un opposant à l'AFP Samir Betaieb, du Pôle démocrate moderniste.

 

Première publication : 12/12/2011

  • TUNISIE

    L'Assemblée constituante adopte une Constitution provisoire

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Des milliers de pro-islamistes manifestent devant l'Assemblée constituante

    En savoir plus

  • TUNISIE

    L'Assemblée constituante élit Mustapha Ben Jafaar à sa présidence

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)