Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations commencent en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

EUROPE

La fusillade de Liège a fait au moins cinq morts et plus de 100 blessés

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2011

Mardi, un homme de 33 ans a ouvert le feu et lancé des grenades sur la place principale de Liège. Au moins cinq personnes ont été tuées, dont le tireur. Le dernier bilan fait état de 123 blessés, dont certains dans un état grave.

AFP - La ville de Liège (sud-est de la Belgique) observera une minute de silence mercredi à la mi-journée en hommage aux quatre morts, victimes de la fusillade déclenchée la veille par un homme qui a tiré et lancé des grenades sur la foule avant de décéder dans des circonstances non élucidées.

Un bébé âgé de 17 mois, qui se trouvait entre la vie et la mort, est décédé mardi soir, a annoncé l'hôpital de Liège.

Outre ce bébé, deux adolescents âgés de 15 et 17 ans et une femme âgée de 75 ans sont décédés dans la fusillade et les autorités ont recensé au total 123 blessés, la plupart atteints par des éclats de verre des abribus qui ont explosé.

Parmi elles, un jeune homme de 20 ans, souffrant de blessures à la tête, était dans un état critique, selon des sources hospitalières.

Cette fusillade, qui a profondément choqué la Belgique, n'a apparemment aucun lien "avec le terrorisme", mais est "un acte isolé aux conséquences dramatiques", a déclaré la ministre belge de l'Intérieur, Jöelle Milquet.

Le tireur, Nordine Amrani, âgé de 33 ans, déjà condamné pour possession d'armes et pour des affaires de recel, de stupéfiants et de moeurs, avait été convoqué mardi "pour une audition dans un service de police".

Mais au lieu d'y aller, il a revêtu un treillis et s'est armé d'un fusil automatique léger, d'un revolver et de grenades avant de se rendre à la mi-journée sur la place Saint-Lambert, où est situé notamment le palais de justice, à proximité d'un marché de Noël très fréquenté.

Le tireur était un Liégeois "bien connu des services de police", selon le procureur du Roi, Danielle Reynders, et avait été libéré sur parole il y a un peu plus d'un an après avoir accompli la moitié d'une peine de prison pour détention d'armes et de drogue.

Un témoin a affirmé l'avoir vu porter un revolver à sa tête après la fusillade mais, selon le procureur de la ville, les circonstances de sa mort demeurent "incertaines".

"Je sortais du palais de justice. J'ai vu un homme faire un grand mouvement avec les bras en lançant quelque chose vers les abribus. J'ai entendu une explosion", a raconté à l'AFP Nicolas Gilenne, un journaliste ayant assisté à la scène.

L'homme s'est "retourné, a pris un autre objet, l'a dégoupillé. J'ai alors commencé à courir. Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible. J'ai entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes", a-t-il ajouté.

Il y a eu "deux forts bruits assourdissants et puis toute une série de déflagrations, des gens qui courent dans tous les sens et voilà... On a fermé la porte, on a éteint les lumières, on s'est mis à l'abri avec les clients comme on pouvait derrière le comptoir", a témoigné Patricia, une boulangère.

Le roi des Belges, Albert II, et son épouse Paola se sont rendus sur les lieux, de même que le nouveau Premier ministre, Elio Di Rupo. "Il n'y a pas de mots pour exprimer cette tragédie", a déclaré ce dernier. "Le choc de la population est compréhensible, mais j'insiste: c'est un acte isolé".

La place Saint-Lambert est l'un des lieux les plus animés de Liège, qui compte près de 200.000 habitants. Comme dans toutes les villes belges, elle accueillait depuis plusieurs jours un village de Noël, où les habitants viennent déambuler à toute heure.

"Heureusement, le bourgmestre (maire) avait décidé aujourd'hui de repousser son heure d'ouverture en raison du mauvais temps et d'un vent très fort. Il y aurait eu sinon beaucoup plus de monde", a déclaré un fonctionnaire de la ville.

Né le 15 novembre 1978, Nordine Amrani avait été condamné en septembre 2008 à 58 mois de prison ferme pour la détention d'un arsenal - une dizaine d'armes complètes et 9.500 pièces - ainsi que pour la culture de 2.800 plants de cannabis dans le cadre d'une association de malfaiteurs. Il était sorti de prison en octobre 2010 en bénéficiant d'une mesure de liberté conditionnelle.

Première publication : 14/12/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Deux morts dans une fusillade à l'université de Virginia Tech

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Huit personnes tuées dans une fusillade en Californie

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Fusillade sanglante lors d'une tentative d'évasion d'une prison à Ciudad Juarez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)