Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

EUROPE

La fusillade de Liège a fait au moins cinq morts et plus de 100 blessés

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2011

Mardi, un homme de 33 ans a ouvert le feu et lancé des grenades sur la place principale de Liège. Au moins cinq personnes ont été tuées, dont le tireur. Le dernier bilan fait état de 123 blessés, dont certains dans un état grave.

AFP - La ville de Liège (sud-est de la Belgique) observera une minute de silence mercredi à la mi-journée en hommage aux quatre morts, victimes de la fusillade déclenchée la veille par un homme qui a tiré et lancé des grenades sur la foule avant de décéder dans des circonstances non élucidées.

Un bébé âgé de 17 mois, qui se trouvait entre la vie et la mort, est décédé mardi soir, a annoncé l'hôpital de Liège.

Outre ce bébé, deux adolescents âgés de 15 et 17 ans et une femme âgée de 75 ans sont décédés dans la fusillade et les autorités ont recensé au total 123 blessés, la plupart atteints par des éclats de verre des abribus qui ont explosé.

Parmi elles, un jeune homme de 20 ans, souffrant de blessures à la tête, était dans un état critique, selon des sources hospitalières.

Cette fusillade, qui a profondément choqué la Belgique, n'a apparemment aucun lien "avec le terrorisme", mais est "un acte isolé aux conséquences dramatiques", a déclaré la ministre belge de l'Intérieur, Jöelle Milquet.

Le tireur, Nordine Amrani, âgé de 33 ans, déjà condamné pour possession d'armes et pour des affaires de recel, de stupéfiants et de moeurs, avait été convoqué mardi "pour une audition dans un service de police".

Mais au lieu d'y aller, il a revêtu un treillis et s'est armé d'un fusil automatique léger, d'un revolver et de grenades avant de se rendre à la mi-journée sur la place Saint-Lambert, où est situé notamment le palais de justice, à proximité d'un marché de Noël très fréquenté.

Le tireur était un Liégeois "bien connu des services de police", selon le procureur du Roi, Danielle Reynders, et avait été libéré sur parole il y a un peu plus d'un an après avoir accompli la moitié d'une peine de prison pour détention d'armes et de drogue.

Un témoin a affirmé l'avoir vu porter un revolver à sa tête après la fusillade mais, selon le procureur de la ville, les circonstances de sa mort demeurent "incertaines".

"Je sortais du palais de justice. J'ai vu un homme faire un grand mouvement avec les bras en lançant quelque chose vers les abribus. J'ai entendu une explosion", a raconté à l'AFP Nicolas Gilenne, un journaliste ayant assisté à la scène.

L'homme s'est "retourné, a pris un autre objet, l'a dégoupillé. J'ai alors commencé à courir. Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible. J'ai entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes", a-t-il ajouté.

Il y a eu "deux forts bruits assourdissants et puis toute une série de déflagrations, des gens qui courent dans tous les sens et voilà... On a fermé la porte, on a éteint les lumières, on s'est mis à l'abri avec les clients comme on pouvait derrière le comptoir", a témoigné Patricia, une boulangère.

Le roi des Belges, Albert II, et son épouse Paola se sont rendus sur les lieux, de même que le nouveau Premier ministre, Elio Di Rupo. "Il n'y a pas de mots pour exprimer cette tragédie", a déclaré ce dernier. "Le choc de la population est compréhensible, mais j'insiste: c'est un acte isolé".

La place Saint-Lambert est l'un des lieux les plus animés de Liège, qui compte près de 200.000 habitants. Comme dans toutes les villes belges, elle accueillait depuis plusieurs jours un village de Noël, où les habitants viennent déambuler à toute heure.

"Heureusement, le bourgmestre (maire) avait décidé aujourd'hui de repousser son heure d'ouverture en raison du mauvais temps et d'un vent très fort. Il y aurait eu sinon beaucoup plus de monde", a déclaré un fonctionnaire de la ville.

Né le 15 novembre 1978, Nordine Amrani avait été condamné en septembre 2008 à 58 mois de prison ferme pour la détention d'un arsenal - une dizaine d'armes complètes et 9.500 pièces - ainsi que pour la culture de 2.800 plants de cannabis dans le cadre d'une association de malfaiteurs. Il était sorti de prison en octobre 2010 en bénéficiant d'une mesure de liberté conditionnelle.

Première publication : 14/12/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Deux morts dans une fusillade à l'université de Virginia Tech

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Huit personnes tuées dans une fusillade en Californie

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Fusillade sanglante lors d'une tentative d'évasion d'une prison à Ciudad Juarez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)