Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

EUROPE

Les députés européens fustigent l'"attitude égoïste" de la Grande-Bretagne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

Les parlementaires ont condamné le refus du Premier ministre britannique de s'associer à un nouveau traité destiné à sauver la zone euro. Ils ont souligné un manque de solidarité à un moment critique pour l'avenir de l'Union européenne.

REUTERS - Les députés européens ont sévèrement critiqué mardi le Royaume-Uni pour son manque de solidarité vis-à-vis de la zone euro et son refus de participer à un nouveau traité européen, certains brandissant même la menace de représailles.

Londres a refusé vendredi dernier lors du Conseil européen de s’associer au projet de nouveau traité, qui renforcera les mécanismes de solidarité entre les pays de la zone euro au prix d’une convergence budgétaire renforcée.

Le Premier ministre britannique David Cameron exigeait un protocole exonérant les services financiers de certaines réglementations, ce que les autres pays ont refusé.

Le président du groupe du Parti populaire européen (PPE-Centre droit), le Français Joseph Daul, a estimé qu’il fallait remettre en question le “chèque britannique”, une ristourne sur la participation de Londres au budget communautaire obtenue en 1984 par le Premier ministre conservateur Margareth Thatcher.

“L’isolement britannique montre que le gouvernement de ce pays considère l’Union européenne comme une simple zone de libre échange sans aucune considération pour la solidarité et la responsabilité à l’égard de ses partenaires”, a-t-il déclaré lors de la session plénière du Parlement à Strasbourg.

Cela implique pour lui, “un changement de comportement des 26” et la remise en cause de la ristourne britannique de plusieurs milliards d’euros par an lors des négociations pour le budget européen de 2014 à 2021 qui vont s’ouvrir bientôt.

“Attitudes égoïstes”

“En particulier je considère que le chèque britannique doit être remis en cause, les deniers de nos concitoyens devant servir à autre chose qu’à récompenser des attitudes égoïstes et nationales”, a poursuivi l’élu UMP.

Pour l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt, président du groupe Libéral et démocrate, “dans quelque temps, David Cameron s’apercevoir qu’il a fait la gaffe de sa vie”.

“En politique, il y a une règle d’or. Vous ne quittez la table de négociation que si vous êtes sûrs qu’on ne va pas vous tirer dans le dos”, a-t-il ajouté.

Pour l’Allemand Martin Schulz, président du groupe
Socialiste et démocrate, “c’est dans la City de Londres que sont les spéculateurs qui nous ont fait plonger dans cette crise si profonde”.

Le groupe Conservateurs et réformistes européens, dominé par les conservateurs britanniques, a fait monter au front un eurodéputé tchèque en première ligne pour dénoncer cette stratégie du “bouc émissaire”.

“Ce qu’a fait M. Cameron était tout simplement de défendre les intérêts de son pays de la même façon que l’ont fait M. Sarkozy et Mme Merkel”, a déclaré Jan Zahradil.

“Nous ne voulons pas de cette tendance idéologique qui veut que l’on maintienne à tout prix l’euro à flot. Ce n’est pas une politique pour le XXIe siècle”, a ajouté le député eurosceptique.

Première publication : 13/12/2011

  • UNION EUROPÉENNE

    Devant le Parlement, Cameron défend son refus d'un nouveau traité européen

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Nick Clegg s'inquiète du "non" de David Cameron au sommet de Bruxelles

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    David Cameron s'isole en s'opposant frontalement à l'Union

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)