Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Moyen-orient

Barack Obama assure que les États-Unis resteront "un partenaire solide" de l'Irak

Vidéo par Anne SOETEMONDT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

Les États-Unis resteront un "partenaire solide et fiable" de l'Irak après le départ des derniers soldats américains d'ici la fin du mois, a déclaré ce lundi Barack Obama alors qu'il venait de recevoir le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

AFP - Le président Barack Obama a promis lundi que les Etats-Unis resteraient un "partenaire solide et fiable" de l'Irak après le départ des derniers soldats américains d'ici la fin du mois, mettant en garde des "pays tiers" contre toute ingérence, une allusion transparente à l'Iran.

"Dans les jours à venir, les derniers soldats Américains vont quitter l'Irak, avec honneur et la tête haute. Après presque neuf ans, notre guerre en Irak prend fin ce mois-ci", a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki qu'il venait de recevoir dans le Bureau ovale.

Espérant un "nouveau chapitre" dans les relations entre les deux pays, le président a promis "qu'au moment où l'Irak fait face à son avenir, les Irakiens doivent savoir qu'ils ne sont pas seuls. Vous avez avec les Etats-Unis un partenaire solide et fiable".

Sans nommer l'Iran, voisin de l'Irak lui aussi majoritairement peuplé de musulmans chiites, M. Obama a aussi mis en garde des "pays tiers" contre toute ingérence et prévenu que "la souveraineté de l'Irak doit être respectée".

"La guerre aura coûté près de 1000 milliards de dollars (...), 4 400 soldats américains morts en Irak"



"L'Irak mène une politique étrangère qui n'intervient pas dans les affaires des autres et n'autorise pas les autres à intervenir dans ses propres affaires", a assuré pour sa part M. Maliki, qui a salué le succès de la coopération américano-irakienne en matière sécuritaire.

"Personne n'imaginait que nous réussirions à vaincre le terrorisme et Al-Qaïda", a-t-il remarqué, en souhaitant que cette coopération se poursuive.

"Nous espérons que les entreprises américaines joueront un rôle très important pour mettre en valeur nos richesses, que ce soit le pétrole ou d'autres secteurs", a-t-il également souligné, peu avant que ne soit annoncé un accord de principe pour la vente de 18 nouveaux avions de chasse F-16 américains à Bagdad.

M. Obama, qui s'était opposé avec force à la guerre en Irak lors de son déclenchement par l'administration de son prédécesseur républicain George W. Bush en mars 2003, a estimé lundi que "l'Histoire jugera la décision originelle de partir en guerre en Irak" dont il a dû gérer les conséquences, en particulier pour les finances publiques.

"Mais ce qui est absolument évident, c'est que grâce aux sacrifices énormes des soldats et civils américains, ainsi qu'au courage des Irakiens, nous sommes parvenus à un Irak qui se gouverne tout seul (...) et qui a un potentiel énorme", a-t-il ajouté.

M. Obama a affirmé que la rencontre de lundi était destinée à "honorer les sacrifices de tous ceux qui ont fait en sorte que ce jour soit possible, et à tourner la page", peu avant de se rendre avec M. Maliki au cimetière national d'Arlington.

Les deux dirigeants s'y sont recueillis en hommage aux près de 4.500 soldats américains tués en Irak depuis le début d'une guerre qui a coûté la vie à plus de 100.000 civils et quelque 20.000 soldats irakiens.

Barack Obama annonce le retrait des troupes américaines d'ici la fin de l'année
L'invasion de mars 2003 a renversé le régime de Saddam Hussein, soupçonné d'entretenir un arsenal "d'armes de destruction massive" qui n'ont jamais été retrouvées. L'ancien dictateur a été exécuté en décembre 2006.

Il ne reste actuellement que 6.000 militaires et employés du ministère de la Défense américain en Irak, contre 170.000 soldats en 2007 et 2008. Ils doivent passer la main d'ici au 31 décembre à quelque 900.000 membres des forces de sécurité irakiennes.

Les Etats-Unis laissent 157 militaires et 763 contractuels civils qui formeront les forces irakiennes sous l'égide de leur ambassade à Bagdad, dans un pays qui reste en proie à la violence.

Le sénateur républicain John McCain a accusé lundi MM. Obama et Maliki de ne pas être parvenus à s'entendre sur une présence militaire américaine en Irak après 2011. "Tous deux n'ont pas été à la hauteur de leur responsabilité pour les intérêts que nous partageons en matière de sécurité", a-t-il regretté.

Pendant la visite de M. Maliki, plusieurs centaines de personnes ont manifesté devant la Maison Blanche pour réclamer la protection du camp d'Achraf, au nord de Bagdad. Le gouvernement irakien souhaite fermer d'ici à la fin de l'année ce camp abritant 3.400 réfugiés iraniens hostiles au régime de Téhéran et contrôlé par les Moujahidine du peuple, une organisation qualifiée de terroriste par les Etats-Unis.

Première publication : 12/12/2011

  • IRAK

    L'Otan s'apprête à arrêter sa mission de formation en Irak

    En savoir plus

  • IRAK

    Visite surprise de Joe Biden à Bagdad à quelques semaines du retrait des troupes

    En savoir plus

  • IRAK

    Plusieurs attentats meurtriers dans le centre du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)