Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Moyen-orient

Le bilan humain de la répression atteint désormais 5 000 morts, selon l'ONU

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2011

La haut commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Navi Pillay, qui a annoncé un dernier bilan publié par l'organisation s'élevant à quelque 5 000 victimes, a fustigé "l'inaction de la communauté internationale".

AFP - La répression en Syrie a fait "plus de 5.000 morts", a affirmé lundi la haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Navi Pillay, s'en prenant devant le Conseil de sécurité des Nations unies à l'inaction de la communauté internationale.

La Russie juge "immorales" les accusations de l'Occident

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a jugé mardi "immoral" que l'Occident accuse la Russie de bloquer une résolution sur la répression sanglante en Syrie au Conseil de sécurité de l'ONU alors que les Occidentaux refusent de faire pression sur les "extrémistes" syriens.

"Ceux qui refusent de faire pression sur la partie extrémiste et armée de l'opposition (en Syrie) sont les mêmes qui nous accusent de bloquer le travail du Conseil de sécurité de l'ONU. Je considère que cette position est immorale", a-t-il déclaré, dans des propos retransmis à la télévision russe.

Il a par ailleurs réitéré la position russe sur le dossier syrien, relevant que le Conseil de sécurité ne devait pas stigmatiser le seul régime de Bachar al-Assad.

 

"Aujourd'hui j'ai rapporté le fait que le nombre (des morts) excède 5.000", a-t-elle dit lors d'un point de presse à l'issue de la réunion du Conseil.

L'ONU a des informations selon lesquelles plus de 200 personnes ont été tuées depuis le 2 décembre par les forces du président Bachar al-Assad, a indiqué Mme Pillay, selon des diplomates qui ont assisté à la réunion du Conseil.

Le dernier bilan de l'ONU était de plus de 4.000 personnes tuées par les forces syriennes depuis le début du mouvement de contestation du régime en mars dernier. Interrogé sur ce bilan la semaine dernière, le président Assad avait mis en doute la crédibilité de l'ONU.

Mme Pillay s'exprimait devant le Conseil en réponse à une demande de la France, de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne.

Le Conseil de sécurité n'arrive pas à se mettre d'accord sur une résolution qui condamnerait la répression en Syrie. Un double veto russo-chinois a torpillé le 4 octobre un projet de résolution en ce sens. Depuis, la Russie, alliée du régime syrien, n'a pas donné de signe d'assouplissement.

"Des informations crédibles réunies par mon personnel démontrent une tendance à l'usage systématique et étendu de la torture lors des interrogatoires", a assuré Mme Pillay, toujours selon des diplomates.

Citant des sources dignes de foi, Mme Pillay a indiqué que plus de 300 mineurs avaient été tués par les forces syriennes, dont 56 pour le seul mois de novembre. Les écoles ont été utilisées comme centres de détention.

"Tuer des enfants en les frappant ou en leur tirant dessus pendant les manifestations" est une pratique "largement répandue" tout comme "la torture et les mauvais traitements", a-t-elle ajouté.

"Il est temps que la communauté internationale trouve un langage commun"
"L'inaction de la communauté internationale va enhardir les autorités syriennes et assurer l'impunité aux auteurs" de ces tueries, a-t-elle dit.

A l'issue de l'exposé de Navi Pillay, même Vitali Tchourkine, ambassadeur russe à l'ONU, s'est dit "troublé". "Nous sommes tous unis par le fait que nous sommes extrêmement troublés par les développements tragiques en Syrie de ces derniers mois et par le fait que nous voudrions que cela cesse", a-t-il déclaré.

La position de la Russie n'a pas bougé pour autant, a résumé M. Tchourkine. "Ce que la Russie a demandé est le dialogue. Malheureusement nous avons vu certains membres-clés de la communauté internationale et du Conseil de sécurité changer de vitesse et se tourner vers le mode +changer de régime+ (en Syrie), décourageant le dialogue à l'intérieur de la Syrie et entre la Ligue arabe et la Syrie", a-t-il poursuivi. "C'est très dangereux", a-t-il prévenu.

A l'opposé, l'ambassadeur de France à l'ONU a vertement mis en cause l'inaction du Conseil de sécurité, "moralement responsable de ce qui se passe aujourd'hui en Syrie". "La France et d'autres membres du Conseil de sécurité considèrent que le silence du Conseil est un scandale", a-t-il poursuivi.

"Nous pensons maintenant que le Conseil de sécurité doit agir", a pour sa part côté affirmé l'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant. "Il est intolérable que le Conseil soit condamné à demeurer silencieux", a renchéri l'ambassadeur allemand aux Nations unies Peter Wittig, dont le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle s'était auparavant dit "choqué" par ce qu'il avait entendu de la situation en Syrie.

"Nous estimons incroyable que le Conseil de sécurité n'ait pas parlé ces derniers mois", a quant à elle Mme Rosemary DiCarlo, ambassadrice adjointe des Etats-Unis à l'ONU.

 

Première publication : 13/12/2011

  • SYRIE

    Municipales : les Syriens élisent leurs représentants sur fond de violences

    En savoir plus

  • SYRIE

    Grève générale bien suivie, affrontements entre armée et déserteurs

    En savoir plus

  • SYRIE

    La communauté internationale s'inquiète de la situation à Homs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)